SorelTracy Magazine - Vendredi, 17 septembre 2021

Mercredi 28 juillet, 2021

Derrière un robot, Liam apprend à socialiser

Photos : Éloïse Sirois, Holo Robot

Liam (sur la tablette) et son père Yan Défossés Photos : Éloïse Sirois, Holo Robot

Le Sorelois Yan Défossés sait depuis plusieurs années que les robots de téléprésence faciliteraient la vie de son fils Liam atteint d’amyotrophie spinale. Le rêve est devenu réalité depuis quelques mois à peine.

« J’écoutais l’émission Salut Bonjour et on y présentait le robot Victor du distributeur québécois Holo Robot. Je suis allé sur leur site web et il y avait un concours où l’on permettait d’essayer Victor en entreprise. J’ai rempli le formulaire en mentionnant que je n’avais pas d’entreprise, mais que le robot pouvait permettre à mon fils de socialiser. J’ai eu une réponse immédiate », raconte Monsieur Défossés.

Ainsi, Liam a pu se permettre une présence virtuelle en classe pour les deux dernières semaines de l’année scolaire. « C’est plus qu’une simple tablette. Pour vulgariser, c’est une tablette sur un manche à balai télescopique soudé sur un Segway. C’est Liam qui le contrôle, qui dit à Victor où aller et où regarder. Il peut le maîtriser avec ses yeux, une souris ou un écran tactile. La qualité sonore est aussi extrêmement performante. »

Le petit robot devient ainsi les jambes et les yeux de Liam qui, bien que confiné dans son fauteuil à la maison, peut se promener dans la société et découvrir le monde comme tous les enfants peuvent le faire. « Entre autres, nous sommes allés rencontrer le maire Serge Péloquin, magasiner chez Wilkie, nous avons visité la Maison des Gouverneurs et nous sommes allés à la bibliothèque. Ce qui est bien, c’est que les gens se concentrent sur la technologie et non sur le handicap de Liam. Cela crée des contacts beaucoup plus humains malgré la technologie », témoigne le père dévoué.

Photos : Éloïse Sirois, Holo Robot

Les effets bénéfiques de cette socialisation se font rapidement sentir chez Liam. « Il n’a pas été à la garderie, il n’a pas fréquenté d’autres enfants et il grandit chaque fois que l’on a la chance de socialiser et de voir du monde à l’extérieur de son cercle restreint. On le voit dans sa capacité à mémoriser le nom de nouvelles personnes, dans son intérêt à interagir et saluer les gens. Il a tellement à nous apprendre. Il ne se voit pas différent du monde, car pour lui tout le monde est unique. »

Yan Défossés ne cesse de trouver de nouvelles situations où Victor le robot pourrait améliorer la vie des gens. « Dernièrement, c’est le grand-père de Liam qui a pris le contrôle de Victor de chez lui à Québec. Il n’était pas venu ici depuis la pandémie. À ce moment, c’est plus qu’une simple rencontre virtuelle, c’est un humain que l’on avait dans la maison. Il se promenait et visitait les lieux comme s’il était parmi nous. Les médecins de Liam ont tous accepté de se prêter au jeu et c’est ainsi qu’auront lieu nos prochains rendez-vous. Imaginez ce que l’on pourrait faire dans les CHLSD et les résidences pour aînés avec ces robots. Il serait possible de veiller sur nos proches qu’importe l’heure et où nous nous trouvons dans le monde. C’est infini les projets que j’ai en tête et sur lesquels les développeurs peuvent se pencher », de conclure avec passion le père de Liam.

Liam célébrera en septembre son 9e anniversaire. Atteint d’amyotrophie spinale, il continu a déjoué les pronostiques alors qu’on lui donnait espérance de vie de 2 ans. Le dévouement de ses parents qui savent saisir les opportunités contribue certainement à faire opérer la magie.

À lire aussi : https://www.soreltracy.com/2018/jan/24j3.html

Photos : Éloïse Sirois, Holo Robot

Yan Desfossés et Liam, lors de la rencontre avec le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin Photos : Éloïse Sirois, Holo Robot

Publicité

Publicité