SorelTracy Magazine - Dimanche, 22 mai 2022

Samedi 7 mai, 2022

Écoute électronique :

L’UPAC débarque chez le maire de Sorel-Tracy

Image: upac.gouv.qc.ca

SOREL-TRACY (STM) – L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a perquisitionné la résidence du maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, vendredi soir.

Selon différents médias, cette perquisition serait en lien avec l’affaire de surveillance électronique contre le greffier de la Ville.

Fidèle à son habitude, l’UPAC s’est fait avare de commentaire, confirmant simplement que des policiers ont effectué cette perquisition, après avoir reçu le mandat de poursuivre l’enquête jeudi des mains de la Sûreté du Québec.

« Comme les allégations concernent un élu et des fonctionnaires, il revient à l’UPAC de faire la lumière dans ce dossier. Les allégations portent sur l’abus de confiance, l’interception illégale de communication privée et la possession de matériel d’interception », a souligné le porte-parole, Mathieu Galarneau au journal Les 2 Rives.

Cette affaire de surveillance électronique cause des vagues depuis pratiquement deux semaines.

On apprenait que le maire avait utilisé des moyens électroniques dans le bureau de René Chevalier pour écouter des conversations.

Lundi dernier, sept des huit conseillers ont voté une motion de blâme contre le maire. Seul Jocelyn Mondoux s’est abstenu, préférant attendre la fin des enquêtes en cours.

Le maire Péloquin a toujours assuré collaborer aux enquêtes.

La Commission municipale du Québec se penche aussi sur le dossier.

 

Publicité

Publicité