SorelTracy Magazine - Vendredi, 17 septembre 2021

Vendredi 25 juin, 2021

Mobilisation de la communauté économique face à l’annonce du départ imminent d’Alstom

Sorel-Tracy, 23 juin 2021. – Les présidents de la Société des parcs industriels Sorel-Tracy (SPIST), de Développement économique Pierre-De Saurel, la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy et les élus s’unissent, et font appel aux forces vives de la région, pour demander à la direction d ‘Alstom de se raviser et de revoir son plan de fermer l’usine de Sorel-Tracy. Alors que le Québec retentit chaque jour de projets et de déclarations sur l’électrification des transports collectifs, le 16 juin dernier sans aucune consultation ou aucun projet de substitution, la direction d’Alstom a annoncé la fermeture définitive de son usine à Sorel-Tracy.

Dès 2012, la région s’est mobilisée pour maintenir une partie des activités d’Alstom à Sorel-Tracy. Les acteurs de l’époque avaient été inventifs pour offrir à Alstom une usine moderne, afin d’implanter son usine de bogies.  « La Société des parcs industriel Sorel-Tracy (SPIST), a investi une partie de l’argent reçu lors de sa création pour construire une usine sur mesure pour Alstom il y a 8 ans. À l’inauguration, Alstom se félicitait que cette usine allait contribuer à l’expansion du transport électrique au Canada et en Amérique du Nord. La SPIST qui travaille à assurer une activité économique significative dans le parc industriel Ludger-Simard ne peut laisser annoncer une fermeture imminente sans réagir », indique Sylvain Ayotte, président du CA de la SPIST. Pour la Société qui gère le Parc industriel Ludger-Simard, le maintien d’emplois de qualité est aussi prioritaire que d’avoir des locataires.

Alstom se spécialise dans l’industrie du transport collectif, ce qui est un marché prometteur pour les décennies à venir, malgré le ralentissement actuel. À Sorel-Tracy, l’entreprise fabrique les bogies pour les wagons de métro. Les dirigeants évoquent l’absence de commandes pour justifier le démantèlement de l’usine. « Malgré un contexte difficile, il arrive que des grandes entreprises voient leur carnet de commandes connaitre des creux, mais ce n’est pas une raison suffisante pour démanteler une usine, quitter une région. Quand ces situations arrivent, il faut que les acteurs locaux soient invités à collaborer à la recherche de solutions », souligne Luc André Lussier, président de Développement économique Pierre-De Saurel. Il offre également le support de son organisation pour tenter de dénouer cette impasse.

Avec la mise en place de cette usine, des soudeurs de la région ont été formés selon les plus hautes certifications. La qualité des bogies construits à Sorel-Tracy est reconnue et ce, depuis les premières livraisons des trains Azur. Sylvain Dupuis, directeur général de la CCIST souligne l’importance de la présence d’une entreprise mondiale comme Alstom, sur notre territoire, car elle favorise le commerce et l’industrie, stimule le développement civique mais surtout contribue grandement au développement économique local et régional.

Le député Jean-Bernard Émond se montre également préoccupé par le départ de la région d’une entreprise comme Alstom. « Il faut rapidement se mettre tous ensemble en mode solution. C’est une grande période d’incertitude pour les employés et il est de notre responsabilité de les accompagner » d’indiquer le député de Richelieu.

Pour le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, « cette annonce de délocalisation d’emplois et de licenciements mérite des explications de la part d’Alstom. Notre région continuera de faire valoir ses points pour qu’Alstom révise sa décision. Les employés touchés se sont investis ici, à Sorel-Tracy, avec leur famille. Pour eux, comme pour nous, c’est une nouvelle qui est inacceptable. La Ville ne peut regarder Alstom plier bagage sans rien faire ».

Alstom est une grande entreprise, qui profite du soutien gouvernemental, qui compte la Caisse de dépôt à titre d’actionnaire important et qui vient de bénéficier d’un engagement de prêt pardonnable de plus de 56 millions. Il faut être à nouveau créatifs pour trouver une solution pour pallier cette baisse du carnet de commandes.

Ensemble, les représentants des organismes socio-économiques locaux et les élus tiennent à rappeler que l’on n’assistera pas muets à la fermeture de l’usine d’Alstom au Parc Ludger-Simard, que l’on souhaite collaborer à la recherche de solutions et que l’on fera entendre que la région refuse d’être abandonnée aujourd’hui après tous les efforts déployés depuis 2012.

Source : Société des parcs industriels Sorel-Tracy

Publicité

Publicité