SorelTracy Magazine - Mardi, 30 novembre 2021

Dimanche 21 novembre, 2021

Aude Lavallée, Francine Morin et Alain Goulet, récipiendaires de la médaille de l’Assemblée nationale du Québec

M. Alain Goulet, Mme Francine Morin, Mme Aude Lavallée et M. Jean-Bernard Émond, député de Richelieu

« Cette médaille est bien plus qu’une marque de reconnaissance. Bien qu’elle soit remise par un seul homme, c’est la gratitude de toute une communauté qui se cache derrière cette distinction », a dit Jean-Bernard Émond, député de Richelieu, lors de la cérémonie intime honorant trois personnalités distinctes de la région de Sorel-Tracy qui s’est tenue samedi à l’Hôtel de la Rive.

Actuellement, les règles de la santé publique empêchent que l’événement se tienne à l’intérieur du Parlement. Précisons que la médaille de l’Assemblée nationale est remise par les députés du Parlement de Québec en guise de reconnaissance à des personnes de leur choix. Récemment, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbeault a remis cette distinction à l’ancien maire de Québec, Régis Labeaume.

Aude Lavallée – Photo: Annie Bourque

Acte de bravoure

Une jeune Soreloise de 16 ans, Aude Lavallée a fait les manchettes à la mi-septembre en tentant de réanimer Raymond Boisvert qui avait perdu connaissance. « Il est important de souligner que pratiquer des manœuvres de réanimation est très demandant physiquement, et cela n’a jamais empêché Aude de poursuivre le massage cardiaque pendant de longs moments jusqu’à l’arrivée des secours», a expliqué le député de Richelieu.

« Grâce à son sang-froid, son courage, Aude a sauvé la vie d’un mari, d’un frère, d’un ami lors de cette journée marquante. Peut-être qu’elle poursuivra une carrière dans les soins de santé», a ajouté M. Emond en lui souhaitant de vivre ses passions.

Dans son allocution, la jeune femme a précisé que M. Boisvert, un homme de 69 ans, était en détresse respiratoire. « J’ai simplement fait ce qui me semblait le plus sensé. Je ne pouvais pas laisser cet homme, seul au sol. Pour être honnête, je n’ai même pas réfléchi. Je me suis dit : si je n’agis pas, ce serait pire. J’ai simplement fait de mon mieux.»

Aude a expliqué ce qu’elle ressentait. « C’était un sentiment étrange avec le stress et la peur, mais aussi un accomplissement. Enfin, c’est un honneur pour moi d’avoir permis à cet homme de continuer à vivre».

En entrevue au SorelTracy Magazine, Aude a confié vouloir poursuivre ses études en sciences naturelles au Cégep de Sorel-Tracy, de façon à s’ouvrir le plus de portes possibles, et ce, même si elle reste passionnée par les arts dont le cinéma.

Engagement en politique municipale

Francine Morin – Photo: Annie Bourque

Après 26 ans à titre de mairesse de Saint-Bernard-de-Michaudville et 16 ans comme préfet de la MRC des Maskoutains, Francine Morin a tiré sa révérence de la politique en novembre dernier.

« Sur la scène municipale, les femmes sont présentes plus que jamais et c’est grâce à des pionnières comme Mme Morin qui ont brisé le plafond de verre», a dit M. Émond.

« Mme Morin est un exemple de leadership et d’engagement. Une femme proche de ses concitoyens qui désire que le mieux pour Saint-Bernard-de-Michaudville et les Maskoutains. La population se souvient de ses projets marquants dont l’aménagement du parc Francois-Xavier Desrosiers et l’organisme forum 20-20», a ajouté M. Émond.

De son côté, Mme Morin, émue, a confié être touchée par cette marque de reconnaissance. Elle a remercié ses enfants pour leur soutien. Elle a expliqué les raisons de sa longévité en politique. « J’ai senti beaucoup de respect de la part des conseillers municipaux, employés de la MRC. C’est un travail d’équipe et de collaboration et c’est comme ça qu’on peut faire bouger les choses et avancer.»

Mme Morin a dit avoir vécu au fil des ans une expérience extrêmement enrichissante. Elle souhaite que son fils, nouvellement élu conseiller municipal puisse vivre la même satisfaction.

Alain Goulet honoré

L’ancien enseignant en éducation physique dans les années 60, Alain Goulet ne pouvait concevoir que ses étudiants ne puissent trouver des articles de base comme des espadrilles pour pratiquer l’activité physique.

Alain Goulet – Photo: Annie Bourque

C’est en partant de cette idée, qu’il a été l’un des membres fondateurs de l’empire Sport Experts. «M. Goulet est connu pour sa générosité remarquable, son altruisme et il brille par son implication dans divers organismes dont la Maison de la musique, la Fondation de l’Hôtel-Dieu. Notre communauté peut certainement le remercier pour ses actions concrètes à améliorer l’offre de soins de santé dans la région», a soutenu M. Émond.

« En reconnaissance de votre implication philanthropique , ainsi que votre soutien indéfectible à la communauté, je vous remets avec honneur la médaille de l’Assemblée nationale du Québec», a-t-il ajouté.

M. Goulet a profité de l’occasion pour féliciter les deux récipiendaires dont Mme Morin qui s’est dévouée de longues années en politique municipale. « On sait que la politique municipale, c’est difficile, ingrat par moments », a dit M. Goulet.

L’homme de 83 ans s’est montré admiratif face au geste héroïque d’Aude Lavallée. «Cela n’est pas donné à tout le monde d’être capable d’administrer des techniques de réanimation. Il me reste à te souhaiter de grandes choses pour l’avenir. »

M. Goulet estime qu’il n’est pas seul à contribuer à la société. Des gens d’affaires suivent ses traces.  «Ces engagements apportent plus de justice sociale et d’égalité. On se doit de redonner à la société. Et en terminant, j’aimerais souhaiter la médaille de la victoire à Jean-Bernard dans l’année qui vient», a-t-il conclu en faisant référence au prochain scrutin qui aura lieu en octobre 2022.

Trois questions à Alain Goulet

1.En 2021, est-ce possible que de jeunes entrepreneurs puissent imiter votre parcours ?
Présentement, dans la communauté, il y a plusieurs entrepreneurs dans la quarantaine et cinquantaine qui réussissent excessivement bien et qui redonnent à la société. La relève est là et notre communauté est bien servie.

2.Êtes-vous surpris de cet hommage ?
Je ne m’attendais pas à cet honneur-là. Cela transcende la communauté, la province. C’est la médaille de l’Assemblée nationale que le maire Labeaume a reçue, il y a à peine 10 jours.

3.Vous n’auriez pas aimé faire de la politique ?
Moi, je voulais faire de l’argent. Par contre, avec l’argent, tu peux améliorer le sort des gens. Tu peux remettre à la société pour différentes causes qui te tiennent à cœur dont la Fondation Hôtel-Dieu. C’est ma façon à moi de faire de la politique en quelque sorte. Les politiciens ont toute mon admiration parce que c’est un métier dur et bien souvent, la reconnaissance n’est pas toujours au rendez-vous.

Qu’est-ce que la médaille de l’Assemblée nationale ?

Composée de bronze, fini antique laqué, la médaille illustre l’effigie du premier président de la Chambre d’Assemblée du Bas-Canada, Jean-Antoine Panet et de l’autre côté, elle reproduit une partie de la toile Le Débat sur les langues de Charles Huot, qui orne la salle de l’Assemblée nationale de l’hôtel du Parlement.

 

Publicité

Publicité