SorelTracy Magazine - Dimanche, 22 mai 2022

Lundi 9 mai, 2022

Guerre en Ukraine

« Ce qui me fait mal, ce sont les grandes injustices constatées » – Yaroslav Wakula

(Stéphane Martin, 5 mai 2022) – L’ukrainien Yaroslav Wakula est omnipraticien à Sorel-Tracy depuis 2 ans. Même s’il sait les gens qu’il aime en sécurité, il n’en demeure pas moins offusqué de la guerre que livre la Russie à son pays natal.

En plus d’exercer à l’Hôtel-Dieu de Sorel, le médecin de famille prend en charge, depuis peu, certains des patients orphelins de la région. Il venait à peine de s’installer dans son cabinet situé au-dessus de la pharmacie Martel lorsque la guerre a été déclarée.  « Quand ça a commencé, le bombardement de Kiev, c’était inquiétant puisque la majorité de ma famille reste là. Mon ami travaille à l’hôpital juste au nord de Kiev. La vraie bataille était à environ 10 km de l’hôpital. Je lui parlais et il entendait tout le temps des explosions. Il entendait des bruits et pensait que c’était fini pour lui », raconte émotivement Monsieur Wakula qui est demeuré en contact avec sa famille et ses amis.

La majorité de ses proches est maintenant en sécurité. Il raconte comment il a perçu les images véhiculées à la télé.  « Ça faisait trop mal a l’intérieur. J’ai eu peur que Kiev soit envahi par les Russes, qu’ils trouvent les gens qui ne sont pas loyaux [aux yeux des russes], qu’ils soient tués et emprisonnés. C’était de belles villes avant la guerre, maintenant c’est détruit et l’on voit les corps dans la rue. Ce n’est pas agréable. Ce qui me fait mal, ce sont les grandes injustices constatées. Ma famille est déjà partie et en sécurité. Surtout les femmes et les enfants. La cousine de ma femme va venir au Canada avec son mari et ses enfants. Les autres sont ailleurs en Europe, je les sais en sécurité. »

Sur une note plus positive, docteur Wakula se dit heureux dans ses fonctions d’omnipraticien à Sorel-Tracy.  « J’aime beaucoup l’hôpital, c’est beaucoup plus chaleureux qu’à Montréal. Tout le monde se connaît, l’attitude générale est très agréable et très dynamique », de conclure le médecin ukrainien qui n’a pas hésité à poursuivre ses études afin d’obtenir ses équivalences alors qu’il était considéré comme un orthopédiste à son arrivée au Canada.

Publicité

Publicité