Section Politique et Historique

Galeries des députés de Richelieu
Cette galerie est publiée sur le SorelTracy Magazine
avec la permission du bureau du député Sylvain Rochon en 2016.©

Remerciements à :

Bibliothèque de l’Assemblée nationale du Québec
Service des archives et de la numérisation

Direction de l’informatique, de la télédiffusion et
des télécommunications de l’Assemblée nationale
du Québec

Société historique Pierre-De Saurel

Izimage inc.

Ainsi qu’à Alexandre Bégin, Jean Bigué, Caroline Bouchard, Suzanne Lalande, Line Latour, Marie-Andrée Lizotte, Mathieu Pontbriand et Claude Rochon.

PRÉFACE

Notre parlement existe depuis 1792.  D'abord Parlement du Bas-Canada, il devint, en 1841, Parlement de la Province du Canada et, à l'avènement de la Confédération en 1867, Parlement de Québec. La Galerie des députés de Richelieu que nous avons composée remonte à cette date.

Entre 1792 et 1845, notre comté portait le nom de William-Henry, en l'honneur du député William-Henry Scott, d'origine écossaise, qui épousa la cause des Patriotes. Même si la province avait été divisée en vingt-et-un comtés, le nombre des députés à élire était alors de cinquante, car certaines circonscriptions, comme Québec et Montréal, avaient droit à plusieurs représentants. Mais les comtés de William-Henry, Trois-Rivières, Gaspé, Bedford et Orléans, entre autres, ne pouvaient élire qu'un député chacun.

De John Barner, élu en 1792, à Wolfred Nelson, élu une première fois en 1827 et à nouveau en 1844, à son retour d’exil, les députés seront uniquement des anglophones, parfois même d’origine britannique ou américaine. Ce n’est pas un hasard si Wolfred Nelson, qui sera député jusqu’en 1851, brise cette tradition et marque le début d’une série ininterrompue de députés francophones. Celui qu’on a surnommé le Loup rouge a en effet été associé à la r évolution d e 1 837, a ux c ôtés d e c eux q u’on a ppelait alors les Canadiens-français.

C’est ainsi qu’à partir de 1851 et jusqu’à aujourd’hui, tous les députés de William-Henry d’abord, et de Richelieu ensuite, seront des francophones. De 1851 à 1867, date à laquelle démarre la galerie, ce seront: Antoine-Némèse Gouin (1851-1854), Jean-Baptiste Guèvremont (1854-1858), Jacques-Félix Sincennes (1858-1861), Joseph Beaudreau (1861-1863) et Joseph-Xavier Perrault (1863-1867).

C'est pour rendre hommage à toutes ces personnes qui ont assumé leur rôle de député avec dévouement et conviction que nous avons réalisé cette galerie. Je suis fier de m'inscrire dans cette lignée de mandataires qui ont représenté les intérêts de la belle région de Richelieu à l’Assemblée nationale et porté les aspirations de sa population.

Sylvain Rochon
Député de Richelieu à l’Assemblée nationale
Mars 2016

Sylvain ROCHON
Parti Québécois
2015 -

Né à Sorel-Tracy le 24 mai 1961, fils de Claude Rochon, journaliste, enseignant et cadre scolaire – candidat du Parti québécois dans Richelieu en 1970 – et de Louisette Courchesne, musicienne et chanteuse.

Étudia au Conservatoire Lassalle de Montréal.  Travailla comme journaliste à la radio et à la télévision soreloises pendant près de 20 ans, se spécialisant en affaires publiques.

Attaché politique du député de Richelieu, Sylvain Simard, de 2000 jusqu’au départ de ce
dernier en août 2012.  Chef de cabinet adjoint d’Élaine Zakaïb, élue députée de Richelieu en septembre 2012 et nommée ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec jusqu’en mars 2014. Conseiller politique et chef du bureau de circonscription de Richelieu pour la députée réélue en avril jusqu’à la démission de cette dernière en septembre 2014.

Élu député du Parti québécois dans la circonscription de Richelieu à l’élection partielle de mars 2015.

Porte-parole de l'opposition officielle en matière de lutte contre l'intimidation depuis le 6
septembre 2015. Porte-parole de l'opposition officielle pour les aînés depuis le 17 mars 2015.

Membre de la Commission des relations avec les citoyens depuis le 17 mars 2015. Membre de la Commission de la santé et des services sociaux depuis le 19 novembre 2015.

Arrière-petit-fils du Patriote Toussaint Rochon, condamné à la pendaison en 1838 mais
finalement expatrié en Australie, qui , à son retour au Canada, devint maire du village de Beauharnois.


Élaine ZAKAÏB
Parti Québécois
2012-2014

Née à Sorel, le 9 juillet 1959, fille de George J. Zakaïb, directeur général de la Ville de Sorel, et de Laurette de Grandpré, enseignante.

Obtint un baccalauréat en sciences juridiques à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) en 1983. Membre du Barreau du Québec depuis 1984. Compléta une scolarité de maîtrise en droit commercial à l'Université de Montréal en 1986. Étudia en administration des affaires (MBA) à l'École des hautes études commerciales en 1988.

Obtint une maîtrise en administration des affaires et financement d'entreprises (MBA) à l'UQAM en 2004. Compléta le Senior Executive Program de la London Business School, au Royaume-Uni, en 2006. À l'Université Laval, compléta en 2009 une certification universitaire en gouvernance de sociétés par le biais du Collège des administrateurs de sociétés.

Avocate associée chez Feldman & Associés de 1984 à 1992 et avocate pour la boutique Jacob en 1987 en 1988. Au Fonds de solidarité FTQ, fut d'abord conseillère juridique de 1992 à 1998, vice-présidente aux affaires juridiques, secteur Investissements, de 1998 à 2000, vice-présidente Investissements - Mandats spéciaux de 2000 à 2003, vice-présidente secteur Investissements - Développement régional et projets spéciaux en 2003 et en 2004, et présidente-directrice générale des Fonds régionaux de solidarité FTQ de 2004 à 2012.

Fut membre de plusieurs conseils d'administration : Maison des Futailles (2002-2003), Québec International (2005-2012), Ordre des évaluateurs agréés du Québec (OÉAQ) (2010-2011), Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) (2011-2012). Membre de l'Association des femmes en finance du Québec de 2010 à 2013.

Élue députée du Parti québécois dans Richelieu en 2012. Réélue en 2014. Ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec du 19 septembre 2012 au 23 avril 2014. Présidente de la Commission de l'administration publique du 2 juin au 29 septembre 2014, date de sa démission. Devint vice-présidente et chef de la restructuration du détaillant Jacob.

Sylvain SIMARD
Parti Québécois
1994-2012

Né à Chicoutimi, le 26 avril 1945, fils de Michel Simard, commerçant, et d'Anita Gauthier.

Obtint un baccalauréat en pédagogie à l'Université de Montréal en 1967, une maîtrise ès arts de l 'Université M cGill e n 1 970 e t u n d octorat e n l ittérature comparée à l'Université de Bordeaux (France) en 1975.

Professeur agrégé de littérature française à l'Université d'Ottawa de 1976 à 1994. Occupa diverses fonctions au sein du Parti québécois à compter de 1979 dont celle de vice-président du parti et de président de l'exécutif national de 1981 à 1984. Président du Mouvement national des Québécois de 1990 à 1994 et président de la Conférence des peuples de langue française.

Élu député du Parti québécois dans Richelieu en 1994. Réélu en 1998, en 2003, en 2007 et en 2008. Président de la Commission des institutions du 1er octobre 1994 au 29 janvier 1996 et ministre des Relations internationales dans le cabinet Bouchard du 29 janvier 1996 au 15 décembre 1998. Président de la Commission des finances publiques du 4 mars 1999 au 6 octobre 2000 et président de la Commission spéciale sur le nouveau cadre de gestion pour la fonction publique du 17 juin au 9 septembre 1999.

Ministre des Relations avec les citoyens et de l'Immigration du 6 octobre 2000 au 8 mars 2001. Ministre d'État à l'Administration et à la Fonction publique dans le cabinet Landry et président du Conseil du trésor du 8 mars 2001 au 30 janvier 2002.  Ministre d'État à l 'Éducation et à l'Emploi et ministre de l'Éducation du 30 janvier 2002 au 29 avril 2003. Président de la Commission des institutions du 6 juin 2003 au 21 février 2007. Vice-président de la Commission spéciale sur le choix du site du futur Centre hospitalier de l'Université de Montréal du 28 février 2005 au 8 mars 2005.

Vice-président de la Commission spéciale en vue de l'étude de l'avant-projet de loi remplaçant la Loi électorale du 23 juin 2005 au 21 février 2007. Président de la Commission de la culture du 25 mai 2007 au 5 novembre 2008. Président de la Commission de l'administration publique du 15 janvier 2009 au 1er août 2012. Ne s'est pas représenté en 2012.

Nommé en avril 2013 président du conseil d'administration de la Société des alcools du Québec, quitta cette fonction le 19 août 2015.  Frère de Christian Simard, député bloquiste à la Chambre des communes de 2004 à 2006.

Albert KHELFA
Parti Libéral
1985-1994

Né au Caire, en Égypte, le 11 janvier 1945, fils de Fakhry Khelfa, avocat, et de Marguerite Ganho.

A étudié à l'Université du Caire où il fut diplômé en chirurgie dentaire. Titulaire d'un baccalauréat en enseignement spécialisé de l'Université du Québec à Trois-Rivières et d'un brevet d'enseignement. Titulaire également d'un certificat en administration et d'un certificat en mesure et en évaluation. A suivi également des cours en science politique comme auditeur libre à la Sir George Williams University.

Professeur de biologie comparative et de biologie humaine à l'École secondaire Fernand-Lefebvre à Sorel de 1969 à 1983. Professeur d'anglais au niveau primaire à l'École Jean-de-Brébeuf de Sorel de 1983 à 1985. Fut propriétaire d'une parfumerie de 1972 à 1976. Vice-président et président du conseil des délégués du Syndicat des professeurs de Sorel de 1976 à 1980.

Fondateur et président du Groupe multiculturel de Sorel-Tracy de 1978 à 1980.

Membre du Club Richelieu Sorel-Tracy, du Club optimiste et des Chevaliers de Colomb. Élu député libéral dans Richelieu en 1985. Réélu en 1989. Défait en 1994.

Claude SIMARD
Parti Libéral
1970-1976

Né à Montréal, le 22 octobre 1938, fils d'Édouard Simard, industriel, et d'Orise
Brunelle.

A étudié au Mont-Jésus-Marie à Outremont, au Collège Saint-Joseph à Sorel et à l'Université d'Ottawa. Diplômé en commerce et en administration en 1962.

Industriel. Président fondateur de l'atelier de soudure et d'usinage Sigama ltée en
1963. Élu administrateur de la société Branch Line ltée et de la société Reynolds du
Canada en 1964. Président de Clauremiand ltée, en 1969 et en 1970, qui regroupait les
compagnies suivantes : les Fonderies de Sorel ltée, les Fonderies de Magog ltée,
Engineering Products du Canada, Les formules mécanographiques Paragon ltée et
les Textiles Aronelle ltée.

Élu député libéral dans Richelieu en 1970. Réélu en 1973. Ministre d'État à l'Industrie et au Commerce, chargé du dossier des pêches maritimes, dans le cabinet Bourassa,
du 12 mai 1970 au 31 octobre 1972.  Ministre d 'État responsable du Tourisme, de la
Chasse et de la Pêche du 2 février 1972 au 31 octobre 1972. Ministre du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche du 31 octobre 1972 au 26 novembre 1976. Ne s'est pas
représenté en 1976.

De nouveau président de Clauremiand ltée à compter de 1976. Élu administrateur de
Eskimo Pie Corporation en 1977, d'Equitable du Canada en 1979, de Domco limited en
1981 et de la Société Snemo ltée en 1991. Élu vice-président du conseil d'administration de la société Reynolds du Canada en 1984. Propriétaire de la compagnie City Gas à Trois-Rivières et président-fondateur de la compagnie Edric ltée à compter de 1980. Conseiller en administration pour quelques PME à partir de 1991.

Beau-frère de Robert Bourassa.

Maurice MARTEL
Parti Québécois
1966-1970 | 1976-1985

Né à Québec le 29 octobre 1936, fils de Georges Martel, pharmacien, et d'Alma de la Durantaye.

Étudia au Collège de La Pocatière et à l'Université de Montréal. Licencié en sciences pharmaceutiques en 1963, puis diplômé en psychopharmacologie.

Propriétaire de la Pharmacie de Sorel à partir de 1963, puis propriétaire de la Pharmacie Maurice Martel. 

Rédacteur d'une chronique dans l'hebdomadaire La Voix métropolitaine. Président de l'Association des pharmaciens du district de Richelieu en 1965.

Président de la Jeunesse universitaire de l'Union nationale en 1962. Élu député de l'Union nationale dans Richelieu en 1966. Adjoint parlementaire du ministre des Affaires sociales du 23 décembre 1969 au 12 mars 1970. Défait en 1970. Adhéra au Parti québécois de Richelieu en 1975. Élu député de ce parti dans Richelieu en 1976. Réélu en 1981. Adjoint parlementaire du ministre des Affaires sociales de décembre 1976 au 18 octobre 1979.  Adjoint parlementaire du ministre des Travaux publics et de l'Approvisionnement du 18 octobre 1979 au 1er octobre 1984 et adjoint parlementaire du ministre du Commerce extérieur du 1er octobre au 20 décembre 1984. Ministre du Revenu dans les cabinets Lévesque et Johnson (Pierre Marc) du 20 décembre 1984 au 12 décembre 1985. Défait en 1985.

Retourna à la pratique de sa profession de pharmacien à Sorel.

Fut administrateur de l'Ordre des pharmaciens de la province de Québec et membre du Syndicat des pharmaciens-propriétaires du Québec. Président des Fêtes du 350e anniversaire de Sorel en 1991.  Président d'honneur d'activités de financement de l'association Les diabétiques Sorel-Tracy de 2006 à 2010. Fut également président d'honneur de la campagne du Mille Scout, de la semaine de la Santé Mentale et de la campagne de souscription de la Société canadienne du Cancer de Richelieu.

Décédé à Sorel, le 1er décembre 2015, à l'âge de 79 ans et 1 mois.

Avait épousé à Sorel, dans la paroisse Saint-Gabriel-Lalemant, le 3 janvier 1970, Claire Ménard, orthophoniste-audiologiste, fille de Roland Ménard, professeur, et de Lucille Hévey. 

En 2011, publia Mémoires d'un pharmacien et d'un politique.

Gérard COURNOYER
Parti Libéral
1952-1956 | 1960-1966

Né dans la paroisse Saint-Pierre-de-Sorel, le 18 avril 1912, fils d'Elzéar Cournoyer, boulanger et industriel, et d'Éméranda Saint-Martin.

Fit ses études à Sorel, au Séminaire de Saint-Hyacinthe, à l'Université de Montréal et à
l'Université du Vermont. Fut décoré du Mérite universitaire de l'Université de Montréal. Reçut le prix du concours provincial d'éloquence et le 2e prix du concours oratoire international de Washington en octobre 1931. Admis au Barreau de la province de Québec le 26 août 1935.

Créé conseil en loi de la reine le 30 septembre 1960.  Exerça d'abord seul sa profession d'avocat à Sorel en 1935 et en 1936, puis fonda ensuite le cabinet Cournoyer et Gagné. S'associa en 1942 à Pierre-Joseph-Arthur Cardin, député à la Chambre des communes, sous la raison sociale de Cardin, Cournoyer et Péloquin. Fit également partie des cabinets Cournoyer et Péloquin, et Cournoyer, Cardin et Gauthier.

Membre du conseil d'administration de Renaissance Film. Directeur de Sorel Harbour Tugs Ltd. Secrétaire de Southern Working Ltd. de Sorel. Membre de l'Association du Barreau canadien et de l'Association du Barreau du district de Richelieu. Membre du Club de réforme, du Club Saint-Denis de Montréal, du Club Outremont et des Chevaliers de Colomb. Greffier de Saint-Joseph-de-Sorel et Juge de paix de 1935 à 1945. Secrétaire de cette municipalité du 12 août 1935 au 21 mai 1945.

Élu député libéral à la Chambre des communes dans Richelieu-Verchères à l'élection partielle du 23 décembre 1946. Réélu en 1949. Démissionna le 5 juillet 1952. Élu député libéral à l'Assemblée législative dans Richelieu en 1952. Défait en 1956. Réélu en 1960 et en 1962.  Ministre des Transports et des Communications dans le cabinet Lesage du 5 juillet 1960 au 25 novembre 1964. Ministre du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche du 25 novembre 1964 au 14 octobre 1965, puis ministre sans portefeuille du 14 octobre 1965 au 16 juin 1966.

Défait en 1966.

Bernard GAGNÉ
Union Nationale
1948-1952 | 1956-1960

Né à Sorel, le 14 novembre 1910, fils de Jean-Baptiste Gagné, marchand et homme d'affaires, et d'Aléda Saint-Martin.

Étudia au Collège Mont-Saint-Bernard à Sorel et aux collèges Sainte-Marie et
Loyola à Montréal.

Marchand, dirigea le commerce de grains et de farine et l'épicerie de son père
de 1931 à 1948. Propriétaire du Progrès du Richelieu en 1948.

Premier vice-président de la Jeunesse de l'Union nationale en 1948. Élu
député de ce parti dans Richelieu en 1948. Défait en 1952. Réélu en 1956. Whip
adjoint de 1956 à 1960.  Défait de nouveau en 1960 et en 1962.  Candidat
progressiste-conservateur défait dans Richelieu aux élections fédérales de
1968. Candidat défait à la mairie de Sorel en 1970.

Décédé à Sorel, le 4 février 1986, à l'âge de 75 ans et 2 mois. Inhumé à Sorel, le
7 février 1986.

Avait épousé à Montréal, dans la paroisse Saint-Louis-de-Gonzague, le 18
septembre 1947, Jeanne Berthiaume, fille d'Évariste Berthiaume, constable, et
d'Exila Saint-Georges.

Joseph-Willie ROBIDOUX
Parti Libéral
1942-1948

Né à Sorel, le 2 septembre 1884, fils de Jean-Baptiste Robidoux, navigateur, et d'Elmire Latraverse.

Fit ses études aux collèges Mont-Saint-Bernard et Sacré-Coeur à Sorel, au Séminaire
de Nicolet et à l'Université Laval à Montréal. Reçu médecin en 1910.

Exerça d'abord sa profession à Saint-Godefroy, en Gaspésie, et à Montréal, puis vint s'établir à Sorel en 1911. Pratiqua à l'Hospice général, à l'Orphelinat et à l'Hôpital Richelieu de Sorel. Médecin attitré des compagnies d'assurance La Sauvegarde, Canada Life, Mutual Life et Equitable, ainsi que des Forestiers catholiques, des Artisans canadiens-français et des Chevaliers de Colomb. Secrétaire de l'Union médicale du district de Richelieu.

Membre de la Société médicale du district de Richelieu dont il fut président de 1935 à 1944. Président du comité local des finances de guerre. Fondateur de la chorale et maître de chapelle à l'église Saint-Pierre-de-Sorel pendant plus de 18 ans, et à l'église Notre-Dame-de-Sorel pendant plus de cinq ans.

Échevin de la Cité de Sorel de janvier à avril 1919, puis maire de cette municipalité de
1922 à 1938 et de 1940 à 1942.  Président de la Commission scolaire de Sorel de 1930 à 1935.  Élu député libéral dans Richelieu-Verchères à l'élection partielle du 23 mars
1942. Réélu dans Richelieu en 1944. Défait en 1948.

Décédé à Sorel, le 12 mars 1962, à l'âge de 77 ans et 6 mois. Inhumé dans le cimetière
de cette ville, le 16 mars 1962.

Avait épousé à Saint-Grégoire (Bécancour), le 27 novembre 1911, Auréa Descôteaux,
fille de Jacques Descôteaux et de Marie Lemire; puis, à Sorel, le 31 juillet 1922,
Lucienne Pitt, fille de Joseph Pitt, charpentier et menuisier, et de Rachel Gill.

Félix MESSIER
Parti Libéral
1939-1942

Né à Verchères, le 17 septembre 1876, fils de Félix Messier, cultivateur, et d'Anna Dalpé.

Étudia à Saint-Antoine-sur-Richelieu.  Fabricant de beurre. Directeur et gérant de Messier et Frères Ltée à Montréal et de Messier et Mogé à Saint-Antoine-sur-Richelieu. Membre des Chevaliers de Colomb. Commissaire des services nationaux de guerre de 1939 à 1945.

Élu député libéral dans Verchères en 1927.  Réélu en 1931, en 1935, en 1936 et
dans Richelieu-Verchères en 1939. Fut l'un des whips de son parti de mars
1936 au 12 février 1942, date où son siège devint vacant à la suite de sa
nomination comme conseiller législatif de la division de Lanaudière.

Maire de Saint-Antoine-sur-Richelieu de 1941 à 1949 et préfet du comté de Verchères en 1942.

Décédé en fonction à Montréal, le 14 mai 1968, à l'âge de 91 ans et 5 mois.  Inhumé dans le cimetière de Saint-Antoine-sur-Richelieu, le 17 mai 1968. 

Avait épousé à Saint-Antoine-sur-Richelieu, le 31 janvier 1899, Delvina Messier, fille d'Hubert Messier et d'Euphémie Poudrette; [épousa, en secondes noces, Éva Dupont].

Joseph-Célestin-Avila TURCOTTE
Parti Libéral
1929-1939

Né à Québec, dans la paroisse Saint-Sauveur, le 25 novembre 1882, fils de Sélime Turcotte, cordonnier, et d'Henriette Langlois.

Étudia à l'Académie commerciale de Québec.  Travailla d'abord au magasin Paquet de Québec et aux chemins de fer nationaux du Lac-Saint-Jean. Comptable à la Richelieu Navigation Co. de Sorel et chez I.B. Leclerc, entrepreneur.

Fondateur et président de Sorel Sand Company, en 1906. Gérant de la Compagnie industrielle de Sorel de 1908 à 1912. Syndic liquidateur et propriétaire des magasins Semi Ready et Fashion Craft de 1921 à 1924.  Marchand de bois de 1924 à 1926.

Propriétaire et président de la Sorel Harbour Tug Ltd., de 1926 à 1968. Directeur de Many Shoes Ltd. Gérant de la Compagnie Beauchemin, fabrique de matériel de guerre. Fondateur et président de la Caisse populaire de Saint-Joseph-de-Sorel en 1945. Vice-président de la Chambre de commerce de Sorel.  Président de l'École du soir de Sorel et de l'École des arts et métiers de la province de Québec. Membre des Chevaliers de Colomb, des clubs de réforme de Montréal et de Québec ainsi que de la Société des artisans canadiens-français. Chevalier de l'Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand.

Échevin au conseil municipal de Sorel de 1921 à 1936. Élu député libéral dans Richelieu à l'élection partielle du 28 octobre 1929.  Réélu en 1931, en 1935 sans opposition et en 1936. Fut l'un des whips de son parti à compter de mars 1936.  Ne s'est pas représenté en 1939.  Marguillier des paroisses Saint-Joseph de 1943 à 1946 et Saint-Pierre-de-Sorel de 1955 à 1958. 

Décédé à Sorel, le 10 février 1968, à l 'âge de 85 ans et 2 mois.  Inhumé à Sorel, dans le cimetière des Saints-Anges, le 13 février 1968. 

Avait épousé dans la paroisse Saint-Pierre-de-Sorel, le 19 avril 1909, Marguerite Turcotte, fille d'Ernest Turcotte et d'Alpaïde Thibodeau.

Beau-père de Gérard Cournoyer.

Jean-Baptiste LAFRENIÈRE
Parti Libéral
1923-1929

Né à Sainte-Ursule, le 14 juin 1874, fils de Jean-Baptiste Lafrenière, cultivateur, et d'Amélia Beaupré.

Fit ses études au Séminaire de Joliette. Admis à la pratique du notariat en juillet 1900.
Exerça sa profession à Sorel avec Me Alfred Guévremont de 1900 à 1903, puis pratiqua seul par la suite. De 1903 à 1908, fut secrétaire et président de la Compagnie électrique de Sorel.

En 1917, forma la compagnie des Chantiers Manseau ltée, connue aujourd'hui sous le nom de Marine Industrie.  Secrétaire-trésorier de la Commission scolaire de Sorel du 11 septembre 1925 au 25 octobre 1934. Cofondateur et directeur pendant 20 ans de la compagnie d'imprimerie du Courrier de Sorel.

Échevin de la ville de Sorel du 27 janvier au 20 avril 1905, puis maire du 28 janvier 1910 au 11 avril 1919.  Élu député libéral dans Richelieu en 1923. Réélu en 1927. Son siège fut déclaré vacant à la suite de sa nomination au poste de président de la Commission provinciale du crédit agricole le 19 juin 1929. Registrateur du comté de Richelieu de 1935 à 1939.  Vice-président de la Chambre des notaires de 1918 à 1921 et président de 1924 à 1927.

Président de la Société historique de Sorel de 1900 à 1908. Directeur de la Société Saint-Jean-Baptiste de 1900 à 1908 et président local en 1910. Secrétaire de la Chambre de commerce de Sorel de 1905 à 1909.  Président de la Société d'agriculture du comté de Richelieu. Directeur de l'Hôpital Général du district de Richelieu. A publié La Commission d'écoles et le collège classique de Sorel (1908). Secrétaire et directeur du Club nautique de Sorel. Secrétaire de l'Ordre des ouvriers unis de Sorel. Membre des Chevaliers de Colomb.

Décédé à Sorel, le 8 juin 1939, à l'âge de 64 ans et 11 mois. Inhumé à Sorel, dans le cimetière de la paroisse Saint-Pierre, le 12 juin 1939.  Avait épousé dans la paroisse Saint-Pierre-de-Sorel, le 6 août 1900, Caroline Pontbriand, fille de Georges-Alfred Pontbriand, industriel, et d'Émilie Beauchemin.

Maurice-Louis PÉLOQUIN
Parti Libéral
1912-1923

Né à Saint-Aimé, près de Yamaska, le 13 juillet 1873, fils de Maurice Péloquin, cultivateur, et de Délima Lalancette.

Fit ses études à Saint-Aimé et au Collège Mont-Saint-Bernard à Sorel.  Résida à Manchester, dans l'État du New Hampshire, pendant deux ans.  Marchand général, commerçant de foin et de grains. Vice-président de l'Association des commerçants de foin de la province. Président de la compagnie de téléphone Richelieu. Président de l'Union Saint-Joseph pendant sept ans.

Conseiller municipal de Massueville de 1908 à 1910. Élu député libéral dans Richelieu en 1912. Réélu en 1916 et en 1919. Ne s'est pas représenté en 1923.  Nommé inspecteur provincial des prisons et asiles le 1er février 1923.

Décédé à Saint-Jérôme, le 16 avril 1965, à l'âge de 91 ans et 9 mois. Inhumé à Saint-Aimé, le 20 avril 1965.

Avait épousé à Saint-Aimé, le 6 novembre 1894, Célina Parent, fille de Joseph Parent, cultivateur, et de Lucie Saint-Germain; [puis, le 20 août 1912, Alma Bussières].

 
Louis LACOUTURE
Parti Conservateur
1892-1897


Né à Saint-Ours, le 22 janvier 1858, fils de Théophile Lacouture, cultivateur, et
de Julienne Gaudet.

Étudia chez les Frères des écoles chrétiennes de 1864 à 1875. 

Employé de la compagnie maritime Richelieu & Ontario Navigation, qui devint plus tard la Canada Steamship Lines Ltd., où il fut agent local de 1880 à 1895, comptable en chef de 1911 à 1920 et directeur de 1921 à 1924. Fondateur de la Compagnie de navigation du Saint-Laurent et de la Compagnie du théâtre Gaieté. Propriétaire de l'île Lacroix (île du Club Riendeau).

Élu député conservateur dans Richelieu en 1892.  Ne s'est pas représenté en 1897.  Défait en 1900.

Décédé à Sorel, le 16 janvier 1932, à l'âge de 73 ans et 11 mois. Inhumé dans le cimetière de Sorel, le 19 janvier 1932.

Avait épousé à Sorel, le 31 juillet 1877, Célanire Badeau, fille d'Ignace Badeau,
charpentier, et de Mathilde Martin.

Louis-Pierre-Paul CARDIN
Parti Libéral
1886-1892 | 1897-1912

Né dans la paroisse Saint-Pierre-de-Sorel, le 21 mai 1840, fils d'Athanase Cardin,
cultivateur, et de Judith Lavallée.

Étudia au Collège de l'Assomption.  Fut admis à la pratique du notariat en 1868.  Obtint un certificat de 1re et 2e classe de l'École militaire.  Exerça sa profession à Sorel avec J.-B.-L. Précourt de 1868 à 1872, pratiqua seul par la suite. Secrétaire-trésorier de Sainte-Anne-de-Sorel en 1878 et en 1879, puis de Sainte-Victoire de 1880 à 1886. Secrétaire des écoles dissidentes de Sorel. Président et secrétaire-trésorier de la Société d'agriculture du comté de Richelieu.

Devint membre du Parti national en 1885.  Président honoraire de l'Association des
jeunes nationaux du district de Richelieu en 1887 et en 1888.  Élu député libéral dans
Richelieu en 1886. Réélu en 1890. Ne s'est pas représenté en 1892. De nouveau élu en
1897, en 1900, en 1904 et en 1908. Whip du gouvernement en 1909 et en 1910. Ne
s'est pas représenté en 1912.

Protonotaire adjoint du district de Montréal de 1912 à 1917. Président de la Société
Saint-Jean-Baptiste de Sorel. Fonda la première compagnie de milice de Sorel et en
fut capitaine et lieutenant-colonel.

Décédé à Montréal, le 9 avril 1917, à l'âge de 75 ans et 10 mois.  Inhumé dans l e
cimetière de la paroisse Saint-Pierre-de-Sorel, le 13 avril 1917.

Avait épousé dans sa paroisse natale, le 21 mai 1867, Marie-Eugénie-Célina Lamère,
fille de Jean Baptiste Lamère et d'Elizabeth Smith.

 
Léon LEDUC
Parti Conservateur
1881-1886

Né dans la paroisse Notre-Dame de Montréal, le 12 décembre 1832, fils de Léon Leduc, cultivateur, et de Pélagie Papin.

A étudié au Collège de Sainte-Thérèse.  Apprit son métier de tanneur à Oshawa de 1850 à 1854. Devint tanneur à Montréal en 1854. S'établit à Sorel et y fonda une tannerie en 1861.  Sociétaire de plusieurs entreprises de la chaussure.

Élu député conservateur dans Richelieu en 1881.  Défait en 1886 et en 1890. 

Décédé à Sorel, le 1er avril 1895, à l'âge de 63 ans et 8 mois. Inhumé dans le
cimetière de Sorel, le 3 avril 1895.

Avait épousé à Montréal, dans la paroisse Notre-Dame-de-Grâce, le 14 février
1860, Aglaé Claude, fille de Pierre Claude et de Marie Lauzon.

Michel MATHIEU
Parti Conservateur
1875-1881

Né à Sorel, le 20 décembre 1838, fils de Joseph Mathieu, cultivateur et juge de paix, et d'Edwidge Vandal.

Suivit des cours privés, puis étudia au Séminaire de Saint-Hyacinthe de 1854 à 1 859.  Fit sa cléricature auprès de Me John-Georges Crebassa. Admis à la pratique du notariat le 20 janvier 1864. Admis au Barreau du Bas-Canada le 5 décembre 1865. Exerça sa profession de notaire à Sorel de janvier 1864 à 1868. Fut ensuite huissier à la Cour supérieure, puis shérif du district de Richelieu de 1866 à 1872.

Maire de Sorel de 1876 à 1882. Élu député conservateur à la Chambre des communes dans Richelieu en 1872. Défait en 1874. Élu sans opposition député conservateur à l'Assemblée législative dans la même circonscription en 1875.  Réélu en 1878. Son siège devint vacant, le 3 octobre 1881, suite à son accession à la magistrature.

Créé conseil en loi de la reine le 11 octobre 1880. Reçut un doctorat honorifique en droit de l'Université Laval en 1886. Nommé juge à la Cour supérieure du district de Joliette le 3 octobre 1881, puis du district de Montréal le 23 juin 1883. Prit sa retraite en janvier 1909, mais continua d'agir à titre d'avocat consultant. Nommé percepteur des douanes le 8 mai 1884. Nommé commissaire royal chargé d'enquêter sur les affaires du gouvernement provincial en 1892 et membre de la Commission de refonte du Code municipal en 1910. Enseigna à la Faculté de droit de l'Université Laval à Montréal de 1886 à 1915 et fut doyen de cette faculté de 1898 à 1915. Codirecteur de la compagnie du chemin de fer de Montréal, de Portland et de Boston et de la compagnie South Eastern. Cofondateur du Collège de Sorel.

En mai 1869, fonda avec Adolphe Germain la Revue légale dont il fut aussi propriétaire et éditeur de 1871 à 1884 et rédacteur jusqu'en 1892. Propriétaire, éditeur et imprimeur du Courrier de Richelieu de 1872 à mars 1874. Publia entre autres: Les rapports judiciaires révisés de la province de Québec de 1891 à 1896, Code de procédure civile de la province de Québec en 1893, une édition annotée du Code municipal en 1894, la table alphabétique des Causes de la province de Québec rapportées et citées et l'édition annotée de l'ouvrage de Thévenot Dessaulles sur les substitutions.

Décédé à Montréal, le 30 juillet 1916, à l'âge de 77 ans et 7 mois. Inhumé dans le cimetière de Sorel, le 1er août 1916.

Avait épousé dans la paroisse Saint-Pierre-de-Sorel, le 22 juin 1863, Rose de Lima-Thirza Saint-Louis, fille d'Augustin Saint-Louis, capitaine, et de Joséphine Désaulniers; puis, à Sorel, le 29 octobre 1871, Amélie Armstrong, fille de David Morrisson Armstrong, marchand, et de Léocadie Deligny.

Joseph-Adolphe DORION
Parti Conservateur
1871-1875

Né à Saint-Ours, le 19 mars 1832, fils de Jacques Dorion, médecin, et de Catherine-Louise Lovell.

Fit ses études au Séminaire de Saint-Hyacinthe et au Collège de Joliette.  Admis à la pratique du notariat en 1863.  Notaire à Saint-Ours, coroner et juge de paix. Président de la Société d'agriculture du comté de Richelieu pendant 10 ans. Trésorier du conseil de comté pendant 24 ans.

Candidat défait dans Richelieu en 1861. Élu député conservateur dans Richelieu en 1871.  Ne s'est pas représenté en 1875. Nommé conseiller législatif de la division de Sorel le 6 décembre 1882. Démissionna le 13 décembre 1897.

Décédé à Saint-Ours, le 24 octobre 1900, à l'âge de 68 ans et 7 mois. Inhumé dans les voûtes de l'église de Saint-Ours, le 27 octobre 1900.

Avait épousé dans sa paroisse natale, le 5 juillet 1865, Henriette-Amélie de Saint-Ours, fille de Roch de Saint-Ours, seigneur de Saint-Ours, et de Catherine-Hermine Juchereau Duchesnay.

Pierre GÉLINAS
Parti Conservateur
1869-1871

Né à Yamachiche, le 14 août 1818, fils de Joseph Gélinas, cultivateur, et de Marianne Bellemare.

Fit ses études au Collège de Nicolet. Reçu notaire en 1850, exerça sa profession à Saint-Aimé.

Candidat conservateur défait dans Richelieu à l'élection fédérale de 1867.  Élu député conservateur à l'Assemblée législative dans Richelieu à l'élection partielle du 29 octobre 1869. Ne s'est pas représenté en 1871.

Décédé à Saint-Aimé, le 3 avril 1911, à l'âge de 92 ans et 8 mois. Inhumé dans le cimetière de cette paroisse, le 5 avril 1911.

Avait épousé à Saint-Aimé, le 28 avril 1840, Eulalie Désilets, fille de Pierre Désilets et d'Élisabeth Lefebvre.

 
Joseph BEAUDREAU
Parti Conservateur
1867-1869

Né à Sorel, le 17 mars 1826, puis baptisé le lendemain, dans la paroisse Saint-Jude, à Saint-Ours, fils de Pierre Beaudreau, dit Graveline, cultivateur, et de Marie-Anne Dupré.

Fut cultivateur à Saint-Aimé (Massueville).

Maire de la municipalité de la paroisse Saint-Aimé, de 1858 à 1862. Élu député de Richelieu en 1861.  Défait en 1863.  Élu député conservateur de Richelieu à l'Assemblée législative en 1867.

Décédé en fonction à Saint-Aimé (Massueville), le 5 octobre 1869, à l'âge de 43 ans et 6 mois. Inhumé dans le cimetière paroissial, le 7 octobre 1869.

Avait épousé dans la paroisse Saint-Aimé, à Massueville, le 12 août 1845, Élisabeth Perron, fille d'Eustache Perron et de Marie-Anne Belette; puis, à Saint-Robert, le 9 novembre 1867, l'institutrice Marie Moreault, fille du cultivateur Célestin Moreault et de Catherine Petit.

 

PUBLICITÉ

Bookmark and Share

PUBLICITÉ

Le SorelTracy Magazine
Une filiale des Productions Kapricom
Tous droits réservés -
© 2000-2016