SorelTracy Magazine - Mercredi, 22 septembre 2021

Mardi 7 septembre, 2021

Gib Fest sur 9 fins de semaine

« La population avait besoin de ça » – Jean-Pierre Groulx

(Stéphane Martin, 7 septembre 2021) Le Gib Fest concluait, dimanche dernier, son édition 2021 qui aura vu les festivités s’étendre sur une période de 9 semaines. L’organisation se félicite de cette formule réinventée qui aura donné 36 jours d’activités à la population.

Jean-Pierre Groulx – Photo: Stéphane Martin

« Cela représente beaucoup de travail pour la petite équipe que nous sommes. Cependant, je pense que la population avait besoin de ça. Avec la pandémie, les gens avaient besoin de décanter, de respirer et de se réunir dans leur centre-ville. La formule du jeudi au dimanche a été parfaite en ce sens. La réponse des festivaliers a été extraordinaire. Cette année, plusieurs m’ont confié avoir retrouvé chez nous ce qu’ils retrouvent habituellement à l’extérieur », exprime le président du Gib Fest, Jean-Pierre Groulx qui a l’intention de conserver cette formule pour la prochaine édition.

« Quand on fait un événement sur 9 jours, il n’y a plus rien ensuite. Financièrement, on avait un budget de 100 000$ pour 9 jours et on l’a appliqué pour un événement de 36 jours. L’idée est de se demander si l’on préfère se démarquer avec un centre-ville festif tout l’été avec des nos gens locaux et nos artistes de la région ou si l’on fait comme partout ailleurs avec des shows d’envergure sur une plus courte période de temps. Je souhaite conserver la formule retenue cette année. Il reste à voir le nombre de semaines qu’il serait préférable d’adopter. »

Communications à améliorer

Bien que cette formule sur 9 semaines soit profitable pour les commerçants du centre-ville, le président ne cache pas qu’il devra ajuster le tir au niveau des communications avec les gens d’affaires.

« Au-delà de nos bons coups, il faut être capable de regarder les choses à améliorer. Je dirais qu’il faut déployer plus d’efforts pour développer une complicité avec les commerçants. C’est sûr qu’avec la pandémie, ils étaient épuisés et en manque de personnel, mais il aurait pu y avoir une meilleure communication de notre part pour les aider à s’ajuster avec nos activités. Il reste du travail à faire pour que tout le monde puisse mettre l’épaule à la roue », de confier Monsieur Groulx.

Ce dernier tient à remercier son équipe d’une trentaine de bénévoles et collaborateurs qui s’impliquent autant sur le conseil d’administration que sur le conseil d’organisation.

Publicité

Publicité