SorelTracy Magazine - Mercredi, 22 septembre 2021

Jeudi 27 mai, 2021

Vieux-Sorel : un trésor de développement économique sous nos pieds

Par Jocelyn Daneau

En vue de réinventer et de revitaliser notre centre-ville historique, je présentais récemment un projet de développement économique intitulé La promenade des Filles du Roy à Sorel-Tracy (Promenade ci-après). Concept inédit, innovateur et peu onéreux, il est ce que l’on appelle, un changement de paradigme.

Un paradigme est une situation de statu quo où les règles qui en régissent tous les aspects sont considérées comme immuables. L’exemple classique est le tennis qui se pratique à l’intérieur d’une boîte. La Promenade nous invite à sortir de cette « boîte » pour découvrir ce trésor caché sous nos pieds dans le Vieux-Sorel.

Ainsi devant l’ampleur du changement proposé dans notre relation avec le Vieux-Sorel, il n’est pas surprenant de voir émerger tout le spectre des réactions humaines : du rejet à l’indifférence au WOW. D’autant plus que la Promenade est présentée dans un contexte électoral, qui implique la possibilité de lui être favorable tout en étant réservé concernant son porteur ou l’inverse.

Cette multitude de sentiments doit donc trouver sa solution dans le caractère unique et ambitieux de la Promenade qui d’ores et déjà, se positionne comme l’un des projets incontournables du renouveau de Sorel-Tracy. Nous pouvons résister au changement, mais il y a des lames de fond qui se présentent inopinément et qui bousculent nos habitudes et nos croyances et que l’on ne peut arrêter ni ignorer.

Ainsi, depuis des années, aucun plan d’ensemble pour le développement du Vieux-Sorel n’a été présenté aux citoyen(ne)s. Ce qui a eu comme conséquence que notre centre-ville historique est moribond, comme le montre plus de 20 locaux vides, simplement au pourtour du Carré ; l’asphalte est dans un état pitoyable notamment devant le Palais de justice ; idem pour la pelouse du Carré Royal.

Ce laisser-aller dans la durée a un impact négatif sur l’image de marque et la réputation de la ville de Sorel-Tracy. Avec comme conséquence, selon l’Institut de la statistique du Québec, que nous ne sommes plus attrayants comme milieu de vie et donc, pour y travailler et y investir. Il faut inverser cette tendance qui s’accélère depuis 2013.

Ainsi depuis des années dans le Vieux-Sorel, on force avec le même modèle de fonctionnement c.-à-d. avec des moyens classiques à la portée de tous. Par exemple et en tout respect pour ces artisans : campagnes d’achats chez nous sous différentes déclinaisons, activités festives comme des spectacles en différents endroits du centre-ville, marchés de Noël, etc.

Une fois ces événements terminés, lesquels ont une portée limitée, on attend l’année suivante et on recommence. Ce qui fait que dans tous les cas de figure, la structure entière du Vieux-Sorel est laissée à l’abandon, comme l’illustre l’édifice de Cyrille-Labelle. Souvent, quelqu’un qui s’y promène, s’y désole et regarde ailleurs, ce qui pourrait être le cas des gens de passage ou qui seraient tentés de s’établir chez nous. La Promenade est donc une rupture avec ce que l’on fait depuis des années, mais avec une certaine continuité, par un retour aux fondements de ce que nous sommes.

Alors, quelle est la différence entre la Promenade et Statera, lequel a été annoncé au départ comme un projet structurant censé remettre Sorel-Tracy sur la « map » ? La réponse courte, c’est qu’il n’y a pas de comparaison possible.

La réponse longue relève de l’une des principales erreurs de Statera, identifiée par plusieurs, bien avant son ouverture en 2018 : celle de son positionnement comme seul et unique navire du développement de Sorel-Tracy.

Ainsi, au niveau commercial, Statera qui est le rejeton du pharaonique Écomonde, a été positionné comme un produit d’appel en matière touristique. C’est dire qu’il devait concurrencer des entités comme La Ronde, pour ainsi détourner les dollars de dizaines de milliers de touristes vers le quai Catherine-Legardeur. En fait, Statera en 2018 et 2019, avec un prix d’entrée similaire à celui de La Ronde, n’était que l’équivalent d’un manège de ce parc d’attractions.

Mais c’est au niveau de son positionnement spatial que Statera a été le plus dommageable. En effet, on a fait tourner tout le développement de Sorel-Tracy autour de Statera quand cela aurait dû être le contraire ; Statera aurait dû être un satellite du centre-ville.

Ce qui a eu comme conséquence de mettre toutes les énergies et les ressources de notre ville au mauvais endroit et de jouer notre avenir à quitte ou double, dans une tentative vouée d’avance à l’échec, de déplacement artificiel du centre-ville vers le quai Catherine-Legardeur. Ce qui a donné par exemple, des investissements massifs et disproportionnés dans la rénovation du Bâtiment H et précipités en particulier, la fermeture du Marine Cabaret et en général, la désolation dans notre centre-ville.

Ainsi, la Promenade qui est strictement un projet économique, corrigera cette erreur stratégique en repositionnant Statera là où il aurait toujours dû être, comme une attraction dans l’offre de services touristique de Sorel-Tracy ; notons que Statera a heureusement commencé à se repositionner, ce qui devrait assurer son succès. Ce faisant, la Promenade comme concept, se positionne comme une image de marque forte, structurante et durable qui fédère pour la première fois en une seule vision, tout le développement du Vieux-Sorel.

Par ailleurs, est-ce que l’idée de la Promenade est en concurrence avec des organismes en place comme le groupe GIB, Azimut Diffusion ou le Centre des arts contemporains (un bon projet, mais dont les citoyens ne comprennent pas le sens et l’utilité) ? Aucunement.

Ces entités sont complémentaires. L’idée de la Promenade est de fournir un premier et tout nouveau référentiel qui englobe l’ensemble du développement du Vieux-Sorel et qui laisse les projets et organismes déjà en place, croître de façon naturelle.

Autrement dit, Sorel-Tracy cessera dorénavant de jouer les organismes les uns contre les autres, comme par exemple, en signant des protocoles avec l’un, mais pas avec les autres. Le travail d’équipe sera dorénavant la norme dans le contexte d’une vision d’ensemble, celle de la promenade des Filles du Roy décrite dans la brochure explicative, disponible sur Daneau2021.

Les Filles du Roy, mères de la patrie, est l’un des mythes fondateurs du Québec. À ce titre, la promenade des Filles du Roy à Sorel-Tracy leur rend hommage comme nulle part ailleurs. Sorel-Tracy, 4e plus vieille ville au Canada doit profiter de son riche passé historique et de sa localisation géographique avantageuse entourée d’eau, pour retrouver cet esprit du gagnant qui était le nôtre et ainsi, briller parmi les villes du Québec.

C’est le chemin que nous invite à prendre la promenade des Filles du Roy à Sorel-Tracy pour ainsi améliorer notre image de marque et notre réputation et donc, « booster » notre développement économique.

Jocelyn Daneau
Candidat à la mairie de Sorel-Tracy

Publicité

Publicité