SorelTracy Magazine - Dimanche, 21 avril 2024

Lundi 4 mars, 2024

Ils, elles se souviennent de Jean Desrochers

Alain Levasseur – Nous ne rencontrons pas beaucoup d’hommes comme ça dans une vie.  Je sais qu’il a été un excellent lanceur au baseball, un bon frappeur mais je l’ai surtout côtoyé comme cycliste.  Le Club cycliste Dynamiks de Contrecoeur a créé une coupe à son nom remise à l’athlète le plus déterminé qui a été remise de l’an 2000 à 2018.  Je me souviens aussi d’une conférence fort intéressante qu’il avait donnée sur les athlètes et certains animaux de la région De Wildor Larochelle à Pierre Mondou.’

Vincent Rancourt- Comme vétérinaire, un professionnel dans le pur sens du mot.  Comme sportif,  un athlète de premier niveau désireux de gagner.  Au hockey, un joueur physique mais sans aucune intention de blesser.  Au golf, il a eu un handicap de 8.  Comme président des Dunes, il a été apprécié des membres.  Toujours prêt à offrir ses services.  Bref un des Grands.

Gilles Cartier-  Je connais M.Jean Desrochers depuis l’âge de 18 ans.  Il a été instructeur de hockey des Royaux de Sorel Jr au début des années 60.  Il était facile d’approche et blagueur.  Je le respectais pour son implication dans divers domaines dont le Panthéon des Sports de Sorel-Tracy.  Il avait son franc parler, du succès dans tous les sports qu’il pratiquait.  Je suis chanceux d’avoir partagé l’amitié de ce grand homme.

Gilles Cartier, René Mandeville et Hugo Mandeville

René Mandeville- Jean Desrochers était un gentleman.  Il m’a introduit au hockey des adultes.  C’était un rassembleur, un organisateur hors-pair.  Que de souvenirs de ce personnage.

Hugo Mandeville- J’ai joué au hockey au Colisée Cardin pour O’Keefe avec Jean dans la Ligue des gouverneurs(65-66-66-67).  J’avais 22 ans, lui 34.  Puis dans la Ligue dépression à l’aréna de Saint–Joseph pour la Papeterie Saint-Laurent (69-7-70-71).  Jean nous a amenés jouer aux États–Unis à Bridgeport, Connecticut, contre les Oilers.  Il nous a amenés à Québec aussi le printemps jouer dans des tournois de bienfaisance.  Il a organisé de nombreux voyages de golf.  C’était un gars d’équipe.  Il aimait avoir du monde autour de lui. J’ai été un de ces chanceux.

Pierre Mondou – Un homme dynamique et généreux.

Jean Frappier- J’avais 12 ans quand j’ai connu Jean.  Il était un ami intime de la famille Frappier, de la famille Turcotte, de mon oncle Roger Bouvier.  Son épouse Claudette, infirmière, était une bonne amie de mon père Sylvio, médecin.  Nos familles demeuraient pas loin rue Champoux et rue De la Comtesse.

Serge Péloquin- Je n’ai pas eu l’occasion, le privilège de le rencontrer personnellement mais je suis au courant de ses réalisations et de son engagement envers les autres.

Johanne Huot-
Jean Desrochers c’était ‘mon oncle Jean’ tant il était proche de mon père, de notre famille.  C’est mon père qui a invité Jean un jour à courir avec lui autour du Colisée.  Ce fut le début d’une longue carrière à prendre soin de sa santé et encourager les autres à en faire autant.

André Millette – Jean a été invité un jour au camp d’entraînement des Giants de New York.  Mais ce n’est pas de ce fait qu’il faut surtout se rappeler.  Le point le plus marquant de Jean, c’était son esprit de compétition dans tous les sports qu’il a pratiqués.  Sa détermination aussi à s’entraîner jusqu’à ses 90 ans.

Michel Bérard – Je ne l’ai pas trop connu personnellement mais je sais qu’il se donnait corps et âme dans tout ce qu’il entreprenait.

Daniel Lequin – Un jour, il est venu me voir et me dire de pas écrire que j´avais été un mauvais marathonien.  Que franchir cette distance, peu importe le temps, était un exploit en soi.

Gilles Salvas – J’ai surtout connu M.Desrochers comme un excellent vétérinaire à l’époque où il venait soigner les animaux chez nous.

Jean Larochelle – Mis a part le golfeur et le fait qu’il ait soigné et guéri mon petit chien, Jean a été un pionnier de la course à pied à une époque où c’était pas populaire.  Il pouvait courir sous des chaleurs extrêmes.

Gordon Millen – Jean Desrochers demeurait pas loin de chez moi. Je n’ai jamais vu un homme aussi en forme. Les gens parlaient toujours de lui avec respect.

Laurent Delainey – De toutes les activités sportives auxquelles Jean Desrochers s’est adonné, il y en a une, à ma grande surprise, qu’il a regrettée à un moment de sa vie: le golf.  Oui!  Il m’a dit une fois : ‘ J’ai perdu beaucoup de temps au golf…’.  Je lui ai répliqué :  ’ Voyons Jean. Tu as marché 5 kilomètres à chaque ronde dans un environnement pas mal plus joli que les rues de la ville. Et une des première courses que tu as organisée s’est déroulée au Club de golf en 1989 lors d’un tournoi de la Fondation Roger Bouvier.’   De 1965 à 1969, Jean a été président du Club de golf Sorel-Tracy ‘les Dunes’.  Par accident mais quand même.  Il a pris le poste suite à un désistement de dernier instant.  Il fait partie de l’histoire d’un des premiers clubs de la rive sud du Saint-Laurent.

Richard Pelletier- M.Desrochers demeurait sur la même rue que nous.  Il était bien ami avec mon père Réal.  Sa femme Claudette était une dévouée infirmière à l’Hôpital général.

Bertrand Bibeau – C’est vague mais je me souviens que M. Desrochers soit venu sur notre ferme.  Nous avions beaucoup d’animaux. Je me souviens de plus que M.Desrochers était un grand sportif, un amateur et promoteur de la course à pied.

Francis Morgan-  M.Desrochers a organisé jadis une course très populaire dans les rues de la ville de Tracy avec l’aide Richard Audet (Classique Jean Desrochers, je crois).  Une année, j’étais de service comme policier pour voir à ce que tout se déroule sécuritairement.  M.Desrochers me demanda de monter à bord de mon véhicule et de se servir du système P.A. (public announcement).  Je m’attendais à ce qu’il enjoignent les coureurs de courir dans la bonne trajectoire, leur donner quelques directives mais non.  Il s’improvisa animateur et commentateur : ‘ Admirez, mesdames et messieurs l’élan du no 123 et la souplesse des enjambées du no 34! ’

Serge Vandal- Étant moi-même un adepte de la forme physique un amateur de sports, j’ai eu le plaisir et l’honneur de jouer au hockey avec Jean à titre de gardien de buts.  J’ai couru avec lui dans le ‘rond de course ’ où se trouve aujourd’hui le Super C.  Je me suis entraîné aussi avec lui chez Jacques Champagne. Il allait à fond de train dans tout.  N.B. Sur son vélo, 5000 kilomètres par année.

Jean-Guy Cardin – Le premier souvenir qui me vient à l’esprit?  C’est cette collision, ce face-à-face derrière les buts que j’ai eu avec lui lors d’une partie de hockey.  Jean jouait dur mais jouait clean.  J’ai cru pendant quelques secondes que j’allais paralyser(!).

Bonne fête!


4 : Lise Nadeau, Nicole Berthiaiume, Martin Leduc, Renée Mathieu, Antoine Laramée
5 : Justin Grégoire, Alec Beaulieu, Claude Beauchemin, Michel Denis (8), André Proulx, Colette Desrosiers
6 : Anthony Vandal,(9) Christian Cournoyer, Philippe Villiard, Diane Cavallaro, Raymond Degrandpré, Michel Bergeron, Line Descheneaux, Solange Turgeon, Claire Nadeau, Monique Théroux, Thomas Landry, Réal Brouillard, Marthe Mcduff
7 : Sylvie Aussant, Jocelyn Verrier(10), Richard Belley, Gisèle Pépin, Louis Fontaine, Laury Antaya, Stéphane Valois, Anne Arsenault, Nicole Pérodeau, Luc Gamelin, Danielle Levasseur, Alain Pelletier, Marcel Gagné
8 : Dan Tice, Pierre Côté, Michel L’Espérance, Jacques Doucet, Richard Salvas
9 : Ghislaine Nadeau, Pierre Villiard, Denise Marchessault, Hervé Dionne, Alain Marcotte
10 : Isabelle Sheridan, André Caplette, Pierrette Arel, Yannick Shooner, Réjean Beauchemin, Claudette Gendron

Le nombre de la semaine- Il y a 10 000 000 de mariages par année en Inde.

La pensée de la semaine- Ce n’est pas tellement le mariage qui est merveilleux. C’est après. (Henri Salvador)

Bonne semaine!

Publicité

Merci a mes commanditaires

commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire