SorelTracy Magazine - Vendredi, 17 septembre 2021

Jeudi 27 mai, 2021

Rencontre virtuelle au sujet de la zone industrialo-portuaire

La chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy organisait jeudi midi une tribune virtuelle afin de présenter le projet de terminal maritime de la zone industrialo-portuaire de Sorel-Tracy. L’occasion était d’entendre le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, et le président et chef de la direction de QSL, Robert Bellisle.

Rappelons que c’est l’entreprise québécoise QSL qui a été retenue pour développer et exploiter un terminal portuaire sur les terrains laissés vacants par l’ancienne centrale thermique d’Hydro-Québec du secteur Tracy.
(Voir texte : https://www.soreltracy.com/2020/dec/16s1.html )

Cette rencontre virtuelle aura permis de faire le point sur l’avancement des travaux alors que la coupure de ruban officielle aura été effectuée à la fin de l’automne dernier. « Nous avons commencé à construire l’entrepôt qui servira à entreposer des fertilisants et certaines composantes de produits de vrac général. Nous procédons également à aménagement du parc qui va aider à la manutention des camions et des équipements lourds », explique Robert Bellisle.

Par la suite, la 2e phase pourra débuter. Elle consiste principalement à l’aménagement d’un quai flottant pour y accueillir les navires. Il a été expliqué que l’utilisation de barges retenues par des pieux permet de réduire au maximum l’impact sur le milieu marin tout en préservant l’habitat de la faune aquatique. Lorsque les autorisations des diverses autorités seront obtenues, l’entreprise prévoit moins de 12 mois pour réaliser ces travaux.

Au chapitre des produits manutentionnés, on retrouve du sel de route, des produits agricoles, de l’acier, des pièces surdimensionnées et diverses cargaisons générales.

« L’activité portuaire à Sorel-Tracy, on fait ça depuis longtemps. Elle est en constante évolution sur notre territoire et elle fait partie de notre ADN. Cela crée des emplois, c’est une business importante qui nous connecte avec l’international et il faut retenir que nous sommes capables de le faire de façon responsable », mentionne le maire, Serge Péloquin.

Le président et chef de la direction de QSL mentionne les efforts déployés afin que le projet de terminal portuaire rencontre les normes d’acceptabilité sociale.  « L’ensemble de nos terminaux est certifié Alliance verte, c’est un peu comme les normes ISO, mais pour le domaine maritime. Nos équipements ont des alarmes de recul à bruit blanc, nos convoyeurs sont électriques et recouverts. On a des ensembles de dépoussiéreurs et nos entrepôts sont fermés », argumente en conclusion, Robert Bellisle.

Publicité

Publicité