SorelTracy Magazine - Vendredi, 1 mars 2024

Vendredi 2 juin, 2023

Grève des cols bleus :

Le syndicat affirme que la Ville est en contravention du Code du travail

SOREL-TRACY, 2 juin 2023 – Moins de deux semaines après le déclenchement de leur grève générale illimitée, les cols bleus de Sorel-Tracy constatent que la Ville fait peu de cas des dispositions du Code du travail concernant les briseurs de grève (scabs).

Pourtant, une violation aux dispositions anti-briseurs de grève n’est pas banale.  Le Code du travail prévoit même que des poursuites pénales assorties d’amendes peuvent être entreprises à l’encontre d’un employeur dans de pareilles situations.

En effet, un incident en ce sens a été constaté par les grévistes, qui implique le Gib Fest (anciennement Festival de la gibelotte), un organisme subventionné par la Ville. Des salarié-es de cet organisme ont procédé au ramassage des déchets dans un parc, enfreignant ainsi l’article 109.1 du Code du travail qui interdit qu’un salarié-e d’une autre entreprise fasse le travail des salarié-es en grève.

Mépris de la sécurité

Non seulement la Ville ne se préoccupe pas du Code du travail, mais elle ne semble pas faire grand cas de la sécurité des baigneuses et des baigneurs non plus. En effet, un cadre de la Ville s’est improvisé surveillant de piscine, sans détenir de certificat de sauveteur, lors d’une activité de baignade naturiste organisée à la piscine Laurier-R.-Ménard. Dans le cadre d’un tournage de la série documentaire « Le monde est à nu ! » pour la chaîne TV5 Canada, la Fédération québécoise de naturisme avait lancé une invitation spéciale aux familles pour cette baignade.

« Les cols bleus soulignent le manque de sérieux de cette administration municipale qui bafoue les règles. Cette infraction aurait pu avoir de graves conséquences pour la sécurité des baigneuses et des baigneurs », dénonce Martin Gingras, président du Syndicat des employé-es municipaux de Sorel-Tracy–CSN.

Pendant ce temps, rien ne se passe à la table de négociation. Il faut dire que le maire Patrick Péloquin était en visite en France du 20 au 27 mai, à l’invitation de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Les représentantes et représentants syndicaux attendent impatiemment d’autres dates afin de régler rapidement le conflit et limiter les impacts négatifs pour les résidentes et les résidents de Sorel-Tracy. « Autant les élu-es que la direction générale de la Ville font preuve de mépris. Lors d’un récent incident, les cadres ont d’abord refusé de prêter le matériel nécessaire au club de soccer. Ils ont préféré blâmer, à tort, les cols bleus », dénonce pour sa part Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie–CSN. « La Ville n’a qu’à négocier de bonne foi pour que les cols bleus reprennent les tâches sous leur responsabilité », ajoute Mme Herbeuval.

« Par respect pour les citoyennes et les citoyens, nous demandons au maire Péloquin et aux dirigeantes et dirigeants de la Ville de prendre les responsabilités qui leur incombent et de s’assoir à la table de négociation pour y négocier de bonne foi plutôt que de laisser traîner les choses, comme c’est le cas depuis 15 mois », termine Simon Mathieu Malenfant, vice-président trésorier de la Fédération des employées et employés de services publics–CSN.

Syndicat des employé-es municipaux de la ville de Sorel-Tracy–CSN

Publicité

Publicité