SorelTracy Magazine - Dimanche, 3 mars 2024

Mercredi 6 septembre, 2023

Les retraités de Rio Tinto s’impatientent et exigent une indexation des pensions

(Stéphane Martin, 6 septembre 2023) – Une centaine de retraités de Rio Tinto Fer et Titane ont manifesté mercredi matin devant l’usine de Sorel-Tracy afin d’exiger une indexation du fonds de pension qui est réclamée depuis plus de 10 ans.

« Jusqu’à maintenant, c’est 30% d’inflation qui est à combler. En 1980, la compagnie a pris un engagement clair d’indexer le fonds de pension aux deux ans. […] La pratique a cessé en 2011 lorsque Rio Tinto a pris les commandes. Ils ont déclaré 17 milliards de dividendes en 2022, ils ont de l’argent pour nous indexer à mon avis », commente Serge Bergeron qui est membre du Groupe de Retraité(e)s pour le Rétablissement de l’Indexation (GRRI).

« Récemment, Alcan a donné 28 M$ pour les employés retraités du Saguenay. Ce qui est bon pour minou est bon pour pitou. Nous représentons près de 400 membres ici et l’on se sent exclus. […] Les dirigeants proviennent de l’extérieur et sont parachutés à Sorel-Tracy. Ils ne connaissent pas la business, ils sont là pour 5 ans et ils s’en vont après. Ils en donnent moins pour générer de bons profits et avoir un bonus. L’entreprise n’a pas assez de considération envers ses ex-employés qui ont contribué, plus que les actionnaires, à l’augmentation de la valeur de l’action de Rio Tinto. On s’est toujours bien occupé des infrastructures de la compagnie et des employés », ajoute Monsieur Bergeron.

À gauche, le porte-parole, Serge Bergeron

Avec la manifestation de ce mercredi matin, les membres du GRRI souhaitent également attirer l’attention des deux paliers de gouvernement afin de lier toute subvention à l’entreprise au respect des engagements passés, dont la politique d’indexation de 1980. Une lettre à cet effet a d’ailleurs été récemment envoyée au ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon.

« Nous souhaitons qu’il nous accorde une rencontre pour discuter plus en détail de la question. Nous sommes convaincus qu’en travaillant ensemble, nous pourrons trouver une solution qui concilie les intérêts des retraités, de Rio Tinto et du Québec », de conclure Serge Bergeron.

Publicité

Publicité