SorelTracy Magazine - Lundi, 27 mai 2024

Mardi 13 juin, 2023

Le CABBR a besoin de 200 000$ et en appel à la générosité de la population

Éric Durand (Président Aciers Richelieu), Patrick Péloquin (Maire Sorel-Tracy), Jean Cournoyer (Président Construction 2000 cc et Location Kiroule), Pierre Desgranges (DG Caisse Desjardins Pierre-De Saurel) et Lise Lalancette (Première Vice-Présidente CABBR)

(Stéphane Martin, 13 juin 2023) – Bien que les travaux de réfection majeure du Centre d’action bénévole du Bas-Richelieu (CABBR) avancent rondement sur la rue Elizabeth à Sorel-Tracy, les partenaires financiers font appel à la générosité de la population et des gens d’affaires afin d’amasser la somme de 200 000$.

Ando Andrianady

Jusqu’à maintenant, la somme de 1 100 000$ a été recueillie par le biais de dons, de subventions et de partenaires financiers qui croient en l’importance de l’organisme. « C’est avec un sentiment de fierté que le Mouvement Desjardins donne un élan à ce projet grâce à son Fonds du Grand Mouvement. Cet appui financier est connecté aux besoins du milieu et influence positivement la vie des personnes en situation de vulnérabilité qui pourront en bénéficier. Cette initiative permettra de bonifier l’offre de service de l’organisme notamment par l’implantation d’une cuisine collective. Ultimement, c’est toute notre région qui profite de ce projet structurant », mentionne le directeur général de la Caisse Desjardins Pierre-De Saurel, Pierre Desgranges.

Une visite des lieux effectuée mardi matin aura permis de constater l’évolution des travaux. Les dirigeants ont bon espoir qu’un retour progressif des services sur la rue Elizabeth sera possible au mois d’août. Les bénéficiaires pourront dès ce moment se rendre sur la rue Elizabeth pour avoir accès, entre autres, aux services du marché alimentaire et de soutien d’urgence.

« Je suis tellement fier de l’engouement de nos partenaires autour du projet. Actuellement, afin de nous assurer du bon fonctionnement et du fonds de roulement du CABBR, nous sommes activement à la recherche du 200 000 $ manquant, et ce, malgré la somme de 1 100 000 $ amassée.  Nous nous assurerons ainsi de continuer à donner les meilleurs services à la communauté.  On invite donc le milieu des affaires et la population à soutenir financièrement le CABBR et ainsi notre belle collectivité », de déclarer Ando Andrianady, directeur général du CABBR.

Déjà grandement impliqués dans ce projet de rénovation, les hommes d’affaires Jean Cournoyer et Éric Durand ont annoncé qu’ils participaient à cette nouvelle collecte de fonds respectivement à la hauteur de 10 000$ et de 5 000$.  « J’invite tout le monde à donner dans cette campagne. Ce n’est pas obligé d’être un gros montant. La pauvreté est grandissante sur le territoire et le CABBR aide tellement de gens. Il faut donner sans hésiter », déclare Jean Cournoyer.

Jean Cournoyer et Éric Durand

« Depuis sa fondation il y a plus de 50 ans, le CABBR a joué un rôle vital dans la promotion de l’engagement citoyen et le soutien aux personnes vulnérables de Sorel-Tracy. La rénovation qui vise à moderniser et agrandir ses installations est plus que nécessaire. La grandeur d’une ville est aussi perçue par le soutien et les services à la communauté et les personnes dans le besoin. Bravo à toute l’équipe et les bénévoles impliqués », de souligner Patrick Péloquin, maire de Sorel-Tracy.

Très impliqué dans les rénovations, le trésorier du CABBR, Richard Bourque (à gauche), a fait faire une visite des lieux aux médias et partenaires financiers.

Très impliqué dans les rénovations, le trésorier du CABBR, Richard Bourque, a fait faire une visite des lieux aux médias et partenaires financiers.  On a pu y constater, entre autres, l’agrandissement de l’espace dédié aux programmes d’aide alimentaire et d’assistance sociale, afin d’accueillir en toute dignité davantage de personnes et d’améliorer la confidentialité des rencontres individuelles.  L’entièreté du bâtiment a été rénovée afin que les bénévoles et le personnel retrouvent des espaces de travail dignes de ce nom. Avant d’entamer les travaux de modernisation, le bâtiment a dû être décontaminé puisque de l’amiante se trouvait dans les murs.

Publicité

Publicité