SorelTracy Magazine - Vendredi, 21 janvier 2022

Mardi 21 Décembre, 2021

Petit guide de climato-rhétorique pour survivre au temps des fêtes

On ne se racontera pas d’histoires, faire changer les autres d’idées n’est pas simple. Mais on peut toujours les faire réfléchir. Bien qu’avec certains membres de la parenté, mieux vaut s’y prendre avec des pincettes… Voici des réponses percutantes à cinq objections climatiques courantes.

1. Agir seul, ça ne change rien….
Alors que tu jasais de l’importance des petits gestes à poser pour réduire notre empreinte carbone, ta belle-soeur te lance par-dessus le buffet : « S’cuse-moi mais agir tout seul, chacun de son côté, ça ne va pas changer grand-chose! »

Malgré ce qu’on pourrait penser, nos petits gestes du quotidien ont vraiment un impact sur le climat.  Tellement que si tous les Québécois s’y mettaient, on pourrait réduire de 13,5 millions de tonnes nos émissions de gaz à effet de serre (GES) en un an. Mais pour que ces ‘’petits’’ gestes comptent vraiment, il faut adopter les plus efficaces : s’attaquer au gaspillage alimentaire, adopter l’éco conduite et réduire sa consommation de viande. Oui oui, c’est faisable, j’te jure.

2. Il fait assez frette aujourd hui, parle moi pas de réchauffement climatique
« Heille, quand j’pellette dehors à – 30 pis que j’vous entends parler du réchauffement de la planète…  J’en crois pas mes oreilles tellement sont gelées! »

Le climat, ce n’est pas la météo. La météo, c’est le temps qu’il fait dehors ici et maintenant, alors que le climat s’observe sur des siècles à partir de moyennes régionales.  Ça se peut qu’il fasse hyper frette quelques jours par hiver au Québec et qu’en même temps la planète se réchauffe depuis plusieurs décennies. « C’est comme si tu ouvrais le frigo pis tu t’asseyais devant… pendant que lui y se réchauffe, toi tu te refroidis! »

3. La main dans le sac
Tu viens de flabergaster tout le monde avec ta trempette végane aux artichauts, pis ton beau-frère, blessé dans son orgueil après en avoir mangé la moitié, déclare : « Ok, j’avoue que c’était pas mauvais, mais j’pourrais pas manger juste ça tous les jours. Je travaille dans la construction, moé. Ça me prend de la viande pour avoir de l’énergie! »

« As-tu déjà remarqué à quel point ça coûte cher, la viande? En en mangeant moins, tu économises et tu fais une bonne action pour le climat. À portion égale, le porc émet 10 fois plus de GES que les pois chiches (tsé, les légumineuses qu’il y a dans le houmous). Et si on regarde du côté de la viande rouge, comme le boeuf, ça monte à 30 fois plus!  Pis avec ce que tu sauves, tu peux te gâter, de temps en temps, en achetant de la viande de meilleure qualité, qui est produite en respectant les bêtes pis l’environnement. En
passant, sais tu que Mike Tyson est végétarien? Tu ne l’aimes pas. Préfères- tu Carl Lewis? Serena et Venus Williams? Lewis Hamilton? Ou encore Patrik Baboumiam, quatre fois vainqueur du titre d’homme le plus fort du monde. »

4. Le mot de trop
« L’action climatique, c’est une autre affaire pour venir scraper notre économie! »

Un ange passe et tout le monde te regarde. Tu déposes ta paille en bambou et ton lait de poule au rhum et lui dis en un souffle : «En fait, c’est pas mal le contraire, dude. D’après l’Organisation internationale du travail, dans le monde, 24 millions de nouveaux emplois seront créés d’ici 2030 grâce à une économie sobre en carbone. Ça en fait du monde qui se pogne une bonne job! Et au Québec, on est des leaders positifs parce que notre hydroélectricité émet peu de gaz à effet de serre. Faque prépare ton CV, man!»

5. Moi, du compost qui pue, j’en veux pas dans ma cuisine ou même sur mon
balcon!

Le compost, c’est pas dégueu, c’est un vrai trésor! Là, tes restants vont se ramasser au dépotoir dans un sac de plastique, se décomposer et émettre du méthane, un gaz dont les émissions sont 25 fois plus puissantes que celles du CO2. En mettant tes vieilles carottes dans le compost, tu leur permettrais de se décomposer avec de l’oxygène et hop! Pas de méthane. Pis arrête de me raconter des niaiseries, c’est gelé ben raide dehors, ça pue pas pantoute! »

Parler sobrement du climat ça changera de parler du virus… Joyeuses fêtes solidaires à tous.

André Pepin, au nom de la CENAP (Coalition Eau, Nature, Air Purs)

Publicité

Publicité