SorelTracy Magazine - Mardi, 21 mai 2024

Vendredi 27 janvier, 2023

Par Yves Fortin

Qui l’eut cru ?

(Par Yves Fortin) – En ce matin du 24 janvier, je me lève pour découvrir que la faible couche de glace sur le Richelieu a disparu.  Gel, dégel.  Gel, dégel.  À moins d’un revirement spectaculaire, il n’y aura ni Ski Doo, ni cabanes de pêcheurs, ni de promeneurs, cette année, sur la rivière.  À croire que les changements climatiques nous rattrapent également…

Est-ce que l’été prochain ou le suivant sera à l’image de ce qui s’est passé en Europe l’an dernier avec des fleuves comme la Loire, le Rhin, le Po en Italie ou la Tamise en Angleterre, le pays de la pluie, desséchés? Alors que les canicules se multiplient, se pourrait-il que l’on puisse également souffrir du manque d’eau potable alors que notre alimentation en eau provient directement de la rivière Richelieu? Que les limitations à l’utilisation de l’eau ne se limite pas à ne pas arroser nos gazons et pour les agriculteurs à … sécher sans jeu de mots ?

Yves Fortin

Dans une lettre ouverte paru en octobre dans le cadre des élections, j’écrivais : De plus en plus, la gestion de crises reliées aux changements climatiques fait partie de la nouvelle description de poste des élus municipaux. En complément, des problèmes sanitaires, d’approvisionnement en carburant ou produits alimentaires qui vont se multiplier et ce n’est pas l’intervention du Saint Esprit qui va améliorer la situation.

Le Canada se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète et il n’y a pas de retour en arrière possible, si ce n’est dans nos rêves, alors que les émissions de GES continuent d’augmenter. La question se pose donc. Comment nos élus se préparent-ils à gérer ces crises prévisibles, annoncées depuis des années par les scientifiques? S’y préparent-ils seulement?

Trouver des réponses réalistes qui vont au-delà de la conformité règlementaire à des situations ou le passé ne peut servir de guide pour résoudre des problèmes inédits n’est pas facile. Les problèmes de l’adaptation sont complexes et nécessitent la contribution de nombreux acteurs, de faire preuve d’imagination et de la bonne volonté. Elle nécessite du leadership et de briser cette mauvaise habitude de travailler en silo. Cela demande une convergence des efforts et mieux comprendre les problèmes inédits auxquels nous sommes confrontés.

C’est pourquoi je suggérais dans le même article de : Ouvrir le dialogue et mobiliser les acteurs locaux en créant un Comité de lutte et d’adaptation aux changements climatiques composés d’élus, de citoyen·ne·s concerné·e·s et d’experts afin de produire un diagnostic du territoire concernant les risques d’approvisionnement pour les biens et services essentiels (eau, nourriture, sécurité, santé, énergie, etc.), notamment pour les ménages démunis.

Procrastiner et jouer à l’autruche n’est pas une solution ni comme élu ni comme citoyen·ne. C’est pourquoi, je réitère aujourd’hui à tous les élus de la MRC ma proposition en espérant qu’ils seront davantage à l’écoute car les questions qui se posent dorénavant, si on se veut soucieux du bien commun, sont : va-t-on PRÉVENIR ou SUBIR ces changements inévitables? Avez-vous un plan d’action de gestion de ces risques systémiques? Voulez-vous limiter les dégâts ou à l’exemple d’Astérix que « le ciel nous tombe sur la tête »? Serez-vous les leaders dont nous avons besoin?

Yves Fortin, citoyen engagé
Ex DG du CLD du Bas-Richelieu
Ex coordonnateur de l’Agenda 21 de Sorel-Tracy et ex-praticien du développement durable

Publicité

Publicité