SorelTracy Magazine - Dimanche, 23 juin 2024

Jeudi 6 juillet, 2023

Par Jocelyn Daneau

Moi mes souliers… nous mènent où ?

Le 5 juillet 2023, François Legault inaugurait à Québec, la phase III de la Promenade Samuel-De Champlain, située le long du fleuve St-Laurent sur 6,8 kilomètres. Au-delà de son volet déambulatoire, cet endroit fantastique est un milieu de vie avec ses quais, ses jardins, un terrain de pétanque, etc. Elle est donc le fruit d’une réflexion et d’une vision réalisées dans l’action. Ce qui me ramène au projet mort-né de la Promenade des Filles du Roy à Sorel-Tracy, mis de l’avant lors de la campagne électorale de 2021 ; ce dernier s’inspirant largement du premier.

Ainsi à Sorel-Tracy, depuis des lustres et encore aujourd’hui, nous parlons de revitalisation du Vieux Saurel, d’accès aux berges, du quai Richelieu, etc. Mais force est d’admettre qu’il n’y a toujours aucune vision d’ensemble pour le développement de l’axe allant de l’Hôtel-de-la-Rive jusqu’au pont des Chars et encore plus loin.

Certes, des projets se sont réalisés, mais depuis l’époque de Marcel Robert, aucune vision d’ensemble en ce domaine (et d’autres) n’a orienté le développement de Sorel-Tracy. Malgré tous les beaux documents produits au fil des années, notre développement n’a été que parcellaire et inspiré de la mode du moment ou de la disponibilité de subvention. Plusieurs exemples concrets supportent cette affirmation, mais il serait trop long d’en faire l’énumération.

Mais laissons-nous quand même tenter par un exemple : l’actuelle rénovation nécessaire d’une portion des rues Augusta et Prince. Ainsi, au-delà des belles photos du concept, à la portée de tous, dans quelle vision d’ensemble distinctive et innovatrice, ce projet s’inscrit-il ? C’est quoi l’idée maîtresse, la signature ? Où sont l’âme et l’esprit de Sorel-Tracy ? Je serais bien en peine de vous répondre, surtout quand je regarde le nouveau bunker de la Banque Nationale, coin Roi et George.

Certes, avec la nouvelle administration du maire Patrick Péloquin, Sorel-Tracy consulte dorénavant ses citoyen(ne)s, mais à trop vouloir faire plaisir à tout un chacun, on en vient au même résultat que l’administration précédente, qui n’écoutait qu’elle-même : personne ne s’y retrouve.

À preuve, Sorel-Tracy vient de rendre public en l’autoqualifiant d’ambitieux, un document traduisant sa planification stratégique à l’horizon 2030. Malheureusement, cet exercice qui a dû nécessiter de nombreuses heures de discussion, a été vidé de sa substance pour faire plaisir à la multitude. Tellement, qu’une municipalité comme St-Glin-Glin pourrait facilement le faire sien. Par exemple, l’un des 16 « Projets porteurs » proposés se libelle ainsi : « Appliquer des hauts standards environnementaux ». Qu’est-ce que cela veut dire, quant au même moment, dans mon quartier des Boisées d’Angoulême, la coupe à blanc systématique est encore l’outil privilégié pour « faire de la place ». Autre exemple parmi ces « Projets porteurs », le mille fois entendus : Revaloriser nos rives.

Nous avons élu un nouveau maire en 2022, jeune, qui est au conseil municipal depuis 2013, il serait donc grand temps qu’il donne du sens. Oui, il faut consulter et écouter la population. Mais une fois cela fait, il faut y aller dans l’action, pour celui qui disait en juin 2022, vouloir faire de Sorel-Tracy « un pôle en innovation municipale au Québec ». Pour l’instant, on peine à voir ce qui fera de Sorel-Tracy, un endroit distinctif où être, où les choses se passent et se passeront. Nous ne pouvons que lui suggérer de chausser les souliers du leadership pour aller au-delà des mots, indiquer la direction à suivre et en imposer le tempo.

Comme le chantait Félix Leclerc : « Dépêchez-vous de salir vos souliers ».

Jocelyn Daneau
Sorel-Tracy

Publicité

Publicité