SorelTracy Magazine - Mercredi, 28 février 2024

Dimanche 2 avril, 2023

Subvention de 140 000 $ à la Maison la Grande Ourse Montérégie

Suzie Girard (Grande Ourse), Nathalie Simard (Marraine de la Grande Ourse), Jean-Bernard Émond (Député Richelieu) et Sylvain Dupuis (Grande Ourse)

(Annie Bourque) – À l’occasion de la soirée-bénéfice au profit de la Maison la Grande Ourse Montérégie, tenue samedi soir, le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond a annoncé un financement de 140 000 $ à l’organisme qui accueille des femmes ayant subi des agressions sexuelles.

M. Émond en a fait l’annonce au nom du ministre de la Justice et procureur général du Québec, Simon Jolin-Barrette. « C’est un soutien et une aide qui vise à accompagner et soutenir les femmes qui sont victimes d’agression à caractère sexuel en leur offrant une thérapie personnalisée», a soutenu le député devant une salle comble réunie à la salle George-Codling.

L’aide financière contribuera à aménager de nouveaux espaces dans cette maison de thérapie située à Saint-Ours. De plus, ce soutien permettra d’embaucher le personnel nécessaire pour accueillir jusqu’à 200 femmes. Chaque cohorte, composée de 10 femmes bénéficiera de nombreux services durant leur séjour de 2 semaines.

À l’intérieur de cette maison de thérapie, les survivantes pourront recevoir tout le soutien nécessaire pour reprendre leur processus de guérison, a renchéri le ministre Barrette, dans un communiqué de presse remis aux journalistes. En plus de créer des liens avec d’autres femmes ayant vécu une expérience similaire, elles pourront reprendre le pouvoir de leur vie, ajoute-t-il.

De son côté, le directeur général de la Maison la Grande Ourse, Sylvain Dupuis a souligné la précieuse collaboration de son équipe et des membres de son conseil d’administration, sans qui, ce projet n’aura jamais vu le jour.

Soirée mémorable

Les spectateurs présents à cette soirée-bénéfice ont assisté à un vibrant spectacle présenté par la marraine de la Maison la Grande Ourse, la chanteuse Nathalie Simard. Cette dernière a humblement mentionné que c’est la première fois depuis les 3 dernières années qu’elle se remontait sur scène.

Durant 2 heures, la chanteuse a livré toute une prestation en interprétant les plus grands succès de Purple Rain, L’amour existe encore, l’inoubliable L’amour a pris son temps et le clou du spectacle, Emmène-moi chez nous du célèbre Jacques Michel.

Une soirée qui nous a permis de réfléchir à ces statistiques livrées par Nathalie Simard durant le spectacle.

1 femme sur 3

1 femme sur 3, bien malgré elle, vivra une agression sexuelle au cours de sa vie.

8 victimes sur 10

8 victimes sur 10 connaissent leur agresseur.

Perte d’estime de soi

Sans pudeur, Nathalie Simard a livré son témoignage de survivante. Le 25 mars 2004, une bombe éclatait dans le domaine du showbizz québécois par l’arrestation du producteur Guy Cloutier et plus tard par son incarcération pour l’agression sexuelle sur deux jeunes enfants.

«C’une grande problématique qui nous entraine dans un sentiment de honte, de culpabilité, troubles de dépression, idées suicidaires, anxiété, perte d’estime de soi et isolement. Il est temps d’agir: d’où vient l’importance de la présence de la maison de thérapie La Grande Ourse», a soutenu la chanteuse qui avoue avoir traversé une période dépressive. Combien de fois, sa fille Ève l’a réveillée en disant : maman, il fait beau dehors.

Aujourd’hui, en pleine forme, on ressent sa fragilité quand elle relate son épreuve.

60,9 % des femmes et des filles sont venues chercher du soutien dans les centres d’aide. Elles ont été agressées avant l’âge de 18 ans.

32,6 % des survivantes ont subi une agression à caractère sexuel avant l’âge de 11 ans

31,3 % des victimes ont été agressées entre 12 et 17 ans.

Lourd silence des victimes

Mme Simard déplore que 42 % des femmes attendent 13 ans avant de demander de l’aide. « La honte, la culpabilité et la peur sont associées à ce qu’elles ont vécu et les maintiennent trop longtemps dans un lourd silence », dit-elle au cours du spectacle.

Enfin, la marraine de la Maison La Grande Ourse Montérégie souhaite que les femmes ayant vécu des abus physiques, financiers, sexuels ou autres, puissent retrouver leur estime de soi et leur pouvoir afin de mieux vivre leur vie.

À la fin du spectacle, la chanteuse a pris la peine de remercier Céline Cossette et Camille Dufour qui ont eu l’idée de cette maison de thérapie. Elle a aussi souligné l’apport de Lisette L (https://fr.lisettel.ca/), une entreprise partenaire de Montréal qui a généreusement contribué à offrir des vêtements, sacs et autres biens à la Maison La Grande Ourse.

Enfin, le public a réservé un accueil des plus chaleureux à l’interprète et animatrice qui réside dans la localité de Shawinigan. « On t’aime Nathalie», a scandé le public dans la salle à quelques reprises. On souhaite la revoir de nouveau sur scène parce qu’elle a gardé toute sa fougue, son énergie et sa magnifique voix.

Publicité

Publicité