SorelTracy Magazine - Mardi, 23 avril 2024

Mercredi 8 novembre, 2023

Présence de gobies à taches noires en amont du barrage de Saint-Ours dans la rivière Richelieu

Le ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP) souhaite informer la population de la progression d’une espèce aquatique envahissante, le gobie à taches noires, dans la rivière Richelieu, en amont du barrage de Saint-Ours.

Trois gobies à taches noires ont été capturés à l’automne 2023 dans le cadre de pêches effectuées pour valider sa présence. L’espèce a été observé pour la première fois dans la rivière Richelieu en 2011 près de l’embouchure du fleuve Saint-Laurent et il a progressé jusqu’à la section aval du barrage de Saint-Ours dans la rivière Richelieu.

Le Ministère est en action pour définir la progression de l’espèce et mettre en œuvre des mesures adaptées pour la contenir.

Des impacts négatifs sur la biodiversité

Le gobie à taches noires est un prédateur pour les œufs ou les larves de poissons présents dans les lacs et cours d’eau où il s’implante. Il entre également en compétition avec les autres poissons qui se nourrissent au fond de l’eau. Une fois qu’elles sont établies dans un milieu, les espèces aquatiques envahissantes (EAE) sont difficiles à contrôler et à éliminer. C’est pourquoi il est important de chercher à limiter leur dispersion dans les lacs et les rivières par des mesures de prévention.

Quoi faire si vous pêchez un gobie à taches noires?

La collaboration des pêcheurs et pêcheuses est sollicitée pour signaler toute observation de cette espèce au Ministère afin de mieux répertorier sa présence entre le barrage de Saint-Ours et la frontière américaine. Pour ce faire, les citoyens peuvent communiquer avec le Ministère par courriel ou par téléphone :

• 1 877 346-6763
services.clientele@mffp.gouv.qc.ca

Lorsque cela est possible, la mention doit être accompagnée des coordonnées géographiques du lieu et d’une photo claire du spécimen.

Comment aider à prévenir la propagation de cette espèce?

La prévention est cruciale, car une fois l’espèce établie dans un plan d’eau, son éradication est pratiquement impossible et son contrôle demande des actions récurrentes et coûteuses.

Vous pouvez contribuer à prévenir l’introduction et la dispersion de cette espèce envahissante en pratiquant vos activités de pêche et de loisir de façon responsable, notamment en respectant l’interdiction de l’usage de poissons appâts vivants au Québec.

De plus, les gobies peuvent se cacher dans tous les recoins des embarcations. Il est donc possible de transporter des gobies adultes ou des œufs à son insu sur son embarcation. En tout temps, l’inspection, la vidange, le nettoyage et le séchage des embarcations et du matériel utilisé sont parmi les méthodes facilement applicables pour prévenir l’introduction et la propagation des espèces aquatiques envahissantes.

En Amérique du Nord, le gobie à taches noires a été introduit dans la rivière St. Claire (Michigan, États-Unis) au cours des années 1990 par le déversement des eaux de ballast des navires en provenance d’Europe. Depuis, il se propage sur de courtes distances à partir de son lieu d’introduction d’origine.

Le gobie à taches noires a été détecté pour la première fois au Québec en 1997 dans le fleuve Saint-Laurent près de Québec.

Publicité

Publicité