SorelTracy Magazine - Mardi, 23 avril 2024

Lundi 6 novembre, 2023

EXPORT XXXVII : RICHARD HUOT (1ère partie)

Le 23 décembre 1978, Richard Huot dort chez Jean Desrochers.  Il est allé voir son père Raymond sur son lit de mort à l’hôpital à 3 h et demie.  A 9 heures et demie, dans son lit, Jean le brasse et lui dit carrément « Richard ! Richard! Réveille – toi! Ton père est mort! »  C’est comme ça qu’un p’it gars de 11 ans apprend que son monde vient de basculer.

Pendant deux ans, c’est le chaos.  C’est la noirceur des abysses.  Après la phase ‘oh misère, oh malheur, pauvre de petit moi ‘ c’est la colère contre le monde entier, contre le système, la foutue religion, la révolte, en fait, l’auto destruction.

A l’été 1980, Richard embarque sur Air Canada direction Toronto puis Pittsburg.  Il a 12 ans.  Il part en vacances chez un lointain cousin un peu philanthrope.  Il a échoué son D.E.S. et n’a pas son français 5e secondaire.  Il s’inscrit au Sgrindale High-School, obtient son Springdale PA sous l’aile de ce fameux cousin, feu Tony Girard, un homme d’affaire prospère.  Un genre de deuxième père qui lui apprend ce qu’est l’intégrité, la parole donnée et le pouvoir de la vérité.  Il fait une saucette chez les Pingouins jr mais un imbroglio administratif fait avorter le projet.  Pour l’avoir retenu dès la première séance d’entraînement, il se dit que c’était pas du gros calibre(!).

En 1986, Richard entre au Pittsburg Community College en physique et perfectionnement anglais.  Il va ensuite étudier à l’Embry-Riddle Areronautical University mais réalise que l’université, c’est pas pour lui.  Mais le ‘Spring Break’ ah ça oui!  En 1987, il revient au pays.


A l’automne, le young man part pour Calgary en compagnie de sa conjointe à l’époque et son merveilleux petit Alexandre.  Pendant six mois, grâce aux contacts de son oncle Marc–Alain, il travaille dans un entrepôt de Wesburne Électric et effectue plusieurs autres jobines sans grand sentiment d’accomplissement.  A l’été, au mois d’août, Richard s’enrôle dans les forces armées. L’examen médical et les tests d’aptitudes réussis, tous les métiers de sous–officiers lui sont ouverts. Il choisit le merveilleux monde de l’infanterie et le voici au sein du Royal 22e Régiment à la citadelle de Québec.  What a rush! de s’écrier Richard qui avoue vivre l’expérience la plus difficile mis aussi la plus bénéfique, qui lui a donné un bon coup de pied dans le …  Mais , mais sa participation au siège d’Oka qui a coûté la vie au caporal Marcel Lemay en 1990, éteint la flamme au point qu’il quitte les FAC en septembre 1991.  Un geste qu’il a regretté en maintes occasions par la suite.

À l’automne 1996, après une errance de quelques années ponctuées de plusieurs emplois insignifiants, notre héros du jour repart pour Calgary rejoindre son oncle Marc-Alain qui lui trouve encore un job pour Whissell Contracting Calgary.  Il y travaille trois ans et découvre que le gars est sorti de l’armée mais que l’armée n’est pas sortie de lui.  Il travaille comme un soldat.  Il n’a pas peur de se salir, de se faire mal, d’être toujours plus efficace, d’être toujours à l’heure, de donner son maximum peu importe les conditions dans lesquelles il travaille.  C’est comme ca qu’il s’est fait une réputation. Quel beau pays l’Alberta !  Richard écrit :’Je comprends très bien pourquoi Marc-Alain y soit resté temporaire-permanent!’

Au printemps 2000, Richard revient au Québec.  Il va hercher son permis de conduire Classe 1.  Il conduit des camions lourds pendant 3 ans et demi mais doit abandonner pour raison de santé.  Arrive le tournoi 50e anniversaire du Club de golf Sorel-Tracy ‘ les Dunes ‘.  Pendant la soirée, il croise Yves Tremblay qui l’invite à aller travailler sur le parcours du Club de golf Boucherville.  La saison suivante, Richard se retrouve au Club l’Albatros situé dans l’Ancienne Lorette aux abords de l’aéroport de Québec.  Le surintendant Denis Côté, son mentor, voire son coach de vie, lui apprend les rudiments de son futur métier.

Quatre années plus tard il complète son cours de ‘ Gestion de terrain de golf ’ à l’ITA de Saint-Hyacinthe M.Côté le recommande au Club de golf La Faune qui redémarre sa construction.  Il est assistant–surintendant là un bon 4 ans.


Le vendredi 13 août 2010, à 13 h et 13 secondes, preuve vidéo à l’appui, sa fille, Sandrine, sa préférée, un ange, naît.  Il l’a aujourd’hui en garde partagée avec sa mère.  Elle est très proche de sa grand-mère Andrée (Huot).  Elle fréquente le Saint-Patricks–High–School tout près d’elle à qui elle rend souvent visite. (la suite la semaine prochaine)

Pêle–Mêle

Daniel Audette

Nouvelles de hockey de Suisse – Dans la Ligue nationale suisse, le Ajoie HC, 14e au classement, a signé sa 5e victoire mardi, le 31 octobre, la 3ième en temps régulier, contre le EHC Kloten, 13e au classement.  Le fils de Donald Audette, Daniel, qui a disputé 127 matches pour le Rocket de Laval en 2017 et 2018, a marqué 2 des 5 buts des Ajoulots.  Philip Devos (0-6), qui n’a que 6 complicités cette saison ne s’est pas inscrit au pointage.

Nouvelles du Salon 300 – Le vétéran Jacques Laporte, au 37e rang du classement individuel, moyenne de 185.17, a causé toute une surprise le 21 octobre.  Il a signé la 2ème meilleure partie (278) dans la Ligue BDC amicale du samedi, un de moins seulement que le champion Olivier Godin qui lance la grosse boule pour une moyenne de 223.  89 devant Charles Boisvert (222.56).

Nouvelles de la Ligue nationale de hockey- Avant les parties de jeudi soir, le 2 novembre, quel club de la division Atlantique avait marqué le plus de buts ?  Boston?  Tampa Bay?  Non!  Détroit (40).  Dans la division Métropolitaine, les Rangers, les Devils?  Non!  Caroline(37).  Dans la division Centrale, Colorado? Oui ! (32).  Le Wild du Minnesota aussi.  Dans la division Pacifique, les Golden Knights ? Non! Les Kings(39).  Une autre statistique assez surprenante : les Sharks ont 9 buts en neuf.


Nouvelles des Dunes –
L’infatigable Réjeanne Joyal est la nouvelle présidente et secrétaire de la section des dames.  Lucie Fillion est la trésorière et Sylvie Rivard la capitaine.  On se souvient que Réjeanne a été présidente du Club de patinage artistique de Sorel-Tracy de nombreuses années.  Sylvie était présidente depuis 2017.


Nouvelles de la Ligue senior élite –
Forts d’une fiche de 5 victoires en 5, les Mustangs de Contrecoeur se rendaient à Cowanville en fin de semaine.  Ils ont ajouté non sans difficulté un 6e gain à leur fiche.  L’ex-porte-couleurs du Cool-Fm (2016-17) Carl Lauzon a marqué 2 buts dont celui de la victoire.

Nouvelles du PSST (Panthéon des Sports de Sorel-Tracy) – Luc Beaudet, président, a décidé de poursuivre la mission avec Gilles Péloquin et René Cournoyer seulement.

Nouvelles du Centre Notre-Dame déménagé au Centre Mgr Desranleau en novembre 2022 – La sympathique Djamila Ben Mouffok prendrait la direction du tapageur local de métiers à tisser.  Les catalognes, les dessous de table, les linges à vaisselle, les serviettes de tables qui sont produits là sont des chefs-d’œuvre.

Maude Pelletier

Nouvelles de Métis–sur-mer- À son camp de vacances où il est à l’affut chaque automne de l’orignal et des couchers de soleil, le conseiller financier Richard Pelletier m’apprend avec beaucoup de fierté que sa fille Maude est co-propriétaire de la Pharmacie Familiprix depuis vendredi, le 3 novembre.


Nouvelles de Magog –
Au restaurant Le méchant steak, pour son 40e anniversaire de naissance, Junie Delainey a eu droit à toute une surprise fomentée par son chum Michaël Chaloux.  Ses proches et ses amis l’ont accueillie dans leurs costumes d’Halloween. Ci-contre ses beaux parents Sylvie Cloutier et Bernard Chaloux.


Nouvelles du Centre des arts contemporain du Québec de Sorel-Tracy –
Le CACQST expose en ce moment les oeuvres de Daniel Hertel–Cournoyer dont ses fameux masques.  Quand il a eu son cancer de gorge, l’hôpital lui fait porter un genre de cage.  A sa sortie, on lui a remis et en tant qu’artiste, il a su en faire des objets d’art.

Bonne fête!

6 : Michel Deguise,(9) Guy Lacourse, Claude Ledoux, Alain Chalifoux (10)
7 : Danielle Pelletier
8 : Jean-Michel Blain, Chantal Desnoyers, Yvan Deslauriers,(11) André Rajotte, (12) Claude Boulianne
9 : Normand Dumas, Daniel Horth, Lucie Simard, Georges -E- Vandal, Nathalie Pelletier (13)
10: Pierre Fitzgibbon (14), Richard Lachapelle
11 : Louise Péloquin, Michel Danis, Serge Casavant
12 : Alain Charron, Maurice Larochelle

Le nombre de la semaine – Jeudi, le 2 novembre, le nombre de morts en Israël et dans la bande Gaza approchait les 10 000.

La citation de la semaine- La civilisation a conclu un pacte avec la barbarie.
(Sigmund Freud)

Bonne semaine!

Publicité

Merci a mes commanditaires

commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire