LE SORELTRACY MAGAZINE     *  Dernière mise à jour : mercredi 14 mai 2014 10:05

14 000 pages par jour

 

NÉCROLOGIE

NOUS JOINDRE

«««««
L'opinion exprimée dans le cadre de cette chronique, est celle de son auteur
et ne reflète pas nécessairement l'opinion, ni n'engage le SORELTRACY MAGAZINE.
»»»»»

mercredi 14 mai 2014

Parc éolien Pierre-de Saurel : une histoire de train 

 « Les hommes ne font jamais rien de bon que par nécessité : là où abonde la faculté de choisir et où l'on a pleine licence de conduite, tout s'emplit aussitôt de confusion et de désordre. »

Nicolas Machiavel (1469-1527) 

Je vous livre un secret. Je suis un naïf professionnel. Ce qui fait que dans ma grande naïveté, je n’avais pas envisagé d'écrire cette longue chronique. Je croyais naïvement que l’Homme public post-commission Charbonneau deviendrait plus mature et plus respectueux des contribuables. Je me trompais. Grande leçon, notre vigilance ne doit jamais se relâcher.  

Nous allons donc revenir (et se répéter) sur le projet de 67 millions de dollars (juin 2013) de Parc éolien Pierre-de Saurel (PEPS ci-après). Nous allons le faire d’un point de vue citoyen, en énumérant les principales interrogations qui sont pour la plupart, toujours sans réponse. 

Premièrement, il n’existe pas à ce jour, disponible pour les citoyens et les élus de la MRC Pierre-de-Saurel, de preuve tangible c.-à-d. des documents publics qui nous démontrent noir sur blanc, la rentabilité financière de ce projet. C’est à la fois surprenant et intolérable. On en vient même à se demander si PEPS est en mesure de stabiliser son cadre financier.  

Ce qui est en cause ici, ce n’est pas le contrat et les tarifs garantis par Hydro-Québec, ce sont les anticipations de revenus (les vents) et la structure de coûts du projet. Certes, le site internet de PEPS nous annonce un « profit moyen annuel de 2,4 M$ », mais cette affirmation marketing soulève plusieurs questions. Par exemple : « Que signifie - moyen - en termes d’amplitude

Du côté des revenus, le projet de PEPS soulève la question fondamentale de la présence de vents, tant en quantité qu’en régularité. De façon intuitive, nous savons comme habitant de notre coin de pays que les vents y sont faibles et souvent peu présents. De même, de façon formelle, PEPS justifie son projet sur la base de l’étude de GL Garrad Hassan Canada, inc. (novembre 2013). Cependant, celle-ci soulève de nombreuses questions toujours sans réponse. Par exemple, les questions posées dans cette chronique n’ont jamais obtenu de réponse, PEPS préférant tourner en ridicule votre humble chroniqueur. 

D’autre part, GL Garrad introduit dans le débat une sérieuse mise en garde que je vous rappelle : « La prévision nette d'énergie P50 présentée ci-dessus représente la moyenne à long terme, d’une probabilité de dépassement de 50 %, pour la production d'énergie annuelle du parc éolien. Cette valeur est la meilleure estimation de la valeur moyenne à long terme qui peut être attendue du projet. Il y a donc une probabilité de 50 % que la production moyenne d'énergie puisse être inférieure (ou supérieure) à la valeur donnée, même lorsque considérée sur de très longues périodes (page 7) ». PEPS n’a jamais justifié et commenté publiquement cette mise en garde malgré les questions répétées de plusieurs citoyens. Ce qui amène la question suivante : « Comment cette marge d’erreur a-t-elle été prise en compte dans le modèle de calcul de la rentabilité financière du projet? » 

L’information sur la structure de coûts n’est pas disponible. Seule indication, l’orientation qui stipule que 17,725 M$ (27 %) de dollars de financement seront en contrepartie de la capacité des villes de la MRC Pierre-de-Saurel à taxer leurs citoyens, sans jamais leur avoir demandé leur avis. Il a été démontré que ce pourcentage ne tient pas la route et qu’il pourrait aller jusqu’à 82 %. Ce qui change profondément la nature du risque financier supporté par nous les contribuables. D’ailleurs, selon les informations disponibles, le financement du projet de PEPS n’est toujours pas attaché. Question : « Quel est le pourcentage réel du risque financier garanti par les contribuables de la MRC Pierre-de-Saurel? »  

Note : Dans l’hypothèse du « 82 % » ci-haut, la ville de Sorel-Tracy pourrait voir le passif inscrit à son bilan augmenter subitement de 37 M$, portant sa dette municipale à plus de 95 M$, le tout sans consultation des citoyens. 

Rappelons que le projet de PEPS ne repose sur aucune légitimité démocratique, ayant fait l’objet d’aucun référendum ou l’enjeu d’une élection municipale. Ce projet n’a donc jamais fait l’objet d’une démarche formelle d’acceptabilité sociale, sauf pour de rares sessions publiques d’information en « environnement contrôlé ». Ce qui va à l’encontre des façons de faire habituelles, en matière d’implantation de projets publics. 

Certes, le développement économique est inscrit à la mission de la MRC Pierre-de-Saurel, mais le tout est accessoire en regard des responsabilités traditionnelles des MRC. D’ailleurs, est-ce que ce mandat donnait la permission même implicitement à la MRC Pierre-de-Saurel de se lancer dans des projets comportant un volet « risque financier », surtout à hauteur de 67 M$? Poser la question, c’est y répondre. Ce problème de légitimité se révèle avec encore plus d’acuité en considérant les questionnements ci-haut. Ce faisant, ne serait-il pas approprié pour la MRC Pierre-de-Saurel de légitimer démocratiquement le projet de PEPS?  

Ce problème de légitimité nous laisse encore plus perplexes lorsque l’on se questionne sur la gouvernance de PEPS. La question fondamentale est : « Qui assume le leadership de PEPS? » Pourriez-vous mettre un nom, une image sur celui ou celle qui est le « boss » de ce projet de 67 M$ d’argent public? Aucun organigramme de projet n’est disponible. Si nous examinons les noms associés à  PEPS, nous pouvons nous questionner sur l’expérience professionnelle de ceux-ci en matière d’ingénierie-construction et exploitation d’un parc éolien. D’autant plus que ce projet est « 100 % communautaire » c.-à-d. sous l’unique responsabilité technique et financière de la MRC Pierre-de -Saurel, contrairement à ce qui se fait ailleurs au Québec. 

De même, sauf pour M. Yvon Bibeau de Sorel-Tracy, nos élus se préoccupent peu de ce projet ou semblent complètement dépassés par celui-ci. Pour un, le maire de Sorel-Tracy, M. Serge Péloquin qui est aussi membre du conseil d’administration de PEPS, n’en démontre pas une maîtrise affirmée à l’image de son prédécesseur.

À ce problème de leadership, s’en rajoute un autre de communication. Je ne parle pas ici de communication de base qui consiste par exemple, à proposer un site internet avec le logo de l’organisme. Je parle de communication stratégique qui propose une information qui traite du fond des choses et qui permet aux citoyens de se faire une idée des principaux enjeux. Une information qui ne cherche pas à convaincre pour avoir raison, mais qui force à réfléchir pour trouver une solution.  

Mais ma plus grande déception relativement au projet de PEPS, c’est l’apathie publique. Elle est le symptôme de plusieurs maux, dont le désintéressement des citoyens pour la chose publique et les mirages de l’argent facile. Elle est aussi le résultat de la stratégie d’apaisement de PEPS par le silence et la condescendance, particulièrement efficace dans un milieu à la géographie enclavée et à la population captive, souvent peu rompue aux questions complexes. 

À ce titre, il faut remercier les « Fernand Gignac » de ce monde pour mener la bataille du questionnement avec un arsenal toujours inégal, devant des machines technico-administratives qui s’auto-donnent raison et s’auto-glorifient à même l’argent de nos taxes. Fernand Gignac et d’autres font le travail que nos élus et les médias locaux auraient dû faire. Ils méritent tout notre respect. 

Au plan personnel c.-à-d. strictement comme contribuable de Sorel-Tracy, j’ai toujours été favorable à ce projet. Cependant, dans l’état actuel des choses, j’aurais des réserves importantes à donner à PEPS un « go » pour le poursuivre.

Je suis plus que jamais convaincu que ce projet doit faire l’objet d’une vérification diligente complète par un tiers indépendant. Les gestionnaires de PEPS et son conseil d’administration n’ont pas démontré à ce jour qu’ils méritaient notre confiance.

Contrairement à ce que la rumeur publique véhicule, ce n’est pas parce qu’un train est en marche qu’il faut nécessairement le laisser aller. 

Jocelyn Daneau
jocelyndaneau@gmail.com 

Note : Les audiences publiques du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de Parc éolien Pierre-de-Saurel débutent le 20 mai 2014.

Bookmark and Share
LIRE AUSSI :
Parc éolien Pierre-de Saurel : une histoire de train 
14 mai 2014
De l'importance des nuances : Forum économique ou socio-économique?
30 avril 2014
Élaine à vélo
14 avril 2014
7 avril 2014 - On vote : quelques impressions
5 avril 2014
Écomonde : du mythe à la vision à la réalité
31 mars 2014
Recherche député(e) pour Richelieu
19 mars 2014
Élaine Zakaib : un bilan
15 mars 2014
Martin Baller et la 30 : du « Nice to have »
10 mars 2014
Parc éolien Pierre-de Saurel : de la nécessité d’une vérification par un tiers indépendant
1 mars 2014
Rendez-vous avec Élaine
25 février 2014
L'opinion de Dano : Éole et le Parc éolien Pierre-de-Saurel : des questions et une obligation morale
12 février 2014
Hors de la mesure, point de salut : le Polimètre Saurel
6 février 2014
Serge Péloquin – Test de crédibilité - « L’économie forte et réinventée » 
21 janvier 2014
Fiers Saurelois de Saurel !!!
8 janvier 2014
Coups de cœur, citrons et mentions de 2013 à 2014
26 décembre 2013
Budget 2014 de Sorel-Tracy : un bon départ, mais … 
12 décembre 2013
Poursuite de 22 M$ - SDD / Conporec : « 100 jours » pour en finir
27 novembre 2013
Serge Péloquin – Test de crédibilité – Budget de l’an 1
14 novembre 2013
Élections 2013 : bilan et perspectives
7 novembre 2013
Élections 2013 – Sorel-Tracy : Bilan de campagne
27 octobre 2013
Élections 2013 – Débat : Quelques constats et un gagnant
24 octobre 2013
Jean Tremblay : Sorel-Tracy, une marque de commerce
20 octobre 2013
Élections Sorel-Tracy : l’opinion de coach « Bob »
16 octobre 2013
Serge Péloquin : Artiste, sors de ce corps!
13 octobre 2013
André Mandeville, CMA : entre Simplicité volontaire et Tea Party
10 octobre 2013
Michèle Lacombe-Gauthier : O bon confort
8 octobre 2013
Alvin Toffler à propos du Kapricom
5 octobre 2013
Gilles Lemieux : jouer bien à l’intérieur de nos moyens
24 septembre 2013
Élections municipales 2013 : Les CV des candidats
19 septembre 2013
Loterie électorale à Sorel-Tracy : les échos du tamtam
11 septembre 2013
« Joey va te faire un prix »
28 aout 2013
Marcel Robert
20 aout 2013
De la nécessité et de l’utilité d’un programme électoral
14 aout 2013
Serge Péloquin : un artiste qui se cherche … une scène politique 
3 aout 2013
Des « James Bond » à Sorel-Tracy et ailleurs au Québec
29 juillet 2013
Salmigondis estival Saurelois 
22 juillet 2013
Au nom de tous les nôtres
10 juillet 2013
Sorel-Tracy : leadership en développement économique recherché (partie 2)
5 juillet 2013
Sorel-Tracy : leadership en développement économique recherché (partie 1)
4 juillet 2013
Ma St-Jean, d’hier à aujourd’hui 
23 juin 2013
Gilles Lemieux : de Charles de Gaulle à Anakin Skywalker
20 juin 2013
Sorel-Tracy, 3 novembre 2013, 20h. : 10 chantiers incontournables
13 juin 2013
Sorel-Tracy : FFOM 2013 (partie 2)
6 juin 2013
Sorel-Tracy : FFOM 2013 (partie 1)
30 mai 2013
Michèle Lacombe-Gauthier et le SOME 2013
21 mai 2013
L'identité : l'incontournable thème du 375e
16 mai 2013
Éperviers : l’heure de se regarder en face
3 mai 2013
Le Saurel - O - Mètre électoral 2013
2 mai 2013
Ce que conseillerait Jean Chrétien à Élaine Zakaib à propos du MGV?
17 avril 2013
Citoyens, l’ère des Gaulois est terminée
19 mars 2013
Parti d’Aujourd’hui – Programme électoral 2013 : les limites de la bonne volonté
5 mars 2013
Éperviers, le meilleur usage alternatif de 2,4 millions de $ ?
25 février 2013
Des casseroles et des carrés en tissu blanc « infirmière »
11 février 2013
Where is the beef?
30 janvier 2013
Pour la création de la SDQ
15 janvier 2013
Coups de cœur, citrons et mentions de 2012 à 2013
1 janvier 2013
Noël avec mon père 
20 décembre 2012
Un défi à l’autorité
13 décembre 2012
De l’électrique au cosmétique : une question de vision
28 novembre 2012
Budget 2013 de Sorel-Tracy : Donner du sens
19 novembre 2012
Sorel-Tracy : Retour à la dette-réalité 
7 novembre 2012
Réconciliation et humilité: OUI! Triomphalisme: NON
28 octobre 2012
OUI! Lettre aux partisans du NON et aux indécis 
18 octobre 2012
Référendum : État des lieux et perspectives
9 octobre 2012
Rendez-vous avec Élaine
3 octobre 2012
Dodo, Gérard, chers lecteurs et les autres, me revoilà!
29 septembre 2012
Aller au-delà du NON : lettre au comité du NON
Par Jocelyn Daneau - 24 septembre 2012
Sorel-Tracy, ville d’arts et d’eau : lettre au comité du OUI
Par Jocelyn Daneau - 15 septembre 2012
Georges-Codling : conditions gagnantes et acceptabilité sociale
Par Jocelyn Daneau
- 23 août 2012
Georges-Codling : consensus et médiation
Par Jocelyn Daneau
- 1er aout 2012
La salle Georges-Codling, un faux débat
- Jocelyn Daneau - 24 juillet 2012
Savoir se retirer dans la « gloire » 
2 mai 2012
Le développement économique de notre région : une réflexion
18 avril 2012
En novembre 2013, qui sera « Autres »? 
4 avril 2012
À Sorel-Tracy, la lecture est sur le bout des doigts
21 mars 2012
L’express 705 : « Voyage au bout de l’enfer » 
8 mars 2012
Pour en finir avec le mythe du pont libérateur
22 février 2012
Aller au-delà des chiffres. Entrevoir l’avenir.
9 février 2012
Égarements à la gare 
26 janvier 2012

Quelques éléphants audacieux à Sorel-Tracy
12 janvier 2012

Azimut Diffusion, diffuseur de spectacles ou de mises en demeure? 
25 décembre 2011
Réputation et gouvernance avez vous dit monsieur Daneau...
- Yvon Bibeau - 25 décembre 2011
Budget 2012 de Sorel-Tracy : L’ère des illusions
22 décembre 2011
Réputation et gouvernance : un maire sans repères
7 décembre 2011
Quitter Tracy. Quitter Sorel. Entrer dans Sorel-Tracy! 
24 novembre 2011
Propos d’un « résigné » qui ne veut pas se résigner
11 novembre 2011
Comment dépenser 37 000 $ sans se fatiguer?
27 octobre 2011
Walmart à Sorel-Tracy : richesse collective ou appauvrissement collectif?
14 octobre 2011
Un Épervier à la recherche d’altitude
29 septembre 2011
Budget 2012 de Sorel-Tracy : AGRANDIR PAR EN DEDANS 
16 septembre 2011
Des chinoiseries et des illusions. Lucien nous parle. Écoutons! 
2 septembre 2011
Obi-Wan Kenobi et McKinsey nous parlent. Écoutons !
20 aout 2011
Recherche idées pour être sur la « map ». Budget : 1 milliard de dollars
5 août 2011
Poursuite de 22 M$ de SDD : de la nécessité d’un règlement hors cours
24 juillet 2011
Alsace P.Q., d’un Prélude à l’Écomonde à la balade des livres
10 juillet 2011
L’Agenda 21 local 2.0, une solution gagnante pour tous
23 juin 2011
« Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage »
20 mai 2011
Le changement, en avons-nous peur? 
6 mai 2011
Définissez votre ville idéale?  La Sagouine, le Yaka et Elvis Gratton parlent!
22 avril 2011
Une histoire de tablettes au pays du Survenant et de Marie-Didace
8 avril 2011
Une année plus tard : quelques réflexions et une proposition
28 mars 2011
Je suis gêné. Je suis indigné. J’ai honte. Je demande.
11 mars 2011
Devenir de « Joyeux naufragés » : un grand défi pour Sorel-Tracy
3 mars 2011
L’essentiel du politique à Sorel-Tracy comme ailleurs : la crédibilité
18 février 2011
Le match Ruest-Jutras/Bastiani : « Dis-moi O Miroir, qui est la ville la plus … endettée? »
3 février 2011
Sorel-Tracy sera-t-il en lice en 2021 pour un prestigieux prix de l’ONU?
28 janvier 2011
L’Agenda 21 local de Sorel-Tracy : Conporec, Bouddha et les Carboneutres 
20 janvier 2011
Rémunération 2011 des élus : de la complexité aux vertus de l’humilité
7
janvier 2011
Réponse du conseiller Yvon Bibeau
18 janvier 2011
Nouvelle année et « nouveau » collaborateur
3 JANVIER 2011
 

PUBLICITÉ

Le SorelTracy Magazine
une filiale des Productions Kapricom
Tous droits réservés -
© 2000-2010