SorelTracy Magazine - Lundi, 4 juillet 2022

Mardi 14 juin, 2022

Promesse reniée par le ministre de la Famille

L’ADIM Montérégie a sollicité l’appui des députés de la CAQ

Sorel-Tracy, 13 juin 2022. – La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) et l’Alliance des intervenantes en milieu familial (ADIM) Montérégie, qui regroupe les Responsables en service éducatif en milieu familial (RSE) de la région, ont sollicité dernièrement l’appui des députés Mesdames Suzanne Dansereau, Nathalie Roy, Messieurs Jean-Bernard Émond et Jean-François Roberge dans leur campagne pour obliger le ministre Mathieu Lacombe à respecter sa parole ainsi qu’une rencontre afin de leur présenter le dossier.

La demande faite par la présidente de l’ADIM Montérégie, Mme France Lavallée a été rejetée. Mme Lavallée n’a pu rencontrer aucun des députés afin de leur demander de prendre position dans ce dossier important pour de nombreux parents qui recherchent désespérément des places en services éducatifs à la petite enfance.

Un engagement vite rompu

Rappelons qu’en juin 2021, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, annonçait publiquement que les RSE recevraient un incitatif financier de 3 000 $ en 2022, puis un autre en 2023 si elles maintenaient leur offre de places au maximum, c’est-à-dire à 6 enfants. Cette décision avait pour but de réduire le manque criant de places en services éducatifs à la petite enfance. Toutefois, quelques mois plus tard, le ministre reniait une partie de son engagement en retirant l’incitatif financier de 3 000 $ promis pour 2023.

Une vaste campagne de mobilisation

La FIPEQ-CSQ a donc lancé, au cours des dernières semaines, une importante campagne d’information et de mobilisation afin d’obliger le ministre Lacombe à respecter sa parole. « Toutes nos membres sont unies dans cette offensive, et nous pouvons compter sur la solidarité des parents, qui sont très nombreux à nous appuyer. Nous passons maintenant à une autre étape en approchant les députés élus à l’Assemblée nationale, de tous les partis politiques, pour obtenir
leur soutien »
, explique Mme France Lavallée, Présidente de l’ADIM Montérégie.

Les demandes des RSE de la Montérégie aux députés sont claires : qu’ils s’engagent publiquement à communiquer avec le ministre Mathieu Lacombe afin de lui demander de respecter son engagement au nom des RSE et des familles de leur région. « Le devoir des élus est avant tout de représenter leur population et de parler en son nom, à Québec. Aujourd’hui, c’est ce que nous demandons à nos députés: défendre la cause des RSE et des parents de leur région auprès du ministre de la Famille », affirme Mme France Lavallée.

Des réponses qui seront rendues publiques

Précisons que la FIPEQ-CSQ rendra publics les noms des députées et députés qui auront donné leur appui à cette campagne, ainsi que celles et ceux qui auront refusé. « À l’approche d’une prochaine campagne électorale, il est toujours utile, pour la population, de savoir sur qui elle peut compter pour bien la représenter », conclut Mme France Lavallée.

Publicité

Publicité