SorelTracy Magazine - Vendredi, 1 juillet 2022

Mardi 7 juin, 2022

Plusieurs signataires

L’appauvrissement des aînés

Que l’on le veuille ou non, nous subissons tous les contrecoups de la guerre en Ukraine par une hausse du coût de la vie fulgurante. En effet, l’inflation frôle les 7% dans les derniers mois au Québec.

Par conséquent, les retraités qui n’ont pas une rente pleinement indexée au coût de la vie subissent une perte de pouvoir d’achat d’année en année comme l’illustre le graphique de la figure 1.

C’est notamment le cas pour les retraités des secteurs : de la santé, de l’éducation et de la fonction publique. Cette perte de pouvoir d’achat est encore plus grande lorsque l’inflation grimpe à des sommets inégalés.

Figure 1 : source AREQ

Pourtant, le Fonds de retraite des employés du gouvernement du Québec est en si bonne santé qu’il peut financer les rentes de ceux et celles présentement à la retraite et en emploi. De plus, ce Fonds a un rendement annuel supérieur à l’inflation depuis quelques années.

La perte du pouvoir d’achat des aînés a un impact d’autant plus important dans une société vieillissante. Or, au dernier recensement de 2021, les aînés de 65 ans et plus formaient 20% de la population québécois. La situation est pire pour l’agglomération de Sorel-Tracy où cette proportion grimpe à plus de 30%.

Par conséquent, l’appauvrissement des aînés à cause de la non-indexation de leur de retraite aura un impact économique et social plus grand dans notre région.

Donc, aux élections du 3 octobre prochain dans le comté de Richelieu, nous aurons environ un électeur sur trois qui sera un aîné. Aussi, nous questionnerons, durant la campagne électorale, les candidates et les candidats des différents partis politiques pour connaître leurs positions et celles de leur parti sur cet enjeu de l’appauvrissement de nos aînés.

Albert Khelfa, membre de l’AREQ
Jean-Michel Leclaire, membre de l’AREQ
Paul Martin, membre de l’AREQ

 

Publicité

Publicité