SorelTracy Magazine - Dimanche, 7 août 2022

Vendredi 5 août, 2022

Stéphane Ménard, ou l’art d’entrainer des gardiens de but!

Stéphane Ménard à droite, à l’entrainement avec le gardien Gabriel D’Aigle – Photo: Anne-Marie Nadeau / Jacques Lalancette

(Stéphane Martin 5 août 2022) – Avec plus de 30 ans d’expérience dans le développement des gardiens de but au Québec et en Europe, l’entraîneur Stéphane Ménard continu de faire sa marque.

Il recevait dernièrement 6 gardiens de différentes régions de la France âgés entre 17 et 35 ans. L’entraîneur a expliqué au SorelTracy Magazine l’expérience qu’il leur faisait vivre.  « Ils sont ici pendant 10 jours pour un stage privé, extrêmement intense, de gardiens de but. On embarque deux fois par jour sur la glace et il y a des entraînements hors glace. Ils sont tous logés dans la région de Sorel-Tracy. Ils ont des lunchs spécialisés pour eux. On les amène sur le bord de l’eau, etc. On les booste au maximum », laisse savoir Stéphane Ménard.

« C’est pareil comme une série finale de Coupe Stanley. Sur la glace, ils reçoivent entre 400 et 700 rondelles par jour. Il n’y a pas que la technique là-dedans. Il faut une préparation dans le vestiaire avant, la musique, etc. C’est comme s’ils s’apprêtaient à jouer un match et qu’ils devaient absolument le gagner.  C’est un entraînement, mais je les pousse comme ça jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs limites. C’est plus que physique, c’est de les amener ailleurs dans leurs têtes. Je change la vie de 6 personnes. C’est exigeant, mais je les amène dans le positif extrême. »

Les gardiens qu’il reçoit ne visent pas nécessairement la Ligue nationale de hockey. « L’idée est de continuellement s’améliorer. En Europe par exemple, il y a différents niveaux de ligues organisées. Selon les catégories, tu peux y jouer et bien gagner ta vie », ajoute l’entraîneur.

Stéphane Ménard avec Marc-André Fleury – Photo: Guylaine St-Georges

De son propre aveu, Stéphane Ménard aime autant entraîner des jeunes qui débutent que des athlètes professionnels.  À ce dernier chapitre, il est reconnu comme étant l’entraîneur personnel du Sorelois Marc-André Fleury.  « Je vais vous raconter ma journée d’hier qui se veut une journée typique de mon travail. Je commence tôt le matin avec 3 gardiens québécois que je prépare pour leurs camps d’entraînement Midget AAA et Junior majeur. À 10h, je reçois 6 Français et l’on développe leur niveau technique et leur patin. À 14h, Marc-André Fleury est de passage pour son entraînement et regarde mes gardiens français. Il constate que leur jeu de pieds est exemplaire. Comme professionnel, il veut toujours apprendre et on pousse son entraînement dans ce sens. C’est comme ça que je gagne ma vie », explique fièrement Monsieur Ménard.

Il semble qu’il est important pour le gardien vedette de la Ligue nationale de revenir annuellement vers l’entraîneur qui le suit depuis son enfance.  « J’ai appris beaucoup de lui. Ça fait 30 ans qu’on pratique ensemble. C’est quelqu’un qui est passionné du hockey et qui s’adapte avec les années et avec les différents styles. Ce que j’aime beaucoup, c’est qu’il me pousse toujours à donner le meilleur de moi-même. Quand j’ai fini mes quelques semaines avec Stéphane, je suis prêt à retourner au camp et je sais que je serai en pleine forme », commente Marc-André Fleury.

Une discussion entre Marc-André Fleury et Gabriel D’Aigle – Photo: Anne-Marie Nadeau / Jacques Lalancette

Sorel-Tracy, pépinière de hockeyeurs

Si l’on demande à Stéphane Ménard qui sera le prochain Marc-André Fleury de Sorel-Tracy, sa réponse est catégorique.  « Gabriel D’Aigle ! Il est sorti 2e de la première ronde au repêchage Junior majeur.  Pour vous donner une idée, Marc-André Fleury a demandé à Gabriel D’Aigle de s’entraîner avec lui tellement il voit d’avenir en ce jeune homme », de conclure l’entraîneur qui a une fin d’été chargée devant lui avec quelques voyages autant en Europe qu’au Canada.

Stéphane Ménard, à droite avec Marc-André Fleury au centre et Frank Constantin (instructeur de Valence) – Photo: Guylaine St-Georges

Photo: Anne-Marie Nadeau / Jacques Lalancette

Publicité

Publicité