SorelTracy Magazine - Dimanche, 19 mai 2024

Samedi 1 avril, 2023

Lancement d’album et prestation réussie pour Annie Duguay

Mission accomplie pour Annie Duguay qui a livré un 4e opus de qualité. Crédit : Annie Bourque

(Annie Bourque) – Entourée de musiciens talentueux, la chanteuse country Annie Duguay a livré une solide prestation, jeudi soir à la salle George-Codling de Sorel-Tracy.

Dans la salle, on note la présence de ses fans, d’amis proches et celle de son père, le chanteur Daniel Duguay qui lui a transmis sa passion de la scène. «Mes plus beaux moments de ma vie, confie la Soreloise, c’était quand je chantais avec toi, papa.»

Ce soir-là, le public a pu entendre la belle chanson Together again, interprétée par M. Duguay qui a conservé sa voix, sa fougue et son charisme.

Sur scène, Annie Duguay n’hésite pas à mettre en valeur son équipe de musiciens dont son excellent violoniste Guy Gagner, Tristan Roberge, son guitariste vedette venu de Nashville pour l’événement, son amoureux et complice Yannick Gravel, le pianiste Yannick Junior Gravel, Alain Ouellet et Magella Cormier.

Superbe prestation du violoniste Guy Gagner. Crédit : Annie Bourque

Un 4e opus touchant de sincérité et d’émotion

Présente au lancement, l’auteure de ces lignes n’avait aucune idée préconçue à propos d’Annie Duguay. Quelle agréable surprise de découvrir une auteure-compositrice-interprète qui chante et écrit des textes empreints de sincérité, d’émotion et de simplicité.

Chaque interprétation prête à la réflexion et à l’essentiel : la vie est si fragile. Dans la chanson «Maeva», on est saisi par le combat d’une petite fille luttant contre la maladie.  Son humour est apprécié dans la chanson «Quand même je m’ennuie» qui raconte le sentiment du syndrome du nid vide au moment où les enfants quittent la maison. «Y a plus de jus dans le frigidaire, y a plus de lavage à faire», chante-t-elle.


Touchant aussi « Une journée bien ordinaire » qui parle du suicide. « Tu ne sais pas tout ce que je donnerais pour te revoir», témoigne-elle. Dans un ton plus léger, on s’imagine cet été écouter «Le plus beau jour de ma vie», en voiture, le toit ouvrant et apprécier cet ode à l’amour.

Son talent d’auteure est mis à contribution dans le milieu artistique puisqu’elle écrit de plus en plus pour d’autres artistes. «J’adore ça et plus particulièrement écrire pour des hommes. Ça me permet d’explorer des sujets que je n’aborderais pas autrement», nous confie-t-elle.

Toujours plus haut, toujours plus loin

Même si elle chante depuis son enfance, Annie Duguay a décidé de devenir chanteuse professionnelle, il y a 6 ans. Le plus difficile selon elle, est de produire du matériel toujours aussi intéressant d’un album à l’autre.  « Offrir de la nouveauté sans se dénaturer. Comme les premiers albums ont été extrêmement bien reçus par le public et les radios, ça devient plus exigeant de s’assurer que les nouvelles chansons plaisent tout autant. C’est une pression supplémentaire.»

STM. Quel est la chose la plus exaltante lorsqu’on pratique ce métier ?

A.D. Sans contredit être sur scène et sentir le public réagir à ses propres compositions. Je me rappelle encore la toute première fois où j’ai remarqué une dame dans la salle qui chantait, avec moi, les paroles de l’une de mes chansons. C’est toujours un sentiment qui me touche. Parce que lorsque l’on écrit les premiers mots d’une chanson, qu’on y dépose une mélodie, qu’on l’enregistre en studio, on ne pense jamais au jour où, les gens assis devant nous, tout à coup reconnaissent la chanson et la chante avec nous. C’est toujours très flatteur et grisant. Je pense que je ne m’y habituerai jamais.

STM : Est-ce possible de faire carrière sans passer par les concours populaires télévisés ?

A.D. Absolument, j’en suis la preuve vivante! J’arrive à très bien faire ma place et surtout à vivre de ma musique, à temps plein, depuis maintenant plus de 3 ans. Pas besoin d’être une super star pour espérer vivre de ce métier. Il faut évidemment y consacrer beaucoup d’énergie, y croire, mais lorsqu’on est auteur-compositeur-interprète, c’est très possible.

STM. D’où vient votre inspiration pour vos chansons ?

A.D. Je dis souvent qu’elle vient de partout et de nulle part en même temps. En fait, les mélodies et les mots me viennent souvent comme par magie. Mais je puise mes idées de thèmes dans le quotidien. Dans ma propre vie ou dans celle de gens que je côtoie. Les histoires humaines m’inspirent beaucoup. J’aime me mettre à la place des gens, un peu comme le ferait un comédien, afin d’essayer de comprendre leur ressenti. Mais comme je crois être une personne très empathique, ça facilite sûrement la chose.

Moment émouvant avec Annie Duguay et son père Daniel, sur scène. Crédit : Facebook Christian Racine

STM. Quels sont vos prochains spectacles ?

A.D. Je ferai quelques petites apparitions sur scène d’ici l’été dans divers événements, mais mes spectacles seront davantage cet été dans plusieurs festivals country, dont entre autres, dans la région, au Festival Country de Sainte-Anne-de-Sorel et au Festival Western de St-Robert

Que peut-on vous souhaiter Annie pour le futur ?

A.D. Ce que je souhaite le plus c’est concrétiser mon projet de tournée avec mes musiciens (Le Yannick Gravel Band) et pouvoir aller à la rencontre des gens partout à travers le Québec et les maritimes.

En attendant, on peut se procurer le 4e album d’Annie Duguay en lui écrivant sur son Facebook https://www.facebook.com/annie.duguay.562 ou en lui téléphonant au  450-881-4375.

Publicité

Publicité