SorelTracy Magazine - Lundi, 27 mai 2024

Mardi 10 octobre, 2023

L’Administration portuaire de Montréal

Le Gouvernement fédéral annonce 150 M$ pour le terminal de Contrecoeur

Martin Damphousse, maire de Varennes et président de l’UMQ ; Angelo Iacono, député d’Alfred-Pellan ; Rachel Bendayan, secrétaire parlementaire de la vice-première ministre et ministre des Finances et députée d’Outremont ; l’honorable Pablo Rodriguez, ministre des Transports du Canada et lieutenant du Québec ; Maud Allaire, mairesse de Contrecoeur ; Geneviève Deschamps, PDG intérimaire de l’APM ; Paul Bird, vice-président au projet Contrecoeur ; John Parisella et Anik Trudel, membres du CA de l’APM.

(Communiqué) – L’Administration portuaire de Montréal (APM) est ravie de l’octroi de 150 millions de dollars de la part du gouvernement fédéral pour son projet de terminal à conteneurs à Contrecœur. Cet investissement stratégique est un pas de géant pour améliorer la fluidité dans la chaîne d’approvisionnement au Canada.

Un projet d’avenir

L’APM salue cet octroi de 150 millions de dollars au projet Contrecœur dans le cadre du Fonds national des corridors commerciaux (FNCC) annoncé par le ministre des Transports et Lieutenant du Québec, l’honorable Pablo Rodriguez. Ce soutien financier du gouvernement fédéral vient confirmer l’importance stratégique du projet d’expansion à Contrecœur dans un contexte de croissance anticipée du secteur des conteneurs, afin de répondre aux besoins des importateurs, des exportateurs et des consommateurs. Rappelons que l’expansion des activités du Port de Montréal à Contrecœur a reçu en 2021 une déclaration de décision favorable du ministre de l’Environnement et du Changement climatique du Canada, permettant au projet d’aller de l’avant.

« Ce soutien financier du gouvernement fédéral est un message fort envers notre grand projet d’expansion à Contrecœur et l’avenir de l’écosystème logistique du corridor Saint-Laurent. Il nous permet d’amorcer les prochaines étapes avec confiance pour continuer d’assurer notre rôle essentiel de moteur économique durable au cœur de l’économie du Québec et du Canada », a ajouté Geneviève Deschamps, présidente-directrice générale par intérim de l’APM.

Une approche hybride

Le soutien financier annoncé par le ministre Rodriguez aujourd’hui permet notamment à l’APM de faire évoluer le modèle de réalisation du grand projet d’expansion sur la Rive-Sud de Montréal. Selon ce nouveau modèle, l’APM prendra en charge la responsabilité d’une partie de la réalisation du projet et met fin à l’appel d’offres en cours pour adopter un mode de réalisation plus agile.

La nouvelle approche préconisée par l’APM prévoit que les travaux du futur terminal seront effectués en mode hybride :

Les travaux en eau seront entièrement pris en charge par l’APM. L’APM agira à titre de maître d’œuvre de ce volet qui inclut la construction des quais et les travaux de dragage. La planification de ces travaux fera l’objet d’une démarche de type conception-construction collaborative (« CC collaborative ») avec une entreprise qui l’accompagnera pour ce volet pour les prochains 9 à 12 mois.  Au terme de cette phase, l’APM attribuera les travaux en fonction de ses processus d’approvisionnement et présentera un calendrier de réalisation à jour pour ce volet des travaux.

Les travaux terrestres et l’exploitation seront réalisés avec un partenaire privé. L’APM lancera un appel de propositions sur invitation au début de 2024 pour sélectionner un partenaire privé qui s’occupera de la construction du terminal (cour de conteneurs, bâtiments et services publics et connexion ferroviaire). Ce partenaire privé exploitera et entretiendra aussi le terminal sous une approche CCFEE (construction, conception, financement, entretien et exploitation). Les travaux en eau précédemment mentionnés sont exclus de ce volet.

Le processus d’approvisionnement CCFEE lancé en novembre 2021, qui comprenait à la fois les travaux de construction du terminal (travaux en eau et travaux terrestres) et son exploitation, a donc été annulé pour laisser place à ce nouveau mode de réalisation mieux adapté à la réalité d’aujourd’hui. En effet, les discussions avec les soumissionnaires n’ont pas permis de parvenir à un résultat jugé satisfaisant pour l’APM, notamment compte tenu de l’évolution des marchés, dont les taux d’intérêt et l’inflation, entre le début de l’appel de qualification en 2021 et aujourd’hui.

« Les équipes de l’APM poursuivent leurs efforts pour une planification rigoureuse du grand projet d’expansion du Port de Montréal à Contrecœur, un projet crucial pour la résilience des chaînes d’approvisionnement. Le nouveau mode d’approvisionnement mis de l’avant permet un contrôle plus efficace des risques, des travaux et des coûts dans le contexte d’aujourd’hui », a déclaré Geneviève Deschamps.

Publicité

Publicité