SorelTracy Magazine - Vendredi, 17 septembre 2021

Jeudi 6 mai, 2021

Réseau de la santé publique

Les employés non vaccinés devront se faire tester jusqu’à 3 fois par semaine

Les employés du réseau de la santé publique qui refusent de se faire vacciner contre la COVID-19 devront obligatoirement se faire dépister jusqu’à 3 fois par semaine. L’initiative découle d’un arrêté ministériel et une communication, dont le SorelTracy Magazine a reçu une copie, circule déjà à cet effet.

« Si vous recevez ce courriel, c’est que selon les informations dont dispose le CISSS de la Montérégie-Est, vous faites partie des employés non vaccinés et visés par les arrêtés ministériels 2021-024 et 2021-028 qui ont pour objectif d’augmenter le taux de vaccination des travailleurs de la santé de certains secteurs ciblés. La vaccination massive étant le meilleur moyen d’éradiquer la COVID-19 et d’espérer un retour à une certaine normalité, la participation du plus grand nombre de citoyens, à commencer par les travailleurs de la santé et des services sociaux, s’avère essentielle », peut-on lire dans la missive.

« Ainsi, cet arrêté ministériel prévoit que les employés des secteurs visés qui ne sont pas vaccinés depuis au moins 14 jours devront se soumettre à des tests de dépistage obligatoires (jusqu’à 3 tests par semaine selon le nombre de jours travaillés). Nous désirons, dans un premier temps, connaître vos intentions par rapport à la vaccination et vous offrir de nouveau l’opportunité de vous faire vacciner rapidement. Dans le cas contraire, vous aurez des informations quant aux modalités qui s’appliqueront », d’indiquer le Service de la gestion de la santé et sécurité au travail, Direction des ressources humaines, communications et affaires juridiques du CISSS de la Montérégie-Est.

Les travailleurs qui ont fait parvenir cette communication à notre service de nouvelles se sentent en majorité non respectés dans leur choix de ne pas se faire vacciner.

« Je comprends qu’il s’agit d’un arrêté ministériel et que nous devons nous y conformer. Cependant, le choix de se faire vacciner ou non appartient à chaque citoyen. On sait qu’on peut être porteur du virus même si l’on est vacciné. Alors, pourquoi ne cibler que les travailleurs non vaccinés ? De toute façon, dès que l’on a des symptômes qui s’apparentent à ceux de la COVID, on est retiré de notre milieu de travail et l’on doit se faire tester. Je ne vois vraiment pas où est l’intérêt de ces 3 tests systématique par semaine, si ce n’est que par acharnement afin nous inciter à nous faire vacciner », affirme un premier travailleur qui a réclamé l’anonymat.

Même son de cloche chez cette autre employée. « Contrairement à ce que vous pouvez croire, je ne suis pas une anti-vaccin. J’ai eu le vaccin contre la varicelle et j’ai attrapé la varicelle, j’ai le vaccin contre la grippe et quand même attrapé la grippe. […] Les symptômes sont moins forts, mais on peut attraper le virus et le transmettre aux autres quand même. »

En janvier dernier, le Comité d’éthique de santé publique de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) recommandait fortement la vaccination chez les travailleurs de la santé, mais était incapable d’en justifier l’obligation puisqu’il était impossible d’affirmer que les vaccins empêchent la transmission du virus vers les usagers.

 

Publicité

Publicité