SorelTracy Magazine - Lundi, 15 avril 2024

Jeudi 9 février, 2023

La Direction de santé publique de la Montérégie dévoile ses priorités pour les prochaines années

Longueuil, le 9 février 2023 – Après plus de deux années de pandémie qui ont bouleversé notre vie et affecté de façon toute particulière certains groupes, les aînés et les jeunes notamment, la Direction de santé publique de la Montérégie présente un énoncé de vision mettant l’accent sur cinq grandes priorités d’action pour les prochaines années.

Réduire les effets des changements climatiques sur la santé

Les changements climatiques représentent la plus grande menace pour la santé à laquelle l’humanité est confrontée. Qu’il s’agisse d’épisodes de chaleur extrême, de tempêtes, d’inondations ou de maladies transmises par les animaux, les impacts possibles sur la santé, la sécurité et le bien-être des gens sont nombreux et s’accentueront vraisemblablement dans les prochaines années.

Pour cette raison, la Direction de santé publique investira encore davantage cette thématique, notamment en réalisant une analyse des risques climatiques et en établissant un plan d’adaptation aux changements climatiques qui portera une attention particulière aux personnes et groupes plus affectés par ces événements.

Veiller sur les tout-petits

La petite enfance est la période de développement des fondations qui serviront d’assises toute notre vie durant. Il s’agit d’une période cruciale au cours de laquelle il est précieux d’investir. En Montérégie, plus d’un enfant sur quatre est vulnérable dans au moins un domaine de développement lors de son entrée à la maternelle selon les données l’Enquête québécoise sur le développement des enfants de la maternelle (EQDEM) de 2018.

Les tout-petits issus de milieux défavorisés sont particulièrement touchés. La pandémie ne les a pas épargnés. La Direction de santé publique s’engage à mettre l’emphase sur les tout-petits au cours des prochaines années, notamment en diffusant les nouvelles données de l’EQDEM qui sortiront en 2023, et en renforçant et développant les partenariats avec les partenaires concernés, particulièrement les milieux de garde.

Favoriser le vieillissement en santé

La population du Québec vieillit à un rythme accéléré. Malheureusement, les gains en années de vie ne se font pas nécessairement en bonne santé. La pandémie a affecté les aînés de manière disproportionnée en raison des conséquences directes du virus et des impacts des mesures sanitaires comme la perte d’indépendance et l’isolement social. Elle a aussi augmenté les préjugés, la stigmatisation et l’âgisme dont les aînés sont trop souvent victimes. Le vieillissement en santé et la participation sociale des aînés seront donc au cœur des priorités d’action pour les années à venir.

Se préoccuper de la santé mentale, particulièrement celle des jeunes

La détresse psychologique, l’anxiété et la dépression sont en hausse, particulièrement depuis le début de la pandémie. La situation est surtout préoccupante chez les jeunes : près d’un jeune de 12 à 25 ans sur deux rapportait en 2021 des symptômes compatibles avec un trouble d’anxiété généralisée ou une dépression. Chez les cégépiens et les universitaires, c’était près de 6 étudiants sur 10. Ces données confirment que nous devons mieux soutenir les jeunes.

La Direction de santé publique a mis en place en cours de pandémie une nouvelle équipe en santé mentale qui accompagne les écoles secondaires. Elle élargira son soutien aux écoles primaires, aux centres d’éducation aux adultes et de formation professionnelle sous peu. Par ailleurs, le portail En mode ado, lancé en marge du rapport de la directrice en 2021, publie régulièrement des contenus pour outiller les parents sur différents aspects de la vie des jeunes, dont plusieurs sont en lien avec la santé mentale.

Se préparer à d’éventuelles urgences sanitaires

La pandémie de COVID nous a rappelé l’importance d’être constamment prêts à faire face à des urgences sanitaires, qu’elles soient de nature infectieuse comme celle qui nous avons vécue récemment, ou de nature environnementale, comme ce fut le cas avec le verglas. Les leçons apprises nous montrent bien que la gestion d’une urgence est complexe et doit notamment prendre en considération les impacts collatéraux des mesures qui sont prises, particulièrement chez les populations plus vulnérables.

Pour en savoir plus sur ces priorités de la Direction de santé publique de la Montérégie, nous vous invitons à lire le document En action pour une population en santé, Nos priorités 2023-2025.

Publicité

Publicité