LES CHRONIQUES DU PANTHÉON
 
mardi 04 avril 2017

Gerald Desfossés, notre dernier coureur des bois, mais aussi un grand athlète et promoteur de l’activité physique

Le Panthéon des Sports de Sorel-Tracy est fier de s’associer au SorelTracy Magazine, pour souligner les exploits de ses intronisés. Aujourd’hui nous rendons hommage à Gerald Desfossés, notre dernier coureur des bois.

---

Denis St-Martin, notre historien et collectionneur local me mentionnait que lors de ses expéditions sur le fleuve MacKenzie, dans sa découverte du passage du Nord-Ouest,  de 1825 à 1827, John Franklin utilisait une trentaine de canotiers dont 13 environ provenaient de Sorel. Ainsi est peut-être née notre future légende, Gérald Desfossés.

Gerald Desfossés est bien connu des sportifs de la région de Sorel-Tracy, qui est-il ? Un excellent marathonien, un homme d’affaires spécialisé en sport de plein air, un culturiste qui a mérité de grands honneurs un canotier expert dans les courses de canot. Il est un peu tout cela, nous y reviendrons mais il a accompli quelque chose d’extraordinaire en relevant le défi de la rivière Fraser en Colombie Britannique en 1971.

Dans le cadre des fêtes du centenaire du Canada en 1967, le gouvernement canadien mis en place une course de canot, la reconstitution historique centenaire d’un défi en canot, célébrant ainsi le 100e anniversaire du Canada en 1967 avec un salut aux Voyageurs canadiens de l’époque.

La présentation de l’évènement était décrite ainsi; Vous aimez l’aventure, la nature, les grands espaces du Canada, vous êtes en bonne santé. Inscrivez-vous pour le parcours des Voyageurs.  Un parcours pas fait pour les gars de bureau, mais pour les athlètes. Des canotiers géants de l’ouest, à la force brute des Amérindiens, habitués à ce traitement. Un sorelois a entrepris cette aventure avec son équipe du Québec, Gérald Desfossés.

Auparavant on fit appel à des habitués du canot. Pour établir les jalons de cette compétition. En 1966, Gerald Desfossés parti pour la Colombie Britannique pour une première course entre Fort St-James et Vancouver sur la rivière Colombia. Un parcours d’environ 1000 kilomètres. Notons que Jean Claude Lemay aussi intronisé au Panthéon des Sports,  accompagnait Gerald dans ce périple.


En 1967, il récidive, diplômé de l’Université d’Ottawa, il entreprend avec des amis ontariens un autre parcours difficile. Une course entre Thunder Bay et Wawa, On.

Finalement en 1971, arrive la course tant attendue, la grande course entre Fort Nelson et Vancouver sur 1200 kilomètres sur la rivière Fraser. Traversant les Montagnes Rocheuses, les compétiteurs de dix provinces et 3 territoires, s’acharnent jour après jour pour faire les distances quotidiennes. 8 à 10 heures de canotage pour notre équipe du Québec avec son barreur Gérald Desfossés. Un froid glacial la nuit (-5 à -10).


Le jour des températures de (70 à 90) et le soleil qui sèche la peau. La nuit ils sont abrités dans des tentes de service que l’armée canadienne et son régiment des Blacks Wachs, leurs installent. Attention n’arriver pas le dernier car vous dormirez dans la porte ouverte. Au matin, repas servi par l’armée, manger les premiers car la bouffe est faite pour le nombre de personnes inscrites. Si les autres mangent trop, ce sera au prochain repas. D’excellentes équipes sur place, le Manitoba, l’Ontario, l’Alberta, la Colombie Britannique et le Québec. D’autres équipes avec moins de tradition de canotage ont eues la vie dure, la Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Territoires du Nord-Ouest et Île du Prince-Édouard ont peiné à terminer le parcours, la fatigue, la faim, les brûlures par le soleil, la maladie ont venu à bout de plusieurs compétiteurs.  Parmi celles-ci plusieurs n’ont pas terminé avec les mêmes rameurs qu’au départ.

6 :30 le matin, réveil militaire et 8 :00 on part pour une autre journée, avec des paysages époustouflants, des descentes de rivière vertigineuses. La brume qui couvre la rivière, lorsqu’une rivière de montagne froide se jette dans la Fraser. Attention pour ne pas chavirer, car la température de l’eau est à 5 à 10 degrés, malgré la chaleur de l’air. Un compétiteur est disparu et jamais retrouvé lorsqu’il a chuté à l’eau.


Au total 59 jours de canot dans ces conditions difficiles avec son capitaine Gerald Desfossés ainsi que les autres équipes, ont relevé cet immense défi. Chaque jour on termine avec un sprint endiablé, où chaque équipe ne se gêne pas pour jouer du coude pour passer le premier


Il a aussi entrepris en juillet 1974 un autre périple peu ordinaire. Avec ses amis, Robert Angers, David et Maurice Dufault, ils construisirent un canot d’écorce géant de 26 pieds pour se rendre à Sept-Îles, de là transporté en train à Schefferville, à la frontière de l’Ungava. Un voyage de canot de 400 kilomètres en 30 jours sur la rivière Caniapiscau et Koasoak.  Les moustiques, les loups et la neige les ont rudement surpris. Pas de téléphone satellite ou de radio-émetteur.

Qui est Gerald Desfossés

Natif de Drummondville, et diplômé en éducation physique, de l’Université d’Ottawa, arrive à Sorel en 1964 et ouvre son studio de conditionnement physique, le Figurama. Il prêchait par l’exemple, culturiste, canotage et course à pied. Il fût un pionnier, car il fût un des premiers à permettre aux femmes d’avoir leur journée d’entrainement réservée. Trois jours aux femmes, trois jours aux hommes.


Comme culturiste, il remporte le concours de Monsieur Province de Québec. Il représente le canada aux  Jeux de l’Empire à Londres. En 1963 il se classe troisième à monsieur Amérique avec comme co-compétiteurs, Arnold Schwarzenegger, fraichement arrivé d’Autriche et premier au concours de monsieur Canada.


De 1965 à 1982, il participe à la célèbre course de Canot de la Mauricie.


Comme coureur, il s’est toujours illustré dans son groupe d’âge, finissant troisième au Maryland, en décembre 1978, sans entrainement, à son premier marathon en un temps de 3h 07. Par la suite, il fît les différents marathons des circuits, Boston, New York, Baltimore, Charlottetown, Québec, Ottawa et Montréal.


En 1984, il fonde son entreprise, Expéditions de Canots Rabaskas. Il en fit la promotion en Europe et remporta de nombreux prix de d’excellence de la part du ministère du tourisme québécois.

Ses deux fils Stéphane et Sacha sont de la même lignée d’athlètes. Cyclisme, ski de fond sont leurs sports.

 

Texte : Jean Desrochers, Jacques Sévigny, Denis St-Martin, archives nationales du Canada et du Panthéon des Sports de Sorel-Tracy, intronisation 2003.

Le Panthéon des Sports est un organisme sans but lucratif, qui a comme mandat principal d’honorer et de souligner l’apport de grands sportifs de la région de Sorel-Tracy. La personne intronisée aura faits des actes importants, comme athlètes, administrateur sportif, entraineur, officiels. Une cérémonie d’intronisation a lieu chaque année en octobre, où ces intronisés, sélectionnés par les membres du Panthéon, suite à un vote secret.

Tous et toutes peuvent devenir membre du Panthéon des Sports, en payant sa cotisation de 25.00$ auprès du comité. Information : administration@pantheonsoreltracy.net.

Jacques Sévigny, secrétaire

Bookmark and Share

 

PUBLICITÉ

------------------------

------------------------

Le SorelTracy Magazine
une filiale des Productions Kapricom
Tous droits réservés
© 2000-2017