SorelTracy Magazine - Vendredi, 1 mars 2024

Lundi 20 mars, 2023

Mon 105e marathon pour nos héros en Normandie !

Le pont Pegasus, un endroit important du débarquement.

Je vous raconte.

Il y a de ces hasards inexplicables. Quand ils sont heureux, on les accepte volontiers.

Pendant la pandémie, ma fille Carole-Anne me parle de son ami français qui demeure en Normandie et qui serait intéressé par la lecture mon livre : 100 marathons plus tard…avec le cancer.

Je communique avec lui pour le connaître davantage et prendre les moyens pour lui faire parvenir.

L’an dernier, il voulait venir visiter le Québec et profiter de son passage pour voir Carole-Anne et son mari Patrice au Vermont, Vous devinez qu’il pratique la course à pied et a coïncidé son passage au Québec en s’inscrivant au marathon de Montréal.

Je l’ai pour l’occasion, rencontré en personne car nous avions planifié prendre nos dossards en même temps. Quelques heures avant le marathon, je l’ai revu sur l’Île Notre-Dame et c’est à ce moment qu’il m’a parlé d’un marathon qui a rapidement attiré mon attention.

Je lui avais confié que depuis la réalisation de mon 100e marathon, je tentais de courir de nouveaux trajets. Alors, il m’a dit : « Tu pourrais participer au Marathon de l’Espoir en Normandie, là où je réside ? » Il a ajouté quelques détails de sorte qu’il m’a presque convaincu. Je dois vous avouer que je suis fasciné par les conflits mondiaux, particulièrement les deux premières guerres mondiales. Le courage des gens, des soldats, je suis impressionné.

LE DÉBARQUEMENT

Tout comme le soldat Ryan.

Quand on parle de la Normandie, forcément, on pense au débarquement et à partir de là, je suis captivé. Vous avez vu le film du soldat Ryan ?

Histoire de rendre hommage à ces héros, je participerai à la 36e édition du Marathon de l’Espoir le dimanche 4 juin prochain, ce qui deviendra mon 105e marathon. Encore aujourd’hui, cette opération amphibie et aéroportée est toujours considérée comme la plus gigantesque de tous les temps.

Imaginez, elle aura regroupé 156,000 hommes de 17 nationalités, 20,000 véhicules, 5,000 bateaux, 3,000 barges de débarquement, 130 navires de guerre et 12,000 avions. Sur les traces des héros de l’histoire, emprunte d’émotions, ce parcours qui fait revivre les principaux endroits de cette bataille, telles les plages Juno et Sword et le pont Pegasus, viendront sûrement m’ébranler,

Lorsque j’ai transmis la bonne nouvelle à mon nouvel ami français Hélory, j’ai semblé le prendre au dépourvu. Il ne s’en attendait certainement pas. Il ne prévoyait pas courir de marathon cette année sous les conseils de son instructeur car il participera à une course de plus grande envergure. Cependant, il se peut fort bien qu’il s’inscrive au demi.

LA BÊTISE HUMAINE

Une cérémonie a lieu chaque année pour se rappeler les horreurs du débarquement.

Bien sûr que nous aurons l’opportunité de se revoir. Ce marathon, je vais le courir avec ma coéquipière qui m’accompagne régulièrement lors de mes entraînements, Ariane Gauthier qui en sera à son premier 42 km outre frontière. Inutile de dire qu’elle est fébrile.

En plus, le dimanche auparavant, elle aura couru le marathon d’Ottawa. Jeune, elle est en excellente condition physique et est en mesure de prendre part à ces deux beaux événements, d’autant plus que le marathon de Normandie viendra assurément chercher nos sentiments.

Après ma visite au camp de concentration d’Auschwitz en Pologne, je pense que le marathon de l’Espoir en Normandie ajoutera du poids à ma prise de conscience de cette 2e guerre mondiale et la bêtise humaine que je n’arriverai jamais à comprendre.

Les fameuses plages de la Normandie.

Publicité

Publicité