SorelTracy Magazine - Vendredi, 1 juillet 2022

Mardi 17 mai, 2022

Largeur réduite sur le pont Turcotte

« Je ne vais pas endurer ça longtemps » – Jean-Bernard Émond

(Stéphane Martin, 17 mai 2022) – Le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, tente de se faire rassurant dans le dossier des restrictions de tonnage sur le pont Turcotte de Sorel-Tracy. Bien qu’on ignore l’échéancier exact des travaux, il qualifie ces mesures de temporaires.

« Je demeure convaincu que c’est là pour un court laps de temps parce que le ministère des Transports du Québec (MTQ) va arriver avec une solution alternative. Je suis très prudent en le disant, mais présentement il y a une négociation qui a lieu au Québec entre les ingénieurs de l’État québécois et le Conseil du trésor. Leur convention collective est échue et des négociations sont en cours. Je suis sûr que ma collègue Sonia Lebel s’entendra très bientôt avec les ingénieurs.  Toujours avec prudence, je répète que je suis convaincu que lorsque la négociation sera complétée, les ingénieurs seront plus proactifs pour s’occuper de notre vieux pont à Sorel-Tracy », explique l’élu provincial.

« Je ne veux pas diminuer le pouvoir d’intervention que peut avoir un député auprès du MTQ, mais il faut comprendre que ce sont des plans d’intervention, des plans quinquennaux, qui sont prévus longtemps à l’avance. Pour être franc, mon pouvoir est de rencontrer le plus souvent les responsables de la direction régionale pour revoir les priorisations. […] Que les citoyens aient un pont à moitié fonctionnel, je ne vais pas endurer ça longtemps. Il faut régler ce dossier-là le plus rapidement possible. La saison touristique arrive rapidement, je trouve ça gênant pour nos visiteurs. »

Monsieur Émond rappelle toutefois que les problèmes d’infrastructures routières sont vécus à la grandeur de la province et que plusieurs régions tirent sur leur côté de la couverture.  « Le phénomène de pénurie de main-d’œuvre et de surchauffe dans la construction, c’est aussi vrai au MTQ. Il y a des projets routiers qui n’ont pas reçu d’appel d’offres parce que le carnet de commandes des entrepreneurs est plein.  Dans la région je ne me suis pas assis sur mes deux mains.  Dans les trois dernières années, on a interpellé souvent le MTQ pour revoir le calendrier de priorisation. 

L’an dernier, j’ai été en mesure de faire devancer d’une année la réfection de la première portion de la 132 entre le Saint-Hubert et Jasmin Péloquin sports.  Le reste du resurfaçage est planifié pour cette année.  Il y a aussi l’entretien devancé de l’autoroute 30, où l’on a fait les sorties d’autoroute l’an passé.  Cette année, la réfection est prévue à partir du pont Maurice-Martel jusqu’à la sortie de la ville au chemin Saint-Roch, des deux côtés.  D’année en année, on réussit à en faire un peu et on dirait que ce n’est pas suffisant pour en venir à bout et je comprends les frustrations des citoyens », de conclure le député de Richelieu.

Publicité

Publicité