SorelTracy Magazine - Mardi, 21 mai 2024

Mardi 5 Décembre, 2023

L’heure est aux retrouvailles pour André St-Julien

Alain Levasseur en compagnie de André St-Julien

(Stéphane Martin, 4 décembre 2023) – Une vingtaine de personnes étaient réunies le samedi 25 novembre dernier afin de participer à la rencontre retrouvailles des pionniers du club cycliste Dynamiks et des membres fondateurs du Comité des loisirs municipaux de Contrecoeur.

L’occasion était également de rendre hommage à André St-Julien qui a gravité au sein de ces deux organisations pendant de nombreuses années. L’homme de 81 ans, originaire du quartier Rosemont à Montréal, a fait sa marque dès son arrivée dans la région en 1970. « La Chambre de commerce m’avait approché afin que je devienne membre à titre personnel. Je me suis fait un paquet de contacts. L’idée d’organiser un carnaval d’hiver a fait surface lors d’une réunion et j’ai pris les choses en main. Les gens ne croyaient pas qu’un étranger allait réussir à mobiliser la communauté, mais ç’a été un succès sur toute la ligne. On a ramassé 15 000$ sur trois fins de semaine d’activités », se souvient Monsieur St-Julien.

De fil en aiguille, le jeune St-Julien s’est vu confier de nouvelles responsabilités, dont celle de former le premier Comité des loisirs de Contrecoeur.  « On est en 1973 environ, j’ai rassemblé une vingtaine de contacts de différentes organisations. À l’époque, il y avait des loisirs à Contrecoeur, mais tout le monde menait ses affaires chacun de leur côté. Il y en a qui jouaient au hockey, d’autres du ballon-balai, d’autres faisaient des jeux d’été, etc. Je trouvais important qu’on soit tous ensemble et qu’on parle d’une seule voix avec une meilleure structure. On avait plus de poids quand on demandait quelque chose à la municipalité.  Par exemple, on a réussi à obtenir le terrain de baseball qui est encore au même endroit aujourd’hui. Quand je regarde ça, je me dis qu’on n’a pas travaillé pour rien », ajoute André St-Julien qui s’est toujours impliqué à titre de bénévole alors qu’il était camionneur de métier.

Une autre belle fierté pour Monsieur St-Julien est d’avoir permis au club cycliste Dynamiks d’adhérer au Comité des loisirs en 1976. « À ce moment, nous avons gagné en notoriété. Nous avons toujours été un club de développement. Quand on a été reconnu, il y a eu une croissance du club, ce qui nous a permis de former des champions québécois. La qualité des bénévoles qui s’impliquaient dans le club était remarquable. On a été reconnu comme organisation par excellence au travers les années. Les Dynamiks représentent la 5e plus vieille organisation dans le cyclisme au Québec », commente à ce sujet l’ex-président Alain Levasseur qui est également le fils du président fondateur, Gilles, qui a fait naître Les Dynamiks aux côtés de Léandre Boutin.

Il aura fallu beaucoup de patience aux bénévoles de l’époque avant que le Comité des loisirs soit officiellement reconnu et annexé à la municipalité. « On s’est imposé auprès du conseil municipal. On avait besoin d’obtenir une reconnaissance. On faisait tout avec notre propre argent. Il fallait se faire reconnaître par la municipalité afin d’obtenir de vraies subventions et développer davantage. Le vrai service des Loisirs est arrivé à Contrecoeur en 1977. Il y a même un de nos bénévoles qui est devenu directeur des loisirs par la suite. J’en suis bien fier », raconte André St-Julien.

Myriam Arpin aux côté d’André St-Julien lors du Gala du mérite économique de 2012 où Opération Nez Rouge avait remporté le prix Coup de cœur.

Le bénévole passionné a aussi fait sa trace à Sorel-Tracy en étant impliqué pendant plus de 25 ans pour Opération Nez Rouge.  Si des problèmes de santé font en sorte qu’il ne peut plus s’impliquer, il demeure tout de même en contact avec l’organisation. « C’est du bénévolat que j’ai fait toute ma vie. J’ai fait mon bout, j’ai toujours fait de mon mieux. Dans tout ce que j’ai fait, il n’y a que Les Dynamiks et Opération Nez Rouge qui ont eu l’amabilité de me féliciter du soutien que j’ai apporté. On ne le fait pas pour ça, mais ça fait toujours du bien de se faire reconnaître », de conclure André St-Julien.

Quelques pionniers des premières heures du Club cycliste Dynamiks de Contrecoeur qui étaient impliqués soit comme dirigeants ou coureurs. Derrière André St-Julien, on reconnaît Jacques Sarrazin (chandail gris) qui fut le premier entraîneur à la naissance du Club Dynamiks. Celui qui expose son maillot de laine bleu-blanc-rouge, est le premier champion québécois Dynamiks en 1977, Alain Jacques.

Quelques membres fondateurs du Comité des loisirs municipaux de Contrecoeur. Dans l’ordre habituel, on reconnait Yves Beaulieu, Yves Poitras, Jacques Sarrazin, André Genest et à l’avant André St-Julien qui en a été le premier président.

Publicité

Publicité