SorelTracy Magazine - Mardi, 27 septembre 2022

Mercredi 31 août, 2022

Poussières de l’élévateur à grains de Richardson

La candidate Bastiani demande plus de transparence

Photo : Capture d’écran

(Stéphane Martin, 31 août 2022) – La candidate à la mairie à l’élection partielle de Sorel-Tracy, Corina Bastiani, a tenu un point de presse public, mercredi, au sujet du rapport sur les poussières nocives de l’élévateur à grains de Richardson. Un rapport gardé secret comme nous l’apprenait un article du Devoir le weekend dernier.
(Voir texte : https://www.ledevoir.com/societe/sante/749844/sante-un-rapport-sur-des-poussieres-nocives-garde-secret )

« J’habite à Sorel-Tracy, j’y suis née. Oui, j’habite une ville industrielle. Je connais les désagréments, mais aussi tout son potentiel. […] Je méconnais sa qualité de l’air, mais je suis témoin de bien des poussières. Parfois, j’ai l’impression qu’il ne faut pas que ce soit de nos affaires », lance d’entrée de jeu Madame Bastiani.

L’article du Devoir nous apprend, entre autres, que le rapport sur la qualité de l’air avait été gardé secret puisque l’entreprise Richardson a fait la promesse d’apporter des améliorations à ses installations. La candidate à la mairie se dit à même de constater que la situation ne s’est pas améliorée et s’indigne que la population doive se plaindre pour obtenir de l’écoute des autorités de santé publique. « Ex-conseillère municipale du quartier, propriétaire et résidente, j’ai été témoin de multiples promesses faites aux différentes administrations municipales ces derniers 20 ans. […] Nous n’avons pas les lecteurs de qualité de l’air adéquat permanents et pourtant, nous sommes témoins d’évidences. Je me demande sérieusement si nous sommes condamnés à nous plaindre pour qu’on nous assure un air en santé. Je suis bien d’accord avec le bon rendement de ce leader en agroalimentaire, mais pas au pas au détriment de la santé de la population, de la santé économique de nos commerçants, restaurateurs, propriétaires fonciers, de la santé touristique de nos festivals et attractions ».

« La qualité de l’air c’est une compétence provinciale, mais ça a d’énormes conséquences municipales et cette situation qui éclate n’est qu’un exemple de problématiques quotidiennes. Pendant ce temps, la Ville de Sorel-Tracy a la volonté de redonner ses bords de l’eau aux citoyens et de revitaliser le centre-ville. Il nous faut un air bon à respirer. Fermer les yeux sur la situation, c’est un peu refuser de la régler. […] De mon côté, je m’engage à un suivi réel, c’est le grand manque des derniers 20 ans », de conclure Corina Bastiani.

Publicité

Publicité