SorelTracy Magazine - Lundi, 4 juillet 2022

Mardi 14 juin, 2022

Bilan annuel des directeurs de la protection de la jeunesse

55 situations d’enfant signalées en moyenne par jour en Montérégie

Bilan annuel des directeurs de la protection de la jeunesse
55 situations d’enfant signalées en moyenne par jour en Montérégie

(Stéphane Martin, 14 juin 2022) – En 2021-2022, une hausse considérable du nombre de signalements traités a été observée selon le dernier bilan annuel des directeurs de la protection de la jeunesse.

Les directrices et les directeurs de la protection de la jeunesse (DPJ) ont traité 132 632 signalements au cours de l’année 2021-2022, comparativement à 117 904 l’an dernier, ce qui représente une augmentation de 12,5 % et une moyenne de 363 situations d’enfants signalées par jour au Québec, soit 40 de plus que l’an dernier.

Pour la Montérégie, on dénombre 20 837 signalements traités, soit 55 situations d’enfant signalées en moyenne par jour. Il s’agit d’une augmentation de 3 000 signalements traités comparativement à l’exercice 2020-2021.

Seule note positive au tableau, des 20 837 signalements traités, 5 435 ont été retenus. Il ‘s’agit d’une baisse de 415 signalements retenus comparativement à l’année précédente.

Les signalements proviennent toujours en majorité des employés d’organismes publics (32 %). Le principal milieu de vie des enfants pris en charge par la DPJ est toujours le milieu familial (47 %). Une proportion de 15 % des enfants est confiée à une personne significative. De plus, dans près de la moitié des situations, les enfants placés en famille d’accueil le sont auprès d’une personne qui leur était déjà connue.

Marie-Josée Audette

Dans ce 19e bilan annuel, les directeurs de la protection de la jeunesse/directeurs provinciaux partout au Québec souhaitent donner la parole aux enfants et aux adolescents, les écouter, les mettre à l’avant-plan en tant que premiers artisans de leur développement.

« Le Bilan de cette année nous amène à poser un regard au-delà des chiffres, des pourcentages et des statistiques. Ce bilan tourne le projecteur sur tous les enfants qui, chaque jour, font entendre à leur façon, leur voix. Cette voix, nous l’entendons et l’écoutons depuis des années sur le terrain. Aujourd’hui, nous la portons aux oreilles de tous avec bienveillance et espoir que chacun d’entre nous se sente concerné par le quotidien et l’avenir de ces enfants. Que ce soit par de l’écoute, de l’encouragement, du soutien, pour leur partager des ressources d’aide ou pour donner un coup de main. Nous sommes tous des acteurs du changement pour ces enfants, mais pour cela il faut tendre l’oreille », explique la directrice de la protection de la jeunesse de la Montérégie, Marie-Josée Audette.

Provincialement en 2021-2022, la négligence, combinée à un risque sérieux de négligence, demeure le principal motif de rétention d’un signalement (33,6%). La problématique de l’abus physique combinée à un risque sérieux d’abus physique arrive en deuxième (28,1%). Les mauvais traitements psychologiques comptent cette année pour 18 % des signalements retenus (19,4% l’an dernier). Cette problématique englobe notamment la violence familiale et conjugale, de même que les conflits sévères de séparation.

 

Publicité

Publicité