SorelTracy Magazine - Mercredi, 22 septembre 2021

Mardi 27 juillet, 2021

Chronique Pêle-mêle de Laurent Delainey

EXPORT XVI : Carl Lemieux

La gent sportive de Sorel-Tracy aura vite reconnu la photo de Carl Lemieux, ‘ le gars à Réal ’ et à Ginette Roberge que les clients des Caisses Desjardins ont fort bien connue.

Réal Lemieux est décédé bien trop jeune, le 25 octobre 1975, à l’âge de 30 ans. Il a disputé 483 parties avec les Kings de Los Angeles et présenté un dossier de 51 buts et 104 assistances. La ressemblance est frappante entre le père et le fils.

Carl avait 5 ans et demi quand son père a trépassé. Il a donc appris un tas de choses sur son père de la bouche de ses congénères dont Claude Cardin.

Une première anecdote à propos de Carl : ’ Ma mère, craignant que je sois obligé de faire mon service militaire plus tard, n’a pas voulu que je naisse aux États-Unis.  Elle est donc venue me donner la vie à Sorel(!).  Ironie du sort, j’ai été 20 ans au sein des Forces armées canadiennes.  En bon Sorelois, quand je viens dans ma ville natale, je passe inévitablement par la Taverne centrale saluer Martin -le pic- Leduc, son père et d’autres clients qui n’en finissent pas de raconter des histoires toutes aussi drôles les unes que les autres au sujet de mon père.’’

Carl a 52 ans.  Sa sœur aînée de 3 ans, se prénomme Nathalie car son père i-dôlatrait Nathalie Wood.  Et pourquoi avoir été baptisé Carl ?  Son père était un fan de Carl Yastrzemski.  Il fêtera ses noces de perle (30e) en août 2022.  Il a un fils de 27 ans, militaire lui aussi et une fille de 25 ans, technicienne en garderie qui l’a rendu grand-papa le 5 mai dernier d’une belle fille prénommée Agathe.

Il a fait ses études secondaires à Fernand–Lefebvre.  En 84-85 il a joué pour les Riverains du Richelieu avec les Sylvain Couturier, Stéphane Quintal et Stéphane Beauregard puis en 85-86 avec les Reginald Savage et Jean-François Quintin.

Un vendredi soir de 1987, Carl est allé voir jouer Michel Lévesque à Saint-Hyacinthe.  Le parent d’un coéquipier chez les Riverains (85-86) l’a reconnu dans les gradins, lui a demandé tout bonnement ce qu’il devenait.  Comme il avait remisé ses patins, ce parent est allé voir et informer le coach, un certain Lafleur, qui l’a tout de go invité à se joindre à son équipe.  Comme sa sœur se mariait dans les jours suivants à Los Angeles et qu’il se devait d’être là pour deux semaines, Carl a dû refuser l’invitation.  Mais le coach a insisté : ’’A ton retour, je t’attends .’’  Et voilà que Carl s’est retrouvé avec les Toros.  Mais à la ligne bleue tellement cette formation était paquetée avec, entre autres, Martin Saint-Gelais et Patrick Gadoury.

Une deuxième anecdote sur le rôle de la mère de Carl à la fin de son stage Midget.  ’’ A cette époque, on n’avait pas d’agent.  Un jour, le téléphone sonne. Ma mère, qui avait connu la vie de ‘l’épouse-du-joueur-de-hockey’ a vite répondu que son fils allait connaître une vie normale et qu’il allait faire passer les études avant tout.  Qu’il était déjà inscrit au Cégep de Trois-Rivières. Je lui en suis reconnaissant encore aujourd’hui.’’

En août 1988, Carl coupe court à ses études collégiales en architecture et s’enrôle dans l’armée canadienne. A l’occasion de voyager au sein des Nations Unies : la Bosnie, Israël, le Liban et l’Irak.  Il s’inscrit simultanément à des cours aux HEC et va chercher un diplôme (SEM) en administration en 2002.

En 2008, la caporal-chef quitte les FAC après 20 ans de loyaux services et, muni d’un certificat de ‘gestionnaire accrédité de la paie’, il entreprend une deuxième carrière comme enquêteur à Service Canada (Assurance emploi).

Le vendredi soir, Carl est toujours actif dans le hockey à Sainte-Julie comme responsable d’une ligue ’Les anciens As ‘.  Il est un passionné de moto et un as de la réno chez lui.
Ayant toujours eu de bons contacts, de bons amis, étant marié à la fille de M.et Mme Jean – Pierre L’Espérance, il a pu récemment renouveler les chandails de son équipe grâce à une commandite du …beau – père, président des Aciers JPL Inc.  De dire Carl au sujet de son beau-père : ‘‘Oui, il pourrait avoir pris sa retraite mais le jour où il va arrêter de travailler, il va mourir(!).  Les compagnies elles, avec lesquelles il fait affaire sont bien contentes de le voir prolonger sa brillante carrière.’’

Addendum-

.Les enfants de Carl sont au courant de son vécu, ses détours pas toujours payants…Il leur a dit ‘ devant l’adversité, devant un mur, ne fonce pas dedans car il y a un stud à tous les 16 pouces.  Tu vas te briser les épaules.  Contourne-le.’

John Paris a dirigé Carl à sa deuxième année avec les Riverains. Il a eu une école de hockey avec Réal Lemieux au Colisée Cardin en 1974.

.Jean-Pierre L’Espérance demeure maintenant à Sutton.  Il est toujours agent des ventes pour au moins 4 grosses entreprises dont Lokomosteel en Finlande et en Suède.  Leur acier sert à fabriquer, en outre, les trains d’atterrissage des avions..  Chez les Toros, à ses 21 premiers matches, Carl n’avait aucun but-contre et avait un rating de + 58.

.C’est en lisant EXPORT XV dont Pierre Pelletier faisait les frais que Carl a donné signe de vie et accepté de nous faire partager à son tour quelques pans de sa vie qui n’est pas banale.

Bonne fête!

26 : Gilles Simard(1), Natalie Bibeau, Raymond Proulx, Robert Rousseau, Michelle Gagnon
27 : Creon Manila, Jean-Pierre Leduc(2), Hugo Mandeville(3), Steve Pelletier, David Charron, Yvon Nadeau, Louise Gratton, Léa Deschênes, anniversaire de mariage de Michel et Diane Beauchemin
28 : Jean Pelletier(4), Michèle Gouin, Sylvain Houle
29 : Antoine Smolla, Guy Lambert(5), Francine Gagné
30 : Madelaine Carrière, Mme J-C Laquerre, Anne Lincourt, Paloma Lavallée, Jean Crête, Pierre Fredette
31: Louis Plamondon(6), Viateur Gendron, Denis Allard, Denis Théroux(7)
1 : Mme Richard Joly

Pêle–Mêle

Basketball- Les Bucks de Milwakee sont les champions de la NBA depuis mardi, le 20 juillet.  Grâce, entre autres, au joueur étoile grec d’origine nigérienne Giannis Antetokounmpo dont le nom signifie ‘ la couronne est revenue de l’étranger’.  Il a enfilé pas moins de 50 points.

Problème de voirie- Depuis 40 ans, le trou d’homme au coin de Marquette et Degrandpré déborde au moindre coup d’eau.

La Cantine du quai de Notre-Dame de Pierreville pourtant fort achalandée en est à ses derniers mois d’opération.  Elle changera de vocation l’été prochain pour devenir un B & B qui nécessite moins de personnel.  A vendre depuis 5 ans, personne ne s’est montré intéressé.

Hockey Dek- Joé Desmarais a marqué 4 buts dont celui de la victoire en tirs de barrage pour Le Maska(7) conte Toiture Lavoie(6).  Les Vilaines(6) ont doublé les Flamingos (3) menées à l’attaque par Rosalie Ouellette(3-1)

La ressemblance de la semaine – S’il est vrai que nous avons tous un sosie quelque part dans le monde, avouez que Mathieu Baron et Michael Chaloux, ingénieur de Sherbrooke, se ressemblent passablement.

Mini-putt de La Plaza- De nouvelles figures au sommet du classement individuel de la section Justin : Robert Beaudin(36)(21), membre de la formation Les Sportifs au premier rang du classement par équipe(970).  Les Pros suivent avec 988.  Dans la section Frédéric,  Alexandre Parenteau affiche la meilleure moyenne (33)(29) devant Anthony Gamelin(35)(30) et le vétéran Jacques Deschênes (34)(34).  Au classement par équipe, Les Meilleurs portent bien leur nom (928) devant Les Canadiens (939).

Des grands-pères heureux- Jacques Deschênes et Jean Lusignan sont particulièrement fiers depuis un mois.  Leur petit-fils Frédérick a été sélectionné par le Phoenix de Sherbrooke.  M .Raymond Soucy lui, se réjouit de l’échange qui amène son petit–fils Léo St–Michel du Drakkar de Baie-Comeau à l’Armada de Blainville-Boisbriand.  Beaucoup moins de voyagement en vue(!).  Le gardien Olivier Adam, lui, se retrouve à Baie-Comeau.  Naturellement, Hugo Deschênes, le papa de Frédéric est content aussi.

Le chiffre de la semaine- Aux Jeux olympiques de Montréal (1976) les commanditaires ont payé 7 millions en publicité.  Ce chiffre est passé à 3 milliards pour les Jeux de Tokyo 2020.

Pensée de la semaine- J’accepterais de traverser le désert à la course pour sauver un enfant, pas pour être déclaré le meilleur coureur au monde.   (Albert Jacquard)

Bonne semaine!

Laurent Delainey
laudeney@hotmail.com

Publicité

Merci a mes commanditaires

commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire commanditaire