SorelTracy Magazine - Samedi, 4 Décembre 2021

Mercredi 20 octobre, 2021

Une lutte intéressante dans le district #1 de Sainte-Anne-de-Sorel

Benoit Bibeau, Steve Pinard et Pierre Pontbriand – Photos : Facebook, Philippe Manning et Stéphane Martin

(Stéphane Martin, 20 octobre 2021) Une lutte intéressante se dessine dans le district #1 de Sainte-Anne-de-Sorel. Le conseiller sortant, Pierre Pontbriand, affronte un adversaire de longue date, Steve Pinard tandis qu’un troisième joueur, Benoit Bibeau, vient s’interposer entre les deux personnages colorés.

C’est à coup de missives de plusieurs pages laissées dans les boîtes aux lettres des électeurs que les deux premiers opposants livrent bataille.

Pierre Pontbriand se définit, entre autres, comme étant celui qui a développé le projet du nouveau centre de services de la municipalité.  « De mon propre chef (et à mes frais), je suis allé de ville en ville pour voir ce qui se faisait ailleurs, et c’est finalement tout près d’ici, à Saint-Gérard-Majella, que j’ai pu trouver un bâtiment qui pourrait nous convenir. […] Oui, elle coûte cher, la facture finale devrait tourner autour de 4 millions de dollars. Non, nos taxes n’augmenteront pas à cause de mon projet. Avant de soumettre le dossier au complet au conseil, j’ai trouvé un minimum de subventions et il s’en ajoute continuellement au moment d’écrire ces lignes. », peut-on lire dans la correspondance du conseiller sortant, élu pour une première fois en 2013.

Il n’en fallait pas plus pour que le candidat Steve Pinard remette en question le prix payé pour la nouvelle mairie de la municipalité qu’il qualifie de palais.  « Je suis flabbergasté, 4M$ pour une mairie même subventionnée […] il n’y a pas d’autre ville de notre taille qui a une mairie de 4 M$ dans les 200 milles à la ronde […] pourquoi une salle de réception de 300 personnes avec cuisine et bar […] L’auberge de la Rive et la Halte des 103 îles ont tout ce qu’il faut juste à côté pour l’hébergement d’urgence […] Un bâtiment de 1,5 M$ aurait été à la limite amplement suffisant. Chu tanné que l’on utilise ma carte de crédit foncière », laisse savoir par correspondance l’aspirant conseiller qui a occupé ce poste de 2009 à 2013.

Les deux hommes ont croisé le fer lors des deux dernières élections municipales. L’élection de 2013 se sera soldée par un recomptage tandis que celle de 2017 aura été contestée. Il en est également question dans les brochures des candidats. « Monsieur Pinard a demandé une nouvelle élection (Donald Trump n’a rien inventé). La poursuite était à mon nom, mais visait la municipalité, qui a dû se défendre. Je me suis retrouvé en cour du Québec, et ensuite en cour supérieure, ce qui a coûté plus de 5 000$ en frais d’avocats payés à même vos taxes », ajoute Monsieur Pontbriand.

« Le dépliant de Monsieur Pontbriand a rallumé mon désir de vouloir représenter à nouveau avec fierté mes concitoyens du district #1 […] Le fait de me faire comparer à Trump gratuitement, comparaison que je trouve déplacée et grossière, de le voir m’attaquer et vouloir porter atteinte à ma réputation et à ma crédibilité, de la petite politique de petit politicien […] je me serais gardé une petite gêne à sa place. […] Je vous demande un mandat fort », rétorque Monsieur Pinard.

Beaucoup plus discret que ses adversaires, le candidat Benoit Bibeau en est à ses premières armes en politique municipale. Inhalothérapeute de profession, Monsieur Bibeau se lance dans l’aventure en prévision de sa retraite à venir.  « J’ai toujours été attiré par la scène municipale, cela pique ma curiosité […] Dans mon milieu en inhalothérapie, je suis reconnu comme quelqu’un de très actif qui ne laisse pas traîner les dossiers. Je suis très efficace et dévoué. […] Les gens qui me connaissent savent que le travail que je fais est toujours bien fait. Si je suis élu, c’est certain que je devrai m’habituer au niveau des démarches administratives plus longues que la façon que moi je fonctionne », confie Benoit Bibeau en entrevue au SorelTracy Magazine.

Rappelons que dans la petite municipalité de Sainte-Anne-de-Sorel, le maire sortant, Michel Péloquin, a été déclaré élu sans opposition le 1er octobre dernier.

Publicité

Publicité