SorelTracy Magazine - Dimanche, 19 mai 2024

Jeudi 12 octobre, 2023

2024, l’année de tous les dangers pour Patrick Péloquin

Par Jocelyn Daneau

Tant la rumeur publique que les médias locaux nous rapportent depuis le début de l’été 2023, les propos empreints de désarroi de plusieurs commerçants impactés par les travaux dans le centre-ville de Sorel-Tracy. Pour quelques-uns, le désespoir est déjà dans le cadre de porte et bientôt, malheureusement, c’est la clé qui y sera. Le tout sous un vernis de compassion du conseil municipal de Sorel-Tracy qui se dit impuissant vis-à-vis de cette situation, quand il en est le principal responsable. Il faut le faire.

Rappelons en effet que 8 des 9 membres de ce conseil sont en place au moins depuis 2013. Ils sont donc responsables de l’absence d’une stratégie de développement pour le centre-ville de Sorel-Tracy, depuis au moins une décennie et donc, de ces travaux sans cesse reportés, maintenant réalisés dans l’urgence. Ils sont donc responsables d’avoir laissé faire le maire destitué de Sorel-Tracy et ses acolytes avec leur stratégie catastrophique du TOUT au quai Catherine-Legardeur. Une situation que j’ai dénoncée à maintes reprises.

Avez-vous une idée, du combien nous a coûté depuis 10 ans, le développement du quai Catherine-Legardeur ? Combien nous ont coûté et nous coûtent encore, Statera ?  Le bâtiment et le restaurant Les Années folles ?  Les Régates ?  Le cirque des 7 doigts de la main de 2021 que l’on oublie ?  La scène musicale circulaire IO Expérience ?  Pas des centaines de milliers de dollars, mais des millions !  Sommes-nous si riches que ça à Sorel-Tracy ?  Pendant que certains se payent les illusions du « bling-bling », l’odeur des égouts bouchés nous rattrape.

Je mets au défi la ville de Sorel-Tracy de nous faire le bilan coût et bénéficie depuis 10 ans, de tout ce qui a été engagé sur le quai Catherine-Legardeur ?  Intuitivement, les coûts vont largement l’emporter, surtout lorsque viendra le temps de comptabiliser l’ampleur des opportunités perdues. Sans oublier les promesses pharaoniques de retombées économiques parties avec le vent du Saint-Laurent.

Nous arrivons à la fin de la première année de l’administration de Patrick Péloquin. À quand une stratégie de développement pour le centre-ville de Sorel-Tracy ?  Pour l’instant, malgré les consultations répétées, nous sommes toujours en attente d’une vision claire et affirmée en ce sens. Nous sommes aussi en attente d’une politique environnementale et de préservation des boisés à la mesure des défis liés aux changements climatiques. Lui qui en avait fait son cheval de bataille lors de la dernière campagne électorale.

Nous sommes aussi en attente d’une version finale stimulante et innovatrice de la planification stratégique de la ville, après la publication d’une première mouture bancale et sans ambition en juillet 2023. Certes, la ville a livré le nouveau terrain synthétique de soccer, mais au double du prix de l’estimation de base et donc, nous sommes en droit d’être inquiets relativement au projet de nouvelle piscine qui, personnellement, n’est pas une priorité. Parce que la priorité à court terme, comme plusieurs qui sont victimes de l’inflation galopante et de la hausse des taux d’intérêt, c’est le compte de taxes de 2024 et des années subséquentes.

L’année 2024 sera une année charnière pour Patrick Péloquin, surtout que sans surprise, la rumeur prête des intentions de retour à son prédécesseur (sous réserve de ses démêlés judiciaires). Bref, Patrick Péloquin a le « puck » sur sa palette depuis 12 mois maintenant comme capitaine. Il a devant lui un filet quasi ouvert. Sera-t-il capable de patiner dans le bon sens pour « scorer » ? Espérons-le !

Jocelyn Daneau
Sorel-Tracy

Publicité

Publicité