SorelTracy Magazine - Vendredi, 17 septembre 2021

Samedi 3 juillet, 2021

Financement du futur complexe aquatique de Sorel-Tracy

Le milieu corporatif est sollicité afin de réduire la facture aux citoyens

Le maire de Sorel-Tracy est sûr que le milieu corporatif plongera dans le projet du futur complexe aquatique afin de réduire la facture aux citoyens. Annoncé en grande pompe la semaine dernière, le projet estimé à 31 M$ pourra compter sur une aide de 20 M$ d’Ottawa et Québec.
(Voir texte : https://www.soreltracy.com/2021/juin/22j3.html )

« Un peu comme l’équipe d’Azimut a fait avec le Marché pour diminuer la facture des rénovations, on regarde pour signer avec une grande bannière afin de diminuer les coûts pour la municipalité. […] Donc oui, il y a une démarche qui va s’enclencher pour solliciter l’aide du milieu corporatif », confirme Serge Péloquin en entrevue au SorelTracy Magazine.

La Ville ira en règlement d’emprunt à l’automne pour l’entièreté de la somme du projet de 31 M$.  « C’est comme ça que ça fonctionne, explique-t-il. On emprunte la somme entière et les subventions entrent au fur et à mesure que le projet avance. »

Munie de son cahier de charges, la Ville lancera sous peu les procédures conduisant à la réalisation de plan et devis du projet. Par la suite, les appels d’offres seront lancés afin de connaître le plus bas soumissionnaire qui réalisera les travaux de construction. Dans le meilleur des scénarios, un début de construction au printemps 2022 est envisagé pour une coupure de ruban en 2024.

Le maire Péloquin a également expliqué qu’aucun règlement d’emprunt n’avait été effectué dans le cadre du premier projet présenté qui incluait un terrain synthétique intérieur. « On n’était qu’à l’étape de préfaisabilité. Cela nous a permis de regarder plein de scénarios, d’évaluer les coûts, de rencontrer les gens du sport et de visiter d’autres complexes ailleurs en province. […] Il ne faut pas perdre de vu que l’on a dû modifier notre projet initial afin de maximiser les chances d’obtenir une subvention », raconte Serge Péloquin.
(Voir texte : https://www.soreltracy.com/2020/jan/10.html )

En ce qui concerne l’aménagement d’un terrain en surface synthétique extérieur à l’École secondaire Bernard-Gariépy, le projet se fait toujours attendre malgré le règlement d’emprunt de 2 M$ effectué en 2020. « Tout ce que l’on attend, c’est que le ministère de l’Éducation autorise le Centre de services scolaire de Sorel-Tracy à signer l’emphytéose avec la ville. Dès que c’est signer, les bulldozeurs vont débarquer comme dirait l’autre », de conclure Monsieur Péloquin.

Publicité

Publicité