SorelTracy Magazine - Jeudi, 23 mai 2024

Jeudi 18 mai, 2023

Centre de services scolaire de Sorel-Tracy

Une possible réduction de service en orthopédagogie qui sème l’inquiétude

Photo Shutterstock

(Stéphane Maritn, 18 mai 2023) – Les dirigeants du Centre de services scolaire de Sorel-Tracy jonglent actuellement avec l’idée d’un remaniement de tâches en orthopédagogie qui inquiète grandement les enseignants et les parents concernés.

La nouvelle a commencé à circuler la semaine dernière alors que certains orthopédagogues ont reçu une lettre des ressources humaines leur indiquant qu’ils ne seront pas rengagés à compter du 1er juillet prochain.  « La pénurie d’enseignants nous force à revoir toutes les options qui s’offrent à nous afin de récupérer des enseignants qualifiés […] Vous serez affecté dans un champ où il y a un besoin et pour lequel vous détenez les critères de capacité », peut-on lire dans la correspondance dont le SorelTracy Magazine a obtenu copie.

« J’ai immédiatement signifié mon désaccord, car au-delà de la coupure que cela représente dans les services à l’élève, il y a le risque que les orthopédagogues démissionnent et s’en aillent ailleurs. Certaines m’ont dit qu’elles quitteraient si la décision va en ce sens. La fille qui a étudié en orthopédagogie ne veut pas être titulaire de classe. […] Le rôle des orthopédagogues est extrêmement important et l’est encore plus depuis la pandémie. Elles travaillent dans les classes afin d’aider les élèves en difficultés dont le nombre augmente considérablement. Elles aident à alléger la tâche des enseignants qui ont de plus en plus d’élèves en difficulté dans leurs classes. Je ne suis pas certaine que de réduire le budget alloué en orthopédagogie soit une décision rentable », commente la présidente du Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu, Lisette Trépanier qui mentionne que cette décision toucherait de 8 à 10 orthopédagogues actuellement en service.

De son côté, le Centre de services scolaire de Sorel-Tracy se défend d’effectuer des coupures en orthopédagogie tout en mentionnant que la décision n’est pas finale au moment d’écrire ces lignes. « Le Centre de services scolaire continuera d’assurer la présence de 14,5 orthopédagogues au sein de ses établissements primaires. Toutefois, il a été convenu, d’un commun accord avec les directions et les gestionnaires du Centre de services scolaire, de réaffecter de façon temporaire les postes en ‘’surplus’’ de ce 14,5 à titre d’enseignement légalement qualifié dans les classes. Cette décision est directement en lien avec l’importante pénurie de personnel qui sévit partout au Québec. Nous estimons, pour l’année scolaire 2023-2024, qu’il y aura au moins quarante-neuf (49) classes sur trois cent cinquante (350) qui ne pourront bénéficier d’un enseignant(e) légalement qualifié(e), sans compter les futurs imprévus et absences. À ce jour, pour l’année scolaire 2022-2023, 14% de l’enseignement a été dispensé par des enseignant(e)s non légalement qualifié(e)s », indique la directrice des Services du secrétariat général et des communications, Laurence Cournoyer.

« Nous sommes d’ailleurs en discussion active avec les instances syndicales afin de trouver des solutions alternatives, puisque la décision ne pourra être finale qu’une fois les allocations reçues, les besoins en enseignement connus, et le portrait global de l’année scolaire 2023-2024 précisé », de conclure Madame Cournoyer.

Publicité

Publicité