SorelTracy Magazine - Vendredi, 2 Décembre 2022

Lundi 31 janvier, 2022

EXPORT XX : Sorel n’est pas sorti de Jean Larochelle (2e partie)

Début des années 70, j’ai assisté avec mon père à des tournois de hockey senior dans un Colisée Cardin et un aréna Aussant remplis à craquer de partisans et de …boucane.  J’ai vu évoluer les Ben Leblanc, Jos Desgagné (excellent golfeur aussi), Baloune Parenteau (oncle de Yves), Claude -Tibi – Cardin, Dick Cloutier (portier à la discothèque O–BU-RO), Gilles Cartier, le magnifique, le policier Yves Cournoyer, mon futur instructeur. Ces athlètes nous en mettaient plein la vue.  Quel souvenir que ce duel, un soir glacial, entre Carlo Torressan et John Wensik de Cornwall au Colisée Cardin.  J’ai dû monter sur la rampe de ciment sous le tableau indicateur pour voir l’action par-dessus les spectateurs debout.

Gilles Cartier, Rodrigue Lemoyne, Dominique Champagne, et Sylvain Guimond

J’avais 10 ans.  C’était magique.  Le Colisée avait des allures de Colisée de Rome.  Nos gladiateurs dans l’arène glacée, les Éperviers, imposaient le respect.  Comment Rodrigue Lemoyne a pu faire pour perdre en 1974 avec la meilleure équipe de tous les temps de la LJMMQ, avec le fameux trio Larouche-Cossette-Déziel ?  Rodrigue était le meilleur promoteur et dépisteur mais comme instructeur, il n’avait pas gradué avec Scotty Bowman.  Il savait à peine patiner mais pour donner un show, y en avait pas deux comme lui.  Qui d ’autre aurait pu aller chercher Gilles Bilodeau en Beauce, lui mettre une paire de patins et l’envoyer sur la glace jeter les gants ?  A cette époque, je jouais au golf aux Dunes et le journaliste qui m’interrogeait après une de mes bonnes rondes s’informait toujours de . . . Rodrigue Lemoine et des Éperviers.  Slap Shot, nous l’avons vécu nous, à Sorel, bien avant le film.

En 2022, justement, je devrai retourner chez l‘endodontiste pour deux vieux traitements de canal, souvenir de Sorel et de hockey sans visière.  Fils de Léo-Gilles Larochelle et de Réjeanne Deniverville, je suis le frère puiné de 5 ans de Gilles.  Tous les deux, nous avons hérité des talents de golfeur de notre père et, avouons–le, de son côté espiègle ou joueur de tours.  J’ai fait mes premiers mauvais coups sur la rue Denoue avec Dominic Champagne né la même année que moi aujourd’hui auteur, metteur en scène et militant écologiste bien connu.  Mes premiers coups de patin, je les ai donnés avec Yves Parenteau, Sylvain -Pinpin – Guimond, Jean– Claude -Froutte- Mondou, Daniel Saint-Germain, Gilbert Lussier, Pierre Comeau, Stéphane -major- Paul et plusieurs autres amis.  Mes premiers coups roulés, je les ai effectués avec Raymond Huot, mon frère Gilles, Yves Tremblay, Yvan Beauchemin, Martin Mandeville et quantité d’autres.  Mes premiers dribbles avec Guy L’Allier et mes premiers coups de baguette avec nul autre que Luc -Ti-Gus-Salvas.  Le talent n’a jamais manqué à Sorel.  Il est sans fond comme la bière en fût aux tomates Molson-Export(!)

Pêle-Mêle

François Beauchemin

François Beauchemin derrière le banc d’Anaheim, jeudi soir dernier.  Wow!  Lui le premier, ne s’attendait sûrement pas à jouer ce rôle un jour à la place des coaches Dallas Eakins et Geoff Ward atteints du covid.  C’est fou ce qu’ une pandémie peut occasionner. Une belle remontée du Canadien mais trop peu trop tard.  Victoire pour le fils de Michel Beauchemin.

Jean-Guy Poirier

Curiosité- Avec Persévérance, Opportunité, Curiosité est un rover, un robot que la NASA a envoyé sur Mars en août 2012 pour effectuer des recherches scientifiques.  Pour savoir entre autres, s’il y a déjà eu de la vie sur la planète rouge loin de 92 millions de kilomètres de la Terre.  En grande première, le robot vient de découvrir des traces de carbone sur Mars et a fait parvenir de belles photos à la Terre.  Signe qu’il y a déjà eu de la vie sur Mars.

Dans son 2e livre, en français celui-là, John Paris parlera de nombreuses personnalités avec qui il a eu affaire dans sa vie de coach au hockey qui a débuté avec les Aigles de St-Robert.  Il parlera du maire Ernest Aussant, de Charlemagne Péloquin, d’Yvan Beauchemin, Scotty Bowman, de Mario Deguise, de Jean-Guy Delainey, de Jean Doyon, de Robert -Bob- Gagné, de Rodrigue Lemoine, de Jean-Guy Poirier, Claude St–Germain, Stéphane Valois et de dizaines d’autres.  John tente de contacter un traducteur de Sorel-Tracy.

Merveilles masquées- Travailler en tant de pandémie le visage à demi couvert et le sourire aux lèvres tout le temps mérite une mention.  Voici Manon Berthiaume, du Métro-Plus et Marie–Eve Castonguay, sa maman Nicole chez Denis Fournitures.  Trois merveilles masquées(!).

Conseil à M.Renaud Péloquin qui se plaint des motoneigistes qui passent allègrement sur sa terre : la méthode doc Mailloux !  Oui !  Vous sortez le fusil de calibre 12 (!).  Des tirs en l’air. . . pour commencer.

Bon au hockey et bon au golf – Il y a 50 ans exactement, saison 1972, Bertrand Gagné (9) terminait premier compteur de la Ligue continentale.  Sa fiche de 75 points (34+41) en 32 matches donnait la jolie moyenne de 2,34.  De dire le frère de Bob bien humblement : J’avais tout un coéquipier, Richard L’Espérance, qui me passait bien la rondelle.  Bertrand est au nombre des joueurs des Dunes qui a joué souvent la normale ou mieux.  Il a joué un 32 une fois, un 68 et calé deux as.

Au Club de golf Milby, après 3 ans de bénévolat, la capitaine Myriam Girard a cédé sa place à Réal Chartier.  Myriam avoue :’ J’aurais dû attendre à ma retraite pour accepter cette responsabilité très accaparante.’ Un autre bel exemple d’ effets positifs de la pandémie au golf est le nombre de parties jouées au Milby qui est passé de 28069 en 2019 à 28877 en 2020 et 39149 en 2021.

Aux grands maux, les grands moyens- Les camionneurs qui ne respectaient pas l’interdiction d’emprunter le pont Turcotte vont certainement virer de bord en apercevant cette structure d’acier jaune installée par le Ministère des transports.

Dixit le doc Mailloux :’Attention à ces camionneurs qui se dirigent sur Ottawa.  Ne les jugeons pas trop vite. Ce sont eux qui apportent les pilules des États-Unis au Canada.‘

Bertrand Gagné

Ligue continentale – Circuit O’keefe(30 janvier 1970)(rapport de Claude St-Martin lu par Michel Champagne sur les ondes de CJSO – Première joute hier, N-D de Pierreville 5 Ste-Anne 2.  Trois buts, deux passes pour Réal Desmarais, deux buts pour Réal Cournoyer.  Réplique de Robert Gagné et Gérard Rajotte du côté des Survenants.

Dans la 2ème rencontre, Yamaska (7) s’est assuré du championnat de la saison face à Contrecoeur(1).  Eugène Bergeron encore (3), Claude Léveillée(2), Claude Desmarais (1) et Guy Villiard(1) ont déjoué Bob Lavigne qui a lancé son bâton dans la foule en route vers la chambre.  Il a écopé une punition d’inconduite.

Bonne fête!


31: Fabienne Champagne
1 février: Marie-A Bardier, Armand Gagnon, Lyne Parent
2: Caroline Bélanger, Micheline – B – Cournoyer, Yannick Émond, Robert Allie, Lyne Allard, Henri Lavallée
3: Sophie Delainey, Jean-Pierre Chalifoux(11) Brigitte Lévesque, Serge Gamelin
4: Julie Simard, Patrice Charbonneau, Eve Gagné, Gabrielle Michel, Guy Monast (12), Michelle Pitre (14)
5: M-A Bernier, Jean-Yves Aubé, Paul Landry, Patrick Grégoire, Micheline Roberge, André Berthiaume (13), Raymond Lamoureux, Pierre Girouard, Rachel Monast
6: Yannick Beauchemin, Guylaine Cournoyer

Pensée de la semaine- Une chose facile à avoir en décembre : du sang- froid.  (Alphonse Allais)   (Ces temps-ci en janvier et nous prédit–on, en février)

Publicité

Merci a mes commanditaires

commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire