SorelTracy Magazine - Vendredi, 1 juillet 2022

Samedi 18 juin, 2022

Retour réussi pour la Classique de Golf Beauchemin-Fleury-Beauvillier

Marc-André Fleury, François Beauchemin, Anthony Beauvillier

(Catherine Fortin, 18 juin 2022) – La 13e édition de la Classique de golf annuelle pour amasser des fonds pour la Fondation du Cégep de Sorel-Tracy a eu lieu ce vendredi 17 juin au club de golf les Dunes.

Les invités et journalistes ont retrouvé avec plaisir les joueurs de hockey de la LNH originaires de Sorel-Tracy: Marc-André Fleury du Wild du Minnesota, Anthony Beauvillier des Islanders de New York et François Beauchemin, adjoint au directeur du développement des joueurs des Ducks d’Anaheim.

En cette belle matinée ensoleillée, où les golfeurs sont arrivés, tout sourire, munis de leurs équipements, heureux de reprendre la classique de golf après deux ans d’absence en raison de la pandémie.

La Fondation du Cégep de Sorel-Tracy financera divers projets parascolaires, technologiques et pédagogiques, dont la remise de bourses d’études, le soutien aux joueurs des Rebelles et l’aide financière aux étudiants vulnérables.

Marc-André Fleury, gardien pour le Wild du Minnesota, a vécu une saison rocambolesque. Après avoir gagné le trophée Vézina, il a été échangé des Golden Knights de Las Vegas aux Blackhawks de Chicago. À la date limite des échanges en mars dernier, il a refait ses valises pour trouver un nouveau domicile au Minnesota.

Maintenant joueur autonome sans compensation, il pense d’abord à sa famille quand vient le temps de choisir une équipe: « Je vais faire la bonne décision pour moi et ma famille, c’est la première fois que j’ai un peu le choix de choisir l’équipe où je veux aller, je veux prendre mon temps.»  Mais l’objectif, c’est essentiellement d’apporter de la stabilité à ses trois enfants.

«J’aimerais une place où je peux gagner des matchs,» ajoute-t-il.  Le gagnant de trois coupes Stanley se sent prêt à continuer de partager le filet soit en tant que gardien numéro 1 ou 2.  «Jouer à Montréal est-il dans ses plans?» a demandé un journaliste.

«Ça pourrait être une option, répond-il un sourire aux lèvres, mais ça ne l’est pas encore. Carey a fini la saison et je lui souhaite d’être correct pour revenir la saison prochaine.»  Marc-André Fleury précise ne pas avoir eu de discussions avec Kent Hughes, DG du Canadien.  «Je me considère chanceux de faire ce que je fais, c’est le meilleur job au monde, j’essaie d’en profiter le plus possible aussi longtemps que je peux,» conclut-il sur une bonne note.

Pour sa part, Anthony Beauvillier, ailier gauche pour les Islanders de New York, a connu une saison plus difficile après avoir forcé la tenue d’un septième match en prolongation contre le Lightning de Tampa Bay lors de la demi-finale de la coupe Stanley en 2021.

«On pourrait sortir toutes les excuses au monde, mais c’est nous qui n’avons pas vraiment livré la marchandise. On a eu beaucoup de hauts et de bas, mais on n’a pas été capable d’être concentré toute la saison.»

Ses objectifs pour la prochaine saison au niveau individuel sont clairs: «Il faut faire mieux l’an prochain c’est sûr, avoir du fun dans la saison, pas se mettre trop de pression, mais surtout aider mon équipe à gagner, ça va être plus la mentalité.»

L’implication dans la région lui tient beaucoup à cœur: «Oui, bien oui, s’exclame-t-il, juste d’avoir mon nom associé avec Marc-André et François, ce sont mes idoles et je les regarde encore et j’essaie de prendre conseil d’eux autres.»

«C’est un honneur, dit-il, et de s’associer avec le Cégep de Sorel-Tracy et de redonner à la communauté de Sorel c’est important pour moi.»

De son côté, François Beauchemin, adjoint du directeur du développement des joueurs des Ducks d’Anaheim, est très heureux de revenir à la Classique pour la Fondation:  « Oui c’est le fun, surtout qu’on a la chance de revenir après 2 ans d’absence, c’est agréable de voir tout le monde.»

Pense-t-il que l’avenir est radieux pour les Ducks?  « On a un très bon noyau de jeunes entouré de vétérans: il s’agit de trouver la bonne recette et d’être patient.»

Après sa carrière, il prévoit s’installer dans la région.

Publicité

Publicité