SorelTracy Magazine - Jeudi, 26 mai 2022

Jeudi 24 mars, 2022

Viandes Richelieu récipiendaire de la 2e édition du Gala Diversité

De gauche à droite, Lise Gauthier de la SADC Pierre-de Saurel, Stéphane Bernier, directeur de production, Stéphanie Roux, Jérémy Bossé, technicien comptable, de Viandes Richelieu, en compagnie de Suzana Ochoa Vega, conférencière invitée à la 2e édition du Gala Diversité qui a parlé de l’immigration comme une expérience vulnérable, la reconstruction d’une vie.

(Annie Bourque, 23 mars 2022) – Plusieurs entreprises et organisations de la grande région de Sorel-Tracy, se distinguent par l’embauche et le maintien en emploi d’une main-d’œuvre, issue de l’immigration qui choisit de s’établir ici.

Cette ouverture et cette inclusion ont été soulignées hier lors de la 2e édition du Gala Diversité, organisé par l’Orienthèque. Et fait rare, l’événement a eu lieu en personne avec de délicieux canapés, offerts durant le 5 à 7.

Fromagerie BEL

L’entreprise récipiendaire de l’an dernier, la fromagerie Bel a accueilli en janvier 2021 une quinzaine de collaborateurs en provenance de France, Côte d’Ivoire et du Maroc. En plein hiver, des Sorelois ont fourni des vêtements, équipements dont la vaisselle et meubles pour bien les accueillir. Tout au long de l’année, la compagnie a mis en place des activités interculturelles qui ont permis de comprendre les enjeux des uns et des autres.

En remportant le prix en 2021, l’entreprise soreloise se démarque par son audace et son atout: une équipe diversifiée qui a développé en quelques mois un sentiment d’appartenance, a mentionné Marielou Deschamps, la responsable des ressources humaines.

Aciers Richelieu et Usinage Saint-Laurent

Notons que cette année, que 5 entreprises étaient en nomination pour l’obtention du grand prix. Il s’agit entre autres d’Aciers Richelieu et Usinage Saint-Laurent qui accueille dans leur atelier d’usinage et dans leurs deux usines de fabrication des soudeurs, machinistes et mécaniciens.

En 2020, on note l’arrivée de 4 Ukrainiens, 4 Colombiens et 3 Français. Leur intégration se passe très bien, selon la responsable des ressources humaines, Sandrine Jacob. Avec une pointe d’humour, elle a raconté qu’un d’entre eux a découvert qu’il ne fallait pas laisser sa voiture stationnée en pleine rue, l’hiver. Au petit matin, le véhicule avait été remorqué.

Fromagerie Polyethnique Le Bédouin

La fromagerie Polyethnique Le Bédouin n’engage pas nécessairement à l’international. Cependant, elle compte deux employés d’origine ethnique différente dont un Sénégalais qui a été rencontré au Salon de l’emploi à Sorel-Tracy, en 2017. Une autre personne est en processus d’embauche. L’an dernier, les propriétaires de l’entreprise de 74 employés ont acheté une maison dans le village de Saint-Robert en prévision d’offrir un logement à leurs employés provenant de l’immigration.

 

Le nouveau directeur général de la Chambre de Commerce, Luc Martel

Le Marquis 1 et Le Marquis 2

Notons que les établissements Le Marquis 1 et le Marquis 2 ont récemment été acquis par un investisseur chinois et un autre d’origine haïtienne. La directrice des soins des deux établissements, Yvonne Sakiti a expliqué que les parmi les 22 nouveaux employés, on compte des immigrants établis dans les grandes villes du Québec.  «Ils se plaisent à venir travailler dans une «petite ville» comme Sorel-Tracy», dit-elle.  Sa compagnie les aide à trouver un logement. Avant leur arrivée, des Péruviens étaient contents de lire en espagnol les directives de la pandémie, écrites par un infirmier du CLSC Gaston-Bélanger qui parle cette langue couramment.

Enfin, la MRC Pierre-De Saurel était aussi en nomination pour l’obtention du prix. Sur une vingtaine d’employés, on en dénombre deux qui sont issues de l’immigration dont Beritan Oerde, chargée de projets en immigration.  Le préfet Sylvain Dupuis a dit que tes conditions se mettent en place pour faire de Sorel-Tracy et sa région, une belle terre d’accueil pour les immigrants.

Récipiendaire

Le récipiendaire de la 2e édition du Gala Diversité est l’entreprise Viandes Richelieu de Saint-Aimé-de-Massueville qui accueille 10 employés issus de l’immigration et 11 autres qui sont en processus d’embauche.

La première est une employée française, coordonnatrice de contrôle de qualité, qui a fait son entrée en mai 2021. Les 4 autres travailleurs sont des bouchers et désosseurs arrivés en novembre dernier, directement de la Tunisie.

Un processus de sélection est en cours pour embaucher d’autres immigrants en provenance de l’Afrique de l’ouest : Tunisie, Maroc, Algérie. Tous sont spécialisés en boucherie et ont de l’expérience dans l’abattage et le désossage de la viande.  « Trouver des gens qui ont de l’expérience dans l’abattage est extrêmement difficile, dit Stéphanie Roux, conseillère aux ressources humaines. Et les cours de boucherie sont appelés à disparaître au Québec. »

Ces nouveaux venus sont extrêmement appréciés des collègues, ajoute Mme Roux en précisant combien ils ont qualifiés et talentueux. L’an dernier, Viandes Richelieu comptait 60 employés. Un an plus tard, ce nombre atteint 90.

Quel est son conseil à une entreprise qui songe au recrutement international ? « De s’armer de patience, d’être ouvert d’esprit et d’être disponible», dit-elle.

Ce qu’elle retient de l’expérience ?  « Je suis impressionnée par l’ouverture d’esprit de nos employés fait en sorte que l’intégration se passe super bien. On devient une grande famille diversifiée», conclut Mme Roux.

Publicité

Publicité