SorelTracy Magazine - Vendredi, 17 septembre 2021

Dimanche 8 août, 2021

Situation à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Sorel

« C’est relativement précaire considérant la situation » – Brigitte Petrie

Louise Potvin Photo: Stéphane Martin

La situation s’améliore lentement à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Sorel (HDS) alors que la direction générale a déposé son plan de réorganisation des services. Rappelons qu’en juillet, les infirmières avaient tenu des Sit-in afin d’exprimer leur exaspération.
(Voir texte : https://www.soreltracy.com/2021/juillet/21j1.html )

Dans une note de service datée du 30 juillet, la présidente-directrice générale, Louise Potvin, expliquait les efforts mis en place afin de donner aux équipes médicales des conditions favorables pour la période estivale. « Malgré la réorganisation des activités, la situation demeure très difficile en raison de la pénurie de main-d’œuvre, du manque de personnel pour remplacer durant les vacances estivales et de l’achalandage soutenu dans nos urgences », peut-on lire.

Parmi les nouvelles mesures qui s’appliqueront jusqu’au 11 septembre 2021, on retrouve « la fermeture additionnelle de 10 lits pour un maintien de 30 lits occupés quotidiennement à l’unité 3D de l’HDS. Un transfert de l’urgence de l’HDS vers un autre centre hospitalier du territoire sera envisagé si une hospitalisation est nécessaire lorsque l’HDS a dépassé sa capacité d’accueil, l’hospitalisation nécessite des soins de plus de trois jours et lorsque les autres hôpitaux du territoire ont la capacité d’accueillir l’usager. »

Brigitte Petrie

Sur le terrain, on constate que la situation s’est un peu améliorée, mais demeure fragile. « Il y a eu des surplus dans le personnel de l’urgence la semaine passée. La rencontre des employés a eu lieu vendredi dernier et, en 7 jours, il y a tout de même eu 4 temps supplémentaires obligatoires. C’est relativement précaire considérant la situation. Nous restons à l’affût en espérant aussi que l’achalandage diminue relativement pour les dernières semaines de l’été », de conclure la présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Montérégie-Est, Brigitte Petrie.

Publicité

Publicité