SorelTracy Magazine - Vendredi, 17 septembre 2021

Jeudi 10 juin, 2021

La Ville de Contrecoeur en deuil d’une ancienne employée

L’identité révélée des deux personnes découvertes sans vie, mercredi matin, dans une résidence de Contrecoeur laisse la petite ville sous le choc.  Lisette Corbeil, 56 ans et David Joly, 49 ans étaient tous deux connus et impliqués dans la communauté.

Les autopsies permettront éventuellement de confirmer, hors de tout doute, le triste scénario du meurtre suivi d’un suicide. « La victime est une ancienne employée aimée qui a fait sa place dans le secteur économique, un milieu à prévalence masculin. Comme gouvernement de proximité, nous allons agir pour éviter de tels drames et travaillerons de concert avec les ressources locales et les acteurs du milieu », peut-on lire dans un communiqué publié par la Ville de Contrecoeur ce jeudi matin.

« Je suis très ébranlée, choquée et atterrée d’apprendre qu’un énième féminicide vient se produire. C’est une tragédie sans nom. Il est insupportable de savoir que de nombreuses femmes vivent dans l’ombre des contextes de violence et il est plus qu’urgent d’adresser cet enjeu de société. […] C’est atroce de savoir qu’elle a perdu la vie dans de telles conditions de violence menant à la mort. Je dénonce haut et fort toutes formes de violence, de dénigrement, d’intimidation psychologique et physique faites aux femmes. J’ai à cœur l’émancipation de toutes les femmes et cette violence qui nous entoure est un écueil. J’offre personnellement toutes mes sympathies à la famille et aux proches dans cette épreuve qui me bouleverse profondément », déclare la mairesse Maud Allaire.

Quant à David Joly, il était connu pour s’impliquer dans la communauté, entre autres, comme vice-président de l’Association chasse et pêche de Contrecœur.

Rappelons que suite à un appel au 911 vers 11h00 mercredi matin, les policiers de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent ont été appelés sur les lieux du drame de la résidence située sur la route Marie-Victorin. Sur place, ils ont demandé en renfort le service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec.

Publicité

Publicité