SorelTracy Magazine - Mardi, 9 août 2022

Jeudi 21 juillet, 2022

Politique de l’arbre de Sorel-Tracy

« C’est un sujet complexe qui doit impliquer la population » – Yves Fortin

(Stéphane Martin, 21 juillet 2022) – La toute première Politique de l’arbre adoptée à la Ville de Sorel-Tracy en est à ses balbutiements et se retrouve sous le regard aguerri de certains écologistes qui en appellent à la vigilance.

Yves Fortin

C’est le cas d’Yves Fortin qui est bien connu dans la région pour avoir été, entre autres, coordonnateur de l’Agenda 21 à la Ville de Sorel-Tracy. À la demande du SorelTracy Magazine, il s’est penché sur la Politique de l’arbre adoptée récemment par la ville. « C’est bien fait, c’est professionnel. C’est aussi assez standard comme politique. Je n’ai pas fait de grandes découvertes en lisant ça. En général, ces politiques-là ont pour faiblesse de ne pas situer l’environnement social, économique, environnemental et climatique dans lequel elles pourront se réaliser. On est dans une espèce d’idéalisme où l’on définit des objectifs à très long terme. Je ne dis pas que la politique n’est pas bonne, c’est juste un premier morceau du puzzle qui a été fait et le puzzle est pas mal plus gros que ça », remarque le passionné d’environnement.

Comme l’ont expliqué les élus lors de l’adoption de la Politique de l’arbre, plusieurs étapes demeurent à réaliser, dont la réalisation d’un plan d’action et la rédaction de la réglementation qui devrait en découler.

« Dans les villes, on est toujours confronté à cette notion de développement. Qu’est-ce qu’on va vraiment prioriser ? Va-t-on vraiment prioriser la conservation et la protection de nos milieux naturels parce qu’ils sont essentiels non seulement à notre qualité de vie, mais à notre survie ?  Va-t-on privilégier le développement toujours en fonction de nos fameuses taxes foncières ?  C’est un large sujet quand on aborde la question.  On vit dans un monde où le développement dirige toute notre vie et le développement du territoire.  C’est un entonnoir où les municipalités n’ont pas beaucoup de moyens pour s’opposer aux promoteurs parce qu’on est toujours dans la sacro-sainte propriété privée. »

Monsieur Fortin souhaite que tous les efforts soient déployés afin que la politique ne se retrouve pas tablettée. « Ce ne sont pas des problèmes simples. Il faut absolument qu’il y ait des groupes de travail multisectoriels de citoyens, d’élus, d’entrepreneurs, de milieux sociaux et d’affaires qui se penchent plus globalement sur la notion de développement dans un contexte de lutte aux changements climatiques. Oui, on parle d’élargir le couvert forestier. J’ai relevé 9 fois les mots « Lutte aux changements climatiques ». Et cette lutte-là, c’est un sujet complexe qui doit impliquer la population dans son ensemble et ça ne peut pas être fait uniquement en vase clos par la ville. Ça touche la question de l’eau, de l’approvisionnement alimentaire, du transport, ça touche à plein de sujets et ce doit être fait de façon concertée avec des acteurs qui connaissent la joute, pas juste une bande de promoteurs ensemble. Il faut que la Politique de l’arbre sorte de son carcan municipal pour en faire un débat public de la lutte au changement climatique. La politique ce n’est qu’un outil parmi d’autres. Il y a tout un rôle d’éducation, de sensibilisation et le besoin d’en faire un débat social », de conclure Yves Fortin.

Il est possible de consulter le document de la politique de l’arbre à l’adresse : ( https://ville.sorel-tracy.qc.ca/storage/app/media/services/environnement/politique_arbre/politique_arbre_2022.pdf )

Publicité

Publicité