SorelTracy Magazine - Mercredi, 22 septembre 2021

Mardi 7 septembre, 2021

Projet de protection à la Colonie des Grèves

La Ville de Contrecoeur assure sa collaboration !

Contrecœur, le 7 septembre 2021 – La Ville de Contrecœur a pris connaissance de récents articles qui mettent en doute et soulèvent des interrogations sur la légitimité de son projet de protection à perpétuité de boisés de grande valeur situés dans la partie nord de son territoire, à proximité de celui de sa voisine Sorel-Tracy, et entend ici rétablir les faits et évacuer tout doute que ces articles ont pu vouloir soulever.  On peut y lire, avec stupéfaction, que les acquisitions projetées pourraient permettre à la Ville de revendre les terrains à des fins résidentielles. Il est impossible d’y aménager un développement résidentiel et d’y procéder à de l’abattage intensif parce que ce boisé est identifié comme d’intérêt métropolitain par la CMM qui interdit tout usage résidentiel, commercial et industriel et tout abattage d’arbres.

Rappelons que la Ville de Contrecœur travaille depuis plus d’une décennie à sauvegarder la mission de la Colonie des Grèves et à mettre en place des mesures de protection du magnifique boisé de ce secteur, source de richesse en biodiversité. Notamment, Contrecœur a fait l’acquisition de 68 hectares de terrain en 2009 et de 15 hectares de terrain en 2020.

Une aide financière de 100 000 $ a été octroyée à Nature-Action Québec et à la Ville de Contrecoeur par la Fondation de la faune du Québec via le Programme Hydro-Québec pour la mise en valeur des milieux naturels et pour aménager les sentiers existants des 83 hectares. Un cloisonnement de petites sections a été mis en place pour protéger intégralement des plantes rares et des espèces en péril comme la salamandre à quatre orteils.

Prochainement les utilisateurs des sentiers du Parc régional des Grèves auront accès à encore plus de sentiers pour leur grand plaisir de prolonger la promenade dans ce boisé qui est assurément le poumon de notre grande région. La filtration de l’air créée par les arbres est essentielle pour la qualité de l’air de nos villes industrielles. La protection intégrale de ce territoire boisé, dont fait partie la pinède centenaire, est cruciale pour diminuer la chaleur causée par nos milieux de vie urbains et la carbonisation de l’atmosphère. Ce sont également pour ces raisons que la Ville de Contrecœur veut acquérir les lots de ce secteur et assurer ainsi une protection à perpétuité de ce milieu unique.

La volonté de la Ville a toujours été de conserver et de donner à la population de notre grande région un accès perpétuel. Contrecœur est totalement dans ses droits de mettre en place une réserve foncière pour créer un espace public au grand bénéfice des Contrecœuroises et Contrecœurois, et comme action concrète au vaste projet qu’est la protection des espaces naturels au bénéfice des prochaines générations.

Au cours des dernières années, Contrecœur a posé des jalons importants pour la préservation de l’environnement et la lutte aux changements climatiques. Rappelons l’adoption du PADD en 2019, du PDCN en cours d’élaboration, du Plan d’action contre les gaz à effet de serre en 2021 et de plusieurs actions entre autres soutenues par des programmes de subventions.

La mission de la Colonie des Grèves tient à cœur à la Ville, et la réserve d’une partie de ses terrains boisés non constructibles à des fins de protection environnementale est compatible avec son partenariat dans le Parc régional.

« Bien que soucieuse de faire respecter l’avis de réserve foncière, la Ville assure son entière collaboration à la Colonie afin d’assurer le bon entretien des installations et la sécurité des usagers sur les lieux. Si des travaux urgents étaient nécessaires, la Ville traiterait ces demandes de façon prioritaire », précise la mairesse de Contrecœur, Mme Maud Allaire.

Pour conclure, la Ville de Contrecœur ne fera pas de développement domiciliaire dans le secteur du Parc des Grèves, sur les terrains qu’elle entend acquérir à des fins de protection intégrale et à perpétuité. Elle redit haut et fort qu’elle poursuit les négociations reliées à la réserve foncière créée le 25 mars 2021 ainsi que sa démarche d’expropriation entamée le 4 mai dernier dans l’unique but de conserver, préserver et de redonner à sa population et aux usagers du Parc régional des Grèves l’accès aux sentiers existants, et la conservation de l’état exceptionnel de cet espace naturel.

Source : Marie-Claude Clermont, Ville de Contrecœur

Publicité

Publicité