SorelTracy Magazine - Vendredi, 17 septembre 2021

Jeudi 3 juin, 2021

Festifilm 2021 de l’ESFL

La grande finale sera présentée le 13 juin

C’est le dimanche 13 juin au Cinéma Saint-Laurent qu’aura lieu la grande finale de l’édition 2021 du Festifilm de l’école secondaire Fernand-Lefebvre (ESFL). Tapis rouge, exposition d’affiches de films, rencontre avec les médias et projection sur grand écran sont au menu pour les finalistes.

La pandémie aura évidemment compliqué les choses pour cette édition. Les juges ont tout de même reçu une cinquantaine de courts métrages réalisés par des élèves de secondaire 3 à 5.  « Cela n’a pas été évident cette année. On a commencé le projet à l’automne, les scénarios étaient à remettre en janvier. Habituellement, on présente les films en mars, mais avec la pandémie, on a dû attendre à la fin du mois de mai. Cela à permis de faire des tournages à l’extérieur par beau temps afin de respecter le plus possible la distanciation et le règles d’hygiène », raconte l’enseignante en art dramatique, Peggy Lavoie, qui s’émerveille depuis 5 ans devant le talent de nos adolescents.

De la cinquantaine de vidéos reçus, 13 se retrouveront à la grande finale au Cinéma Saint-Laurent. Ainsi seront présentés, par ordre alphabétique, les courts métrages suivants :

1 – Besoin d’aide de Laurie-Ann Durocher, Marilou Deroy et Marie Lou Pelletier.
2 – C’était nous de Rosalie Courchesne et Trefley Chartrand.
3 – Comment devenir beau d’Enzo Texier.
4 – Drowning de Kim Lavallée et Rébecca Jolicoeur.
5 – Gatorade de Mathis Barabé et Samuel Blette.
6 – La forêt d’Océanne Aubry.
7 – Le journal de Mathilde Tremblay, Alice Pelland et Jade Frigon.
8 – La poêlonne qui a le dos large ! de Jérémie Lavallée, Ariane Boulet et Laurianne Michaud Ethier.
9 – Mascarade de Joaquin Martinez, Samuel Legault et William René.
10 – Schizophrénie de Zachary Guay.
11 – Un mot de trop de Jimmy Carney.
12 – Un jeu d’enfant de Michael Dufault, William Nadeau, William Lord, Benjamin Chartrand et Xavier Simoneau.
13 – 513 d’Éliane Hurteau et Abigaëlle Neault.

« Les juges ont eu l’embarras du choix. Cette année avec la COVID-19, les jeunes avaient besoin de s’exprimer. Il y a eu des choix crève-cœur à faire. Je suis toujours surprise de constater à quel point nos adolescents peuvent s’extérioriser derrière une caméra », ajoute Madame Lavoie.

Afin de vous démontrer les choix déchirants que les membres du jury ont eu à faire, voici trois vidéos qui ne se sont pas qualifiés pour la grande finale du Festifilm.


Tout d’abord, un court métrage sur la violence conjugale, C’était celle de trop ! Le sujet d’actualité a été traité par Sarah-Jade Beaudreau, Koraly Gauthier et Olivia Papillon.


Sur une note un peu plus humoristique, Les apparences peuvent être trompeuses de Marco Renda Gariepy, Natasha Iacobellis, Nadine Mady et Laury-Ann Niles.


Mon seul souhait est un court métrage inspiré de la pandémie de COVID-19 par Florence Lévesque, Marc-Antoine Lévesque, Jonas Lefebvre et Nicola Raymond.

Publicité

Publicité