SorelTracy Magazine - Mercredi, 22 septembre 2021

Mercredi 11 août, 2021

Des suggestions pour acheter un livre québécois le 12 août

(Annie Bourque, 9 août 2021) – Le 12 août, la journée est consacrée à l’achat d’un livre québécois.  Durant les derniers mois de pandémie et particulièrement au cours de l’été, les Sorelois tout comme les Québécois ont choisi la lecture pour s’évader du quotidien.  Les romans québécois et historiques sont particulièrement prisés. Tour d’horizon.

« Nos lecteurs aiment beaucoup les livres québécois particulièrement ceux à saveur historique », note Mélanie Cormier, commis technicienne à la bibliothèque Le Survenant à Sorel-Tracy.

Les lecteurs ont emprunté Le petit traité sur le racisme de Dany Laferrière, le roman Trois de la Française Valérie Perrin qui a été commenté en juin sur la page Facebook du premier ministre François Legault, lui-même un fervent lecteur.

Les auteurs comme David Gaudreault, Simon Boulerice, Louise Tremblay-D’Essiambre sont aussi fort populaires. En période estivale, le livre Soupers de filles de Pascale Wilhelmy a aussi la cote.

Chez Renaud-Bray, les 3 meilleurs vendeurs sont KuKum de Michel Jean, Un café avec Marie de Serge Bouchard et Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin.

À la librairie La Cargaison située juste en face du parc Royal à Sorel-Tracy, la commis observe que la pandémie a favorisé les ventes de bouquins. « Depuis la Covid-19, nous vendons beaucoup de romans. Les gens se sont remis à lire », dit-elle.

Le Saint-Oursois Dominique Arpin propose ici un guide pratique complet pour tous ceux et celles qui rêvent de partir à l’aventure dans une van aménagée. Comment choisir le meilleur véhicule ? Où dormir ?

La clientèle privilégie les sagas familiales comme Chère Laurette de Michel David, un auteur de 64 livres.

Ceux-ci plaisent aux lecteurs plus âgés qui s’identifient ainsi aux personnages et ils permettent aux lecteurs plus jeunes de plonger dans le Québec d’autrefois.

À la Cargaison, on retrouve aussi l’auteur André Mathieu, une légende de l’écriture et icône beauceronne. L’homme a écrit 65 ouvrages en 33 ans et totalisant 27 000 pages.

Du côté de la librairie Wilkie, la commis Estelle Cardin observe que les gens ont eu envie de lire Bon Vivant, un livre de cuisine à saveur autobiographique du ténor Marc Hervieux sacré en juin « meilleur premier livre de cuisine aux Gourmand World Cookbook Awards.
»

Road Trip

En quête d’évasion, plusieurs lecteurs ont opté pour le Van Aventure Petit guide de la Vanlife sans filtre de Dominique Arpin ainsi qu’En route vers nowhere de Sophie Laurin qui raconte l’histoire de deux jeunes adultes en quête d’aventure qui scelle leur amitié aux poutines de casse-croûte, arrosée de café imbuvable des stations-service.  On remarque aussi la popularité de Fausse Route de la même autrice.

Le polar Dis moi qui dois vivre de Marc-André Chabot suscite aussi l’attention des libraires à qui nous avons parlé.

Des livres prisés

Plusieurs libraires à qui nous avons parlé ont parlé aussi des livres populaires dont Sa parole contre la mienne de Christine Brouillet et le polar Dis-moi qui doit vivre de Marc-André Chabot et Flots de Patrick Sénécal ont la cote aussi chez les libraires interrogés.

Sur une note plus légère, le livre de Geneviève Cloutier soit Couple en pandémie thérapie suscite beaucoup d’intérêt, nous a-t-on dit.

L’Amant du Lac est la suggestion d’Annie Bourque, journaliste au Sorel-Tracy Magazine qui a adoré ce premier roman de l’Amérindienne Virginia Pésémapéo Bordeleau qui s’inspire de gens de son entourage.

À la veille de la journée du 12 août, acheter un livre québécois, je recommande Nos faux combats de l’homme d’affaires Marc Dutil, un essai humaniste que j’ai savouré cet été.

Je l’ai lu en quelques jours seulement. On aime sa vision bienveillante dans cette période d’incertitude dans laquelle la société entière est plongée.

Et dans un registre autre, je recommande fortement L’amant du lac, premier roman érotique de l’amérindienne Virginia Pésémapéo Bordeleau.

On s’évade dans une histoire en apparence impossible dans le décor majestueux du lac Abitibi.

En quelques pages, on s’imprègne de la culture et coutumes de ce peuple au cœur de l’actualité en 2020.

Bon Vivant de Marc Hervieux est très populaire.

À retenir:

-En 2020, 52,6 % des ventes en librairie étaient des titres publiés par des éditeurs canadiens, majoritairement québécois.

-Hausse de ventes de 18,3 % chez les librairies indépendantes en 2020 par rapport à 2019.

– En temps de pandémie et de confinement, la lecture a la cote : les ventes de romans de tous genres ont explosé (+24,5 %) et particulièrement les romans historiques (+45,8 %)

– Autre effet du « restez chez vous ! » : une hausse marquée des ventes de livres de jardinage (+34,6 %) et de rénovation domiciliaire (+22,9 %);

Source: Bilan Gaspard

Publicité

Publicité